Avant de changer votre équipement, faites ceci !

Avant de changer votre équipement, faites ceci !

Avez-vous remarqué toutes les nouveautés annoncées de l’industrie photographique ? Pas étonnant que l’on souhaite changer notre équipement. Qui n’a pas songé, un jour ou l’autre, à acquérir un nouveau boîtier dans le but d’obtenir de meilleures images ? Ou encore voyager vers des destinations de rêve pour réaliser des paysages grandioses ?

Avant d’envisager un changement d’équipement ou de préparer ce fabuleux voyage, il est sage d’approfondir quelques notions de base. Une fois ces habiletés acquises, vous augmentez les possibilités de créer ces images dont vous rêvez tant.

Dans cet article, je vous partage 7 façons d’améliorer vos photos  sans (forcément) changer votre équipement.

4 Astuces pour sortir du mode automatique en photo

1-Apprenez à connaître votre appareil photo

Ceci paraît évident, je vous l’accorde. Mais j’ai souvent rencontré des gens, lors d’activité photo, qui ignoraient comment hausser les ISO ou modifier les ouvertures de leur appareil photo.

Et quand ça nous arrive, c’est pas mal frustrant.

Disons-le, la plupart des boîtiers ont une liste d’options impressionnante, voire interminable. Et lorsque nous commençons à les consulter, nous pouvons nous sentir dépassés. On préfère oublier le menu et passer à l’action. Voilà !

On prend des photos et, comme on ignore comment faire les ajustements, on laisse l’appareil le faire pour nous (en mode Auto). Familier ?

Hum. Je ne vise personne, mais on peut facilement se reconnaître. 😉

Une façon simple de remédier à cette situation est de se familiariser sur quelques points.

Connaissez au moins les 5 paramètres suivants :

  • Modifier les ISO (sensibilité du capteur)
  • Changer l’ouverture (diaphragme) ou la vitesse d’obturation
  • Passer en mode Manuel ou semi-automatique (M, A-Av, T-Tv)
  • Effectuer la mise au point au bon endroit
  • Savoir lire l’histogramme

👉 Article relié : APN 7 Points essentiels à connaître

Action : prenez votre appareil et sachez comment régler et modifier ces 5 paramètres.

2-Consacrez du temps pour le repérage

Saviez-vous que le portfolio d’un photographe de paysage représente 80% de repérage et 20% de prise de photo ? Ceci paraît énorme, je sais, mais la clé d’un bon shooting commence par le repérage.

Le but est de vous familiariser avec ce nouvel environnement, cibler le (ou les) bon emplacement pour vos photos et calculer le temps requis pour vous y rendre le jour venu.

Si vous demeurez à proximité, vous pouvez visiter ce lieu à votre guise.

Si vous êtes en voyage, consacrez un moment durant le jour pour effectuer votre repérage et prévoyez y retourner le soir et le matin suivant, afin d’optimiser vos chances de capter de belles photos.

Action : visitez un lieu, recherchez les bons points de vue, déterminez à quel endroit se couche ou se lève le soleil à l’aide de l’application PhotoPills.

👉 Article relié : L’importance d’un bon repérage

Bref, analyser son potentiel photographique.

Note : lors de votre repérage, prenez des photos, elles pourront vous servir de référence et devenir (sait-on jamais), d’excellents souvenirs.

Pour repérer les endroits à photographier, servez-vous de : Google Earth (avec images), Flickr (dans l’onglet recherche, tapez la région), Instagram (par région), Pinterest (pour dénicher de bons articles de blog) ainsi que les guides et documents touristiques.

Et, bien sûr, circuler dans les rues de votre région et s’informer auprès des locaux.

Choisir le bon moment de la journée

3-Choisissez le bon moment de la journée

En photographie de paysage, la qualité de la lumière est déterminante, c’est elle qui rehaussera l’impact visuel de l’image.

Mes plus belles photos de paysage sont réalisées tôt le matin ou en fin de journée. Bien sûr, il y aura quelques exceptions lors de matin brumeux ou de brusques changements climatiques.

D’ailleurs, il faut être à l’affût de ces opportunités, surveillez la météo, s’ils annoncent une importante dépression climatique, réjouissez-vous, ceci signifie des ciels dramatiques et des conditions photographiques exceptionnelles.

Évidemment, soyez prudent, si on annonce une tornade, restez à l’abri, hein.

Oubliez la période entre 11 h et 15 h

Bon, je vous vois tiquer, c’est la seule période que vous disposez. Vraiment ?

Essayez de vous planifier une période plus avantageuse pour vos photos de paysage.

Servez-vous-en pour faire du repérage (voir le point no 2). Oh, il m’est arrivé de faire de la photo sous cette plage horaire, mais je vous avoue honnêtement que le résultat est rarement satisfaisant.

Le mieux est de prendre note de l’endroit et d’y retourner aux bonnes heures.

Si vous êtes situés sur un continent où il y a des changements de saison, vous êtes choyés. L’automne et l’hiver (particulièrement) offrent une lumière intéressante tout au long de la journée. Le soleil, plus bas sur l’horizon, répand une lumière douce et des ombres délicieusement étirées. Il ne vous reste plus qu’à vous habiller chaudement. Yééé !

👉 Article relié : Comment réussir vos photos d’hiver

Action : faites au préalable un repérage (entre 11 h et 15 h), déterminez un lieu potentiellement intéressant à photographier, et retournez-y vers la fin du jour, ou en début de matinée.

Vous manquez de temps : prévoyez une date à votre agenda (lors de votre prochaine journée de congé), et donnez-vous comme mission de réaliser cette photo. Votre intention vous aidera à ancrer votre projet.

4-Changez votre point de vue

Un changement de perspective fait toute la différence. Notre point de vue habituel est à la hauteur des yeux, mais en modifiant radicalement notre position, nous pouvons grandement améliorer un paysage et véhiculer une histoire percutante, qui étonnera par son aspect inhabituel.

Pensez à vous installer au ras du sol en incluant (ou pas) un premier plan, cette perspective donnera l’impression de plonger dans l’image. Ou, au contraire, positionnez-vous de sorte d’être en hauteur et présentez-nous une vue en plongée.

Peut-être que le point de vue idéal serait à la hauteur d’un élément au premier plan, pensez à vous accroupir pour modifier votre composition.

👉 Article relié : 4 Perspectives à adopter pour vos photos de paysage

Action : photographiez un paysage + 3 photos supplémentaires, mais en changeant votre perspective. Soyez créatif, osez surprendre !

Changez votre point de vue

5-Cultivez la patience

Le résultat escompté n’arrive pas toujours au moment voulu, nous devons recommencer, encore et encore. Parfois, il suffit d’attendre… que le vent se calme, que les nuages se dissipent, que le soleil se positionne à l’endroit stratégique.

D’autres fois, il faut carrément patienter au lendemain, autrement dit, revenir un autre jour pour bénéficier de conditions mieux favorables.

Patience et persévérance sont les qualités à retenir.

De plus, si vous prenez une bonne photo, rien ne vous empêche de faire le tour du sujet, de changer votre perspective et croquer quelques clichés supplémentaires.

Peut-être est-ce la première photo qui sera la meilleure, peut-être ce sera la dixième. On ne peut pas prévoir…

👉 Article relié : Attendre le bon moment

Action : portez attention à votre processus photographique. Êtes-vous du genre expéditif ? Vous prenez une photo, et hop, vous vous empressez de passer à la suivante ! Donnez-vous comme objectif de ra-len-tir.

6-Osez briser les règles

Les règles sont un guide, mais avouons-le, elles peuvent devenir un carcan à la créativité. À trop suivre les normes, on finit par oublier notre propre sens artistique.

Sachez les briser et expérimentez, selon votre vision.

Aussi, apprenez à utiliser le plein potentiel de vos objectifs. En photographie de paysage, le grand-angle est de mise, il offre une vue panoramique qui met en valeur le paysage.

Néanmoins, diverses focales produiront des effets variés.

Par exemple, un objectif de plus de 100 mm occasionnera une compression et transmettra une vision que l’œil humain ne peut distinguer. Un 200 mm isolera un élément au loin. Un 50 mm f/1.8 (objectif souvent acheté sans trop connaître son utilité) judicieusement combiné à une petite ouverture contribuera à créer un style des plus romantiques.

👉 Article relié : Objectif 50mm : 12 raisons de l’ajouter à votre sac photo

Action : choisissez l’objectif que vous vous servez le moins, et faites une série de photos. Ne forcez rien, soyez intuitif. Photographiez ce qui vous plaît, le but ici est de sortir de vos habitudes.

Osez changer les règles

7-Avant de déclencher…

Il est facile de dire : oh, je vais recadrer la scène plus tard dans Photoshop.  Erreur !

Et si on prenait le temps de ralentir (voir le point 5) et de porter attention aux détails, on y gagnerait en temps. On ne passerait pas des heures à tout récupérer dans le post-traitement.

Assurez-vous que TOUS les éléments de votre composition aient leur place. Peut-être y a-t-il un élément à éliminer ? Parfois, simplifier est la meilleure solution.

Il arrive aussi que nous soyons tellement concentrés sur le sujet principal qu’on ne remarque même pas l’amas de branches qui s’est glissé dans notre composition.

👉 Article relié : Composition photo : découvrez la trinité créative

Action : Faites la patrouille des bords, vérifiez qu’il n’y a pas un objet indésirable qui se glisse dans votre image. Il y a un intrus ? On prend le temps de recadrer.

👉 Dans le prochain article, nous parlerons des accessoires, ils ne prennent pas beaucoup de place (ou presque) dans votre sac photo, mais ils font une GROSSE différence.

À bientôt !

Avant de changer votre équipement, faites ceci

Photographie de paysage : Les obstacles rencontrés

Photographie de paysage : Les obstacles rencontrés

La photographie de paysage, aussi élémentaire soit-elle en apparence, revêt plusieurs difficultés de taille. On y rencontre des obstacles que l’on doit surmonter et contourner. Ces difficultés proviennent de diverses sources et suscitent bien des mécontentements.

👉 Et, très souvent, le résultat ne reflète pas ce que vous aviez vu/perçu au départ.

Une fois que vous saisissez ces impasses, avec toute la gamme de frustrations engendrées, vous comprenez pourquoi votre perception photographique n’est pas à la hauteur de votre vision artistique.

📣 Dans cet article, nous verrons les obstacles rencontrés dans la photographie de paysage et comment les surmonter.

Photographie paysage obstacle rencontré no 1 : Les imprévus de la météo

Éclaircie après une journée de pluie, au loin, on aperçois la vapeur qui émane du champ de blé.

Obstacle no 1 : Les imprévus de la météo

En photographie de paysage, on peut faire le tour du sujet à notre guise et reprendre la séance autant de fois que nécessaire. Et cela, sans épuiser notre sujet. La raison de ces répétitions est que, parfois, la météo ne collabore pas.

Si vous partez dix jours en Islande dans l’espoir de photographier, entre autres, les fameuses aurores boréales, et que le ciel se couvre TOUS les soirs. Oups ! Votre programme tombe à l’eau.

Ou encore, vous parcourez plusieurs kilomètres en direction de ce site dont vous connaissez le potentiel pour un superbe coucher de soleil. Mais, à la dernière minute, les nuages viennent contrecarrer vos plans, l’horizon se bouche. Misère !

Pas de couleur éclatante. Zip, net, rien. Déçu, les épaules voûtées, vous rentrez bredouille à la maison.

Bref, vous n’avez aucun contrôle. AUCUN. 🙄

Si, par contre, le paysage se trouve à une distance raisonnable de votre domicile, vous pourrez y retourner sans ruiner votre compte en banque. Et cela, aussi souvent que nécessaire. 🙌 Alléluia !

Néanmoins, la météo restera un facteur déterminant dans le succès de vos photos de paysage. De plus, l’heure à laquelle vous visiterez votre emplacement aura une incidence sur les images captées.

Évitez les prises de vue entre 11h et 15h, la lumière est dure et ne mets pas en relief le panorama.

Nous devons développer la patience, la planification, apprendre à faire le tour de notre sujet, à nous adapter au changement et à anticiper les meilleures conditions d’éclairage pour assurer notre réussite.

📣 Nous explorerons ces aspects dans de prochains articles.

Solutions obstacle météo

Songez à retourner au même endroit plus d’une fois, dans la mesure du possible.

Si vous êtes en voyage, prévoyez visiter votre destination de 2 à 3 fois, le matin et le soir. De cette façon, vous mettrez toutes les chances de votre côté.

👉 Le premier matin sera peut-être décevant, mais le suivant tout à fait exceptionnel. Donc, on récidive !

📸 Article relié : Rehausser la beauté d’un paysage : 4 types de lumière à favoriser 

Consultez le site Intellicast pour prévoir ce que la météo vous réserve. Sachez que ce n’est pas une garantie, hein.

Favorisez les heures matinales ou celles de la fin du jour. L’heure dorée (une heure après le lever du soleil et une heure avant le coucher) revêt des qualités que la période du midi ne peut vous offrir. Sans compter les magnifiques couleurs du couchant.

Vous travaillez ? Planifiez votre sortie du lit une heure plus tôt, et partez explorer un site à proximité de votre domicile, avant de prendre la route vers le travail. Dan Jurak, photographe d’Alberta, a longtemps organisé ses sorties photo en appliquant cette méthode.

Photographie paysage obstacle rencontré no 2 : L’appareil photo

Obstacle no 2 : L’appareil photo

Nous avons tendance à penser que le paysage idéal, éclaboussé d’un éclairage radieux, donnera un résultat parfait.

😬Heu… ce n’est pas une garantie.

Ce que le capteur numérique capte est loin d’être à la hauteur de la vision humaine. Il y a un écart de plusieurs crans.

Sur une scène très contrastée, notre œil perçoit à la fois les détails dans les ombres profondes ET dans les hautes lumières, et cela, sans difficulté, ce que l’appareil photo ne réussit pas à faire.

👉 C’est pour cette raison que nous sommes (souvent) déçus de nos clichés.

On se souvient avec force de la richesse de l’emplacement, des tons, de la finesse des textures (autant dans les ombres que dans les zones de lumière vive), de l’atmosphère. Et, une fois à la maison, les photos ne rendent pas justice à notre expérience. Grosse déception…

Pour réussir à surmonter cet obstacle, nous devons voir 👀comme un appareil photo 📸, et comprendre ses limites. Maîtriser son appareil est donc primordial et sortir du mode automatique

Toutefois, certaines techniques (un peu plus complexes) sont employées pour surmonter ces difficultés et capter la scène à son meilleur.

« Apprendre, c’est déposer de l’or dans la banque de son esprit. » ~ Shad Helmstetter

 

Solutions obstacle appareil photo

 

Solutions obstacle appareil photo

👉 Vous ne maîtrisez pas votre boîtier ? Certains paramètres vous apparaissent nébuleux, ou incompréhensifs ?🙈 Sachez que vous n’avez pas à connaître toutes les options de votre boîtier. Nenon, restons simple, sinon on va devenir fou. 😅 Hihi !

📸 Article relié : 8 Questions à se poser avant de déclencher

Les paramètres importants à maîtriser :

Comprendre le triangle photographique : l’ouverture, la vitesse et l’ISO, saisir l’utilité de l’histogramme, s’assurer que les blancs ne soient pas surexposées, savoir comment ajouter de la profondeur de champ et faire la mise au point au bon endroit. C’est la base.

Abonnez-vous à un club photo pour parfaire vos connaissances et échanger avec d’autres passionnés d’image. Ou encore, inscrivez-vous à un cours pour maîtriser la compréhension de votre boîtier, les boutiques photo ont souvent ce type de service.

EXERCICE : Pratiquez-vous régulièrement à jouer avec les paramètres de votre appareil afin de vous familiariser avec ses fonctions.

Photographie paysage obstacle rencontré no 3 : La composition

Obstacle no 3 : La composition

Certaines règles existent pour nous aider à créer une image harmonieuse, comme la règle des tiers, ou éviter de placer le sujet au milieu, ou encore jouer avec des points de fuite pour dynamiser l’ensemble. Mais une fois que nous arrivons sur un site, toutes ces belles notions nous échappent. On ne sait plus par où commencer…

L’astuce est de décortiquer la scène, d’observer en deux dimensions (comme un appareil photo, en somme), de se déplacer au besoin afin de composer un équilibre cohérent entre les éléments.

👉 En d’autres mots, le défi est de regarder comme s’il s’agissait d’un ensemble de lignes et de formes, et non pas un sentier bordé d’arbres qui mène à une grange. Ouais, vous avez bien lu.

Cette technique demande de ralentir, de s’autoriser à voir autrement, et à prendre le temps d’analyser, d’observer, d’examiner, au lieu de se précipiter dans les prises de vue.

📸 Article relié : Composition Photo Découvrez la Trinité Créative 

Solutions obstacle composition

Quand vous réalisez votre composition, prenez le temps de jeter un œil sur le pourtour de votre viseur. En d’autres mots, faites la patrouille des bords. Assurez-vous qu’il n’y ait pas d’éléments perturbateurs ou inutiles, comme un amas de branches, une poubelle (ou pire un poteau de téléphone, haha !) qui n’ajoute rien à votre composition.

Le meilleur conseil que je pourrais vous donner, pour débuter, est de simplifier votre composition. Parfois, il faut se déplacer plusieurs fois avant de trouver le bon cadrage.

EXERCICE : Une façon amusante de vérifier l’efficacité de nos compositions est de tracer des lignes par-dessus les éléments de notre paysage, comme dans l’exemple présenté.

Répertoriez les lignes droites, les courbes, les triangles, les carrés, les ronds, etc. Observez quel impact ces formes ont sur votre composition ? Est-ce dynamique, statique, surchargé, confus ou épuré ?

Imprimez quelques photos et prêtez-vous à ce jeu visuel.

Sur place, empruntez cette technique en traçant des lignes imaginaires afin de valider leur efficacité.

Photographie paysage obstacle rencontré no 4 : Nos émotions

Cette brume matinale ajoute une ambiance palpable. Se lever tôt est un atout pour dénicher des scènes uniques.

Obstacle no 4 : Nos émotions

Vous observez un panorama, un lac splendide orné de paillettes d’or, la lumière est douce, presque féerique, une brise légère crée des vaguelettes, des oiseaux gazouillent au loin, un canot offre un avant-plan parfait. La scène vous touche.

Vous éprouvez une vive émotion, prenez plusieurs clichés, emballé par cet instant magique. Vous avez hâte de retourner à la maison pour voir et traiter vos images.

Mais le feeling ressenti sur place ne se transmet pas dans vos photos. Zut !

Il y manque quelque chose, mais quoi ? Vous avez beau avoir vécu des moments forts, malheureusement, l’appareil photo n’a pas cette caractéristique.

Le boîtier ne ramène que les informations. Point à la ligne. Hééé non…

J’ai souvent rencontré ces moments de grâce, où la beauté du paysage dépassait mes connaissances pour le capter adéquatement. Avec de la patience, de la persévérance, et une bonne technique, j’y suis parvenue. Et vous aussi vous y parviendrez !

Solutions obstacle émotion

En photographie de paysage, c’est l’un des aspects les plus difficiles à maîtriser.

D’ailleurs, on me demande souvent comment je réussis à insuffler une émotion à mes images, comme le calme, la paix, la douceur. C’est une excellente question.

👉 Comme je carbure au ressenti, je peux totalement comprendre votre frustration.

📸 Article relié : Comment photographier le bonheur ? Découvrez 5 pistes à explorer

Je vous avouerai, très honnêtement, que je n’ai pas toujours réussi à transmettre ce sentiment. J’ai souvent raté mes photos par manque de connaissance, et j’ai dû parfaire mes habiletés pour produire des résultats qui répondaient à ma vision.

Néanmoins, ne jugez pas vos photos trop sévèrement.

Mon meilleur conseil pour remédier à ce fâcheux obstacle est de maîtriser la technique de base.

Bien exposer ses photos, comprendre la profondeur de champ, lire son histogramme, quitte à pratiquer régulièrement sur l’un de ces aspects afin de perfectionner votre approche.

J’ajouterais en terminant qu’une photo prise sous un éclairage particulier dégagera une ambiance, et l’émotion véhiculée s’y reflétera. La brume ajoutera du mystère, une lumière rasante sculptera le paysage et rehaussera les couleurs, insufflant intensité et dynamisme.

Une composition simplifiée évoquera le calme et la paix. Une symétrie stabilité et beauté.

Donc, accordez-vous du temps pour pratiquer, expérimenter et assimiler les nouvelles connaissances.

👉 Dans le prochain article, je vous partagerai 7 astuces pour améliorer vos images sans changer votre équipement. Intéressant, n’est-ce pas ?

À bientôt !

VOUS ÊTES SUR PINTEREST ? ÉPINGLEZ CET ARTICLE COMME RÉFÉRENCE !

Photographie de paysage : Les obstacles rencontrés

 

Composition photo : Découvrez la trinité créative

Composition photo : Découvrez la trinité créative

Réussir la composition d’une photo de paysage requiert des efforts bien plus créatifs qu’une simple promenade en forêt. Prenez le portrait, il a été prouvé que les yeux d’un individu, ou d’un animal, dans une composition attirent immédiatement l’attention du spectateur.

Qui n’a pas été attendri par la photo d’un enfant qui dirige le regard directement vers nous ?

Vous ne trouverez pas des yeux à mettre en valeur dans la nature (hihi !), mais vous devrez utiliser les vôtres de façon intentionnelle pour créer des images fortes.

Anne Jutras, artiste photographe

Attentif aux détails, en prenant le temps d’observer et d’analyser la scène, vous cheminerez vers la réussite de vos compositions. 

Qu’est-ce la composition en photographie ?

C’est l’agencement de divers éléments disposés dans votre image. Que ce soit des lignes, des formes, le contraste ou la lumière, leur mise en place impactera le rendu visuel. Une composition réussie guidera le regard dans l’image et mettra en valeur le sujet.

Quelques règles de base aident à améliorer la composition de vos photos.

Toutefois, dans cet article, je vous propose une approche photographique TOTALEMENT différente pour réussir vos compositions en photographie.

⇒ Découvrons ensemble la trinité créative.

Qu’est-ce que la trinité créative ?

La trinité créative est la combinaison de trois composantes assemblées à même une seule image; le sujet, la lumière et la composition. Ceci représente le summum d’une photo réussie.

DÉMO de la Trinité Créative : Sujet | Lumière | Composition

D’ailleurs, la photographie de paysage est reconnue pour la beauté qu’elle transmet. On s’extasie devant un panorama où tous les éléments visuels sont élégamment mis en valeur : le sujet, la lumière et la composition. Un trio gagnant.

Néanmoins, lorsque l’un d’eux ne figure pas dans l’ensemble, on juge (trop rapidement) que la photo n’est pas tout à fait réussie.

Qu’il y manque quelque chose.

J’ai récemment découvert que l’on peut isoler un de ces éléments et créer des images tout aussi puissantes. Vous pouvez également en combiner deux, selon les circonstances. Et si le bonheur vous offre l’opportunité de photographier tous les éléments réunis, je parle ici du sujet, de la composition et de la lumière, eh bien, alléluia !

Confidence

J’appliquais cette méthode sans vraiment en être consciente. Mais je ressentais un sentiment d’échec lorsque mes photos de paysages ne combinaient pas tous ces ingrédients. Lorsque j’ai découvert cette approche par le photographe Marc Muench, j’ai été ravie.

Décortiquons la trinité créative

Le sujet domine

Il est de loin l’élément déterminant de l’organisation visuelle.

Quand le sujet est bien identifié, on le reconnaît à la première lecture d’une image. Il ne crée pas de doute chez le spectateur.

L’avantage de favoriser le sujet, c’est que vous n’êtes pas obligé d’intégrer les autres composantes pour obtenir une belle photo.

Il peut s’agir d’un arbre, d’une chaîne de montage, d’un champ de fleurs sauvages, d’une rivière sinueuse ou d’une grange dans un décor champêtre.

Si toutefois nous cherchons le sujet, sans réussir à le distinguer, la lecture devient confuse et on perd rapidement l’intérêt. En d’autres occasions, le sujet nous saute aux yeux. Si nous visitons le Grand Canyon en Arizona, ou les Alpes en Europe, il va de soi que les formations rocheuses constitueront le sujet principal. Par ailleurs, si nous sommes en forêt, il y a fort à parier qu’un arbre égaiera notre composition.

Composition Photo - Le sujet domine


La lumière domine

Ici, le sujet tombe au second plan, on mise essentiellement sur la lumière.

Elle a une place de choix pour rehausser l’ensemble d’un paysage. Connaissez-vous l’expression anglaise : It’s all about the light! (Tout est question de lumière !)

À vrai dire, nous ne sommes pas obligés de capturer tous les éléments de la trinité pour réussir notre cliché. La lumière, à elle seule, suffit. Selon les circonstances, elle va dominer et briller (c’est l’ cas de l’ dire) dans notre image.

Ceci explique pourquoi les photographes de paysage privilégient l’heure dorée.

Idéalement, la période entre 11 h et 15 h de l’après-midi est à éviter, la lumière, trop dure, ne met pas en valeur un paysage. Néanmoins, si vous êtes attentif et portez attention à votre environnement, vous pouvez dénicher des sujets qui se prêtent à ce type de lumière. Il suffit d’être à l’affût.

Jay Patel, photographe américain, a partagé une anecdote vécue lors d’une expédition dans un désert. La lumière, devenue soudainement dramatique, dansait entre les nuages nébuleux du firmament. Il s’est empressé de trouver un avant-plan pour capter cette scène inusitée.

Je vous invite à faire de même, captez la lumière dans toute sa splendeur, sans vous soucier de dénicher le sujet idéal. Avec la pratique, vous ajouterez éventuellement des éléments qui rehausseront l’agencement visuel de votre paysage.

⇒Article relié : 6 Conseils pour Optimiser l’Heure Dorée

Composition photo - La lumière domine

Composition photo - La lumière domine


Les types de lumière à surveiller

  • Soyez à l’affût des changements climatiques, ils apportent des nuages dramatiques, les fins de journée peuvent devenir spectaculaires. J’utilise l’application Intellicast pour surveiller la météo.
  • Les levers et les couchers de soleil, visiblement.
  • Arrivez tôt ou restez plus tard (30 minutes), d’où l’importance d’un bon repérage, afin de saisir les couleurs saisissantes de l’aurore ou du crépuscule.
  • La lumière en contre-jour crée des effets vraiment intéressants; flare, rayons lumineux et ambiance vaporeuse.
  • Vous aurez plus de succès en début ou à la fin de la journée, le soleil se trouvant plus bas sur l’horizon (en hiver, vous pouvez étirer la plage horaire, car le soleil reste bas dans le ciel). Vérifiez votre histogramme et compensez votre exposition au besoin.

⇒ Article relié : Rehausser la Beauté d’un Paysage : 4 Types de Lumières à Favoriser

Dernière lueur du jour du côté opposé du coucher de soleil. Toujours jeter un œil derrière soi, au cas où…


La composition domine

La disposition des éléments, l’équilibre des masses, la distinction des formes, le tracé d’une ligne directrice, la richesse des détails produiront un dynamisme visuel. L’œil se promènera allègrement dans l’image.

Des trois éléments de la trinité créative, la composition est la plus difficile à maîtriser.

Elle exige de notre part de bien scruter la scène, d’étudier les éléments entre eux et d’analyser leur harmonie. Au final, élaborer une image visuellement plaisante à regarder. Car la qualité esthétique entre en ligne de compte. C’est aussi une question de perception, de vécu. Ce qui plaira à l’un ne va pas nécessairement plaire à l’autre.

⇒ Article relié : Comment Mettre en Valeur la Beauté d’un Paysage

Composition photo - la composition domine

Notez les triangles créés par la grange et leur reflet dans l’eau, ils forment des lignes directrices très dynamiques.


4 Pistes à considérer pour déterminer votre composition

Une façon efficace d’optimiser notre composition est, tout d’abord, de ralentir. Évidemment, si vous photographiez un coucher de soleil, vous ne disposez pas de beaucoup de temps, prenez donc l’habitude d’arriver plus tôt. Mettez toutes les chances de votre côté. Prenez le temps de regarder, d’analyser.

Donnez-vous le défi de ne rien photographier pendant les 10 premières minutes. Insurmontable ? Peut-être, mais tellement bénéfique, croyez-moi ! Prenez cette période pour observer et déterminer les points forts de votre environnement.

⇒ Faites le tour du sujet. Incertain si la scène photographiée vous plaît ? Déplacez-vous, changez votre point de vue et explorez les différentes perspectives. Peut-être que le produit final ne donnera rien de bon, mais ce processus créatif permettra à votre vision de s’épanouir et enrichira votre expérience. Ce n’est pas une perte de temps, comme on peut l’imaginer.

⇒ Faites la patrouille des bords de votre viseur. Jeter un œil sur le pourtour de son viseur est une bonne habitude. Parfois (même souvent), nous sommes tellement concentrés sur le sujet à capter qu’on ne remarque même pas le poteau électrice qui se dresse au beau milieu de la photo, comme un poireau chétif pas rapport. Hihi !

Photographier un coucher de soleil : 12 secrets pour réussir


En résumé, voici des points de repère pour vous guider

Avant de prendre photo, essayez de percevoir ces points de repère pour vous aider à compléter votre composition. N’essayez pas de tous les intégrer dans l’image, c’est tout de même une liste assez importante, allez-y avec quelques-uns à la fois.

  • Respectez la règle des tiers (à considérer comme un guide, et non comme une norme absolue)
  • Séparez votre image en trois zones (premier plan, plan du milieu et arrière-plan)
  • Présentez-nous des formes : rond, triangle, carré, rectangle.
  • Repérez les lignes : courbe, droite, diagonale, verticale, horizontale.
  • Servez-vous des textures
  • Jouez avec les contrastes
  • Intégrez un premier plan (utile si vous avez un grand-angle)
  • Variez les perspectives : au ras du sol, au travers, en plongée, en contre-plongée, etc.)
  • Variez le format : horizontal & vertical
  • Faites attention aux espaces perdus (dead space)
  • Déterminez votre mise au point

Il ne reste plus qu’à tester, allez, à vos appareils !
Bonne photo
Anne ♥

Vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article comme référence!

Composition Photo - La Trinité Créative

 

8 Questions à se poser avant de déclencher

8 Questions à se poser avant de déclencher

Dans cet article, je vous partage 8  Questions à se poser avant de déclencher. En fait, il s’agit de mon approche photographique. Ça peut paraître très technique de prime abord. Mais il ne faut pas oublier que la photographie (après des mois, voire des années de pratique) devient machinale. Certes on se pose (encore) des questions, mais pas autant. Haha !

J’ai donc décortiqué mon processus créatif pour vous permettre de comprendre davantage mon intention derrière l’image. Aussi, qu’elles sont les questions à se poser avant de déclencher. Si vous souhaitez sortir du mode « automatique » de votre appareil photo, vous y trouverez des pistes pour y parvenir.

Si, toutefois, toutes ces étapes vous dépasse (et vous décourage) avant même de prendre une photo, n’en choisissez qu’une seule à mettre en pratique.

8 Questions à se poser avant de déclencher

8 Questions à se poser avant de déclencher

Mise en situation 

En explorant les routes de ma région, je repère un endroit intéressant où faire de la photo.  Un week-end, je m’y rends. Je gare ma voiture à proximité et j’explore à pied. Je réalise quelques clichés lorsque j’aperçois le cheval.

Il broute nonchalamment, ne se souciant guère de ma présence. La clôture ancienne trace un point de fuite accrocheur et les petits boutons d’or agrémentent joliment le premier plan.

Voilà qui fera un beau sujet !

À retenir pour le repérage

La meilleure façon de découvrir de nouveaux lieux à photographier est de faire du repérage et d’explorer. Promenez-vous avec votre véhicule et empruntez les chemins qui vous semblent sans intérêt.

Vous serez étonné des découvertes que l’on peut y faire.

Arrêtez-vous au besoin, observez la direction de la lumière et prenez des notes. Circulez à pied et arpentez le territoire. Servez-vous d’une application, comme Ephemeris, ou PhotoPills pour repérer où le soleil se lève et se couche.

Revenez lors de ces périodes pour optimiser vos prises de vue, n’oubliez pas de profiter de l’heure dorée.

Mon intention

Flouter le premier plan pour donner une impression de douceur et ainsi isoler le sujet. Je m’approche très près des boutons d’or et, en choisissant une grande ouverture (f/petit chiffre), le rendu final produira un effet d’avant-plan coloré.

1-Dois-je utiliser un trépied ?

La lumière du jour est suffisante, inutile de sortir le trépied. Je préfère avoir les mains libres pour suivre le sujet et réagir rapidement. À cause du poids de l’objectif, je jette néanmoins un œil à ma vitesse (1/200sec.). La stabilisation (dispositif destiné à compenser le flou de bougé) me fera gagner 2 crans de vitesse, ce sera parfait, si le sujet ne bouge pas trop, évidemment.

Question à se poser : Ai-je besoin d'un trépied?

 

2-Quel objectif utiliser ?

Puisque le cheval est assez loin (et ne semble pas vouloir s’approcher de moi), j’opte pour un zoom 70-300 mm. Ce téléobjectif me permettra de me rapprocher du cheval (visuellement parlant). Je varie les focales fixant mon choix sur le 145 mm, tout en laissant la clôture sur la droite, créant ainsi un point de fuite qui dirige le regard vers le sujet.

3-Quel réglage ISO choisir ?

À main levée, les ISO sont généralement entre 200 et 250. En vérifiant ma vitesse, je me rends compte que c’est suffisant.

4-Quelle balance des blancs ?

C’est une journée nuageuse, je pourrais sélectionner la Balance des Blancs sur « Ombre ». Mais je laisse sur « Kelvins à 5580 », c’est un réglage personnalisé que je trouve plus précis. Si les couleurs nécessitent un ajustement, vous n’avez qu’à les corriger en post traitement.

Question à se poser : Quelle ouverture choisir?

5-Quelle ouverture choisir ?

Ici, je veux flouter les fleurs au premier plan. Je choisis donc la plus grande ouverture disponible sur mon objectif, f/5.6. Pour produire un effet de caché derrière, tapissant le premier plan de rondelles de couleurs vaporeuses, je me place très près des boutons d’or.

6-Où faire la mise au point ?

Lorsque vous photographiez un animal, effectuez toujours la mise au point sur les yeux. Par ailleurs, comme les fleurs sont près de moi, et mon sujet très loin, je sais qu’au final j’obtiendrai un beau bokeh au premier plan, conservant la netteté sur le sujet.

7-Dois-je utiliser un polarisant ?

Non, ce faisant, je perdrais deux crans de vitesse. Et puisque je suis à main levée, je préfère prioriser ce paramètre.

8-Ai-je besoin d’ajuster mon exposition ?

Un rapide coup d’œil à mon histogramme m’indique une légère surexposition. Je fais une compensation d’exposition de -0.5 IL. Vous pouvez activer les alertes de hautes lumières pour en être informé et faire les ajustements au besoin.

Question à se poser : Lire l'histogramme

Prêt à déclencher !  

Une fois toutes les décisions prises, il ne reste plus qu’à se concentrer sur le sujet. Je me suis accroupie afin de me rapprocher des fleurs, créant ainsi un joyeux flouté. J’ai pris une série d’images, attendant patiemment que le cheval soit en position avantageuse. Sa tête relevée, visible à notre regard, et non dissimulée derrière un rideau de fleurs.

Voilà, j’espère que ce genre de partage vous plaît. N’hésitez pas à me laisser un commentaire, ça me fera plaisir de vous lire.

8 Questions à se poser avant de déclencher | Anne Jutras, artiste photographe