Composition photo : Découvrez la trinité créative

Composition photo : Découvrez la trinité créative

Réussir la composition d’une photo de paysage requiert des efforts bien plus créatifs qu’une simple promenade en forêt. Prenez le portrait, il a été prouvé que les yeux d’un individu, ou d’un animal, dans une composition attirent immédiatement l’attention du spectateur.

Qui n’a pas été attendri par la photo d’un enfant qui dirige le regard directement vers nous ?

Vous ne trouverez pas des yeux à mettre en valeur dans la nature (hihi !), mais vous devrez utiliser les vôtres de façon intentionnelle pour créer des images fortes.

Anne Jutras, artiste photographe

Attentif aux détails, en prenant le temps d’observer et d’analyser la scène, vous cheminerez vers la réussite de vos compositions. 

Qu’est-ce la composition en photographie ?

C’est l’agencement de divers éléments disposés dans votre image. Que ce soit des lignes, des formes, le contraste ou la lumière, leur mise en place impactera le rendu visuel. Une composition réussie guidera le regard dans l’image et mettra en valeur le sujet.

Quelques règles de base aident à améliorer la composition de vos photos.

Toutefois, dans cet article, je vous propose une approche photographique TOTALEMENT différente pour réussir vos compositions en photographie.

⇒ Découvrons ensemble la trinité créative.

Qu’est-ce que la trinité créative ?

La trinité créative est la combinaison de trois composantes assemblées à même une seule image; le sujet, la lumière et la composition. Ceci représente le summum d’une photo réussie.

DÉMO de la Trinité Créative : Sujet | Lumière | Composition

D’ailleurs, la photographie de paysage est reconnue pour la beauté qu’elle transmet. On s’extasie devant un panorama où tous les éléments visuels sont élégamment mis en valeur : le sujet, la lumière et la composition. Un trio gagnant.

Néanmoins, lorsque l’un d’eux ne figure pas dans l’ensemble, on juge (trop rapidement) que la photo n’est pas tout à fait réussie.

Qu’il y manque quelque chose.

J’ai récemment découvert que l’on peut isoler un de ces éléments et créer des images tout aussi puissantes. Vous pouvez également en combiner deux, selon les circonstances. Et si le bonheur vous offre l’opportunité de photographier tous les éléments réunis, je parle ici du sujet, de la composition et de la lumière, eh bien, alléluia !

Confidence

J’appliquais cette méthode sans vraiment en être consciente. Mais je ressentais un sentiment d’échec lorsque mes photos de paysages ne combinaient pas tous ces ingrédients. Lorsque j’ai découvert cette approche par le photographe Marc Muench, j’ai été ravie.

Décortiquons la trinité créative

Le sujet domine

Il est de loin l’élément déterminant de l’organisation visuelle.

Quand le sujet est bien identifié, on le reconnaît à la première lecture d’une image. Il ne crée pas de doute chez le spectateur.

L’avantage de favoriser le sujet, c’est que vous n’êtes pas obligé d’intégrer les autres composantes pour obtenir une belle photo.

Il peut s’agir d’un arbre, d’une chaîne de montage, d’un champ de fleurs sauvages, d’une rivière sinueuse ou d’une grange dans un décor champêtre.

Si toutefois nous cherchons le sujet, sans réussir à le distinguer, la lecture devient confuse et on perd rapidement l’intérêt. En d’autres occasions, le sujet nous saute aux yeux. Si nous visitons le Grand Canyon en Arizona, ou les Alpes en Europe, il va de soi que les formations rocheuses constitueront le sujet principal. Par ailleurs, si nous sommes en forêt, il y a fort à parier qu’un arbre égaiera notre composition.

Composition Photo - Le sujet domine


La lumière domine

Ici, le sujet tombe au second plan, on mise essentiellement sur la lumière.

Elle a une place de choix pour rehausser l’ensemble d’un paysage. Connaissez-vous l’expression anglaise : It’s all about the light! (Tout est question de lumière !)

À vrai dire, nous ne sommes pas obligés de capturer tous les éléments de la trinité pour réussir notre cliché. La lumière, à elle seule, suffit. Selon les circonstances, elle va dominer et briller (c’est l’ cas de l’ dire) dans notre image.

Ceci explique pourquoi les photographes de paysage privilégient l’heure dorée.

Idéalement, la période entre 11 h et 15 h de l’après-midi est à éviter, la lumière, trop dure, ne met pas en valeur un paysage. Néanmoins, si vous êtes attentif et portez attention à votre environnement, vous pouvez dénicher des sujets qui se prêtent à ce type de lumière. Il suffit d’être à l’affût.

Jay Patel, photographe américain, a partagé une anecdote vécue lors d’une expédition dans un désert. La lumière, devenue soudainement dramatique, dansait entre les nuages nébuleux du firmament. Il s’est empressé de trouver un avant-plan pour capter cette scène inusitée.

Je vous invite à faire de même, captez la lumière dans toute sa splendeur, sans vous soucier de dénicher le sujet idéal. Avec la pratique, vous ajouterez éventuellement des éléments qui rehausseront l’agencement visuel de votre paysage.

⇒Article relié : 6 Conseils pour Optimiser l’Heure Dorée

Composition photo - La lumière domine

Composition photo - La lumière domine


Les types de lumière à surveiller

  • Soyez à l’affût des changements climatiques, ils apportent des nuages dramatiques, les fins de journée peuvent devenir spectaculaires. J’utilise l’application Intellicast pour surveiller la météo.
  • Les levers et les couchers de soleil, visiblement.
  • Arrivez tôt ou restez plus tard (30 minutes), d’où l’importance d’un bon repérage, afin de saisir les couleurs saisissantes de l’aurore ou du crépuscule.
  • La lumière en contre-jour crée des effets vraiment intéressants; flare, rayons lumineux et ambiance vaporeuse.
  • Vous aurez plus de succès en début ou à la fin de la journée, le soleil se trouvant plus bas sur l’horizon (en hiver, vous pouvez étirer la plage horaire, car le soleil reste bas dans le ciel). Vérifiez votre histogramme et compensez votre exposition au besoin.

⇒ Article relié : Rehausser la Beauté d’un Paysage : 4 Types de Lumières à Favoriser

Dernière lueur du jour du côté opposé du coucher de soleil. Toujours jeter un œil derrière soi, au cas où…


La composition domine

La disposition des éléments, l’équilibre des masses, la distinction des formes, le tracé d’une ligne directrice, la richesse des détails produiront un dynamisme visuel. L’œil se promènera allègrement dans l’image.

Des trois éléments de la trinité créative, la composition est la plus difficile à maîtriser.

Elle exige de notre part de bien scruter la scène, d’étudier les éléments entre eux et d’analyser leur harmonie. Au final, élaborer une image visuellement plaisante à regarder. Car la qualité esthétique entre en ligne de compte. C’est aussi une question de perception, de vécu. Ce qui plaira à l’un ne va pas nécessairement plaire à l’autre.

⇒ Article relié : Comment Mettre en Valeur la Beauté d’un Paysage

Composition photo - la composition domine

Notez les triangles créés par la grange et leur reflet dans l’eau, ils forment des lignes directrices très dynamiques.


4 Pistes à considérer pour déterminer votre composition

Une façon efficace d’optimiser notre composition est, tout d’abord, de ralentir. Évidemment, si vous photographiez un coucher de soleil, vous ne disposez pas de beaucoup de temps, prenez donc l’habitude d’arriver plus tôt. Mettez toutes les chances de votre côté. Prenez le temps de regarder, d’analyser.

Donnez-vous le défi de ne rien photographier pendant les 10 premières minutes. Insurmontable ? Peut-être, mais tellement bénéfique, croyez-moi ! Prenez cette période pour observer et déterminer les points forts de votre environnement.

⇒ Faites le tour du sujet. Incertain si la scène photographiée vous plaît ? Déplacez-vous, changez votre point de vue et explorez les différentes perspectives. Peut-être que le produit final ne donnera rien de bon, mais ce processus créatif permettra à votre vision de s’épanouir et enrichira votre expérience. Ce n’est pas une perte de temps, comme on peut l’imaginer.

⇒ Faites la patrouille des bords de votre viseur. Jeter un œil sur le pourtour de son viseur est une bonne habitude. Parfois (même souvent), nous sommes tellement concentrés sur le sujet à capter qu’on ne remarque même pas le poteau électrice qui se dresse au beau milieu de la photo, comme un poireau chétif pas rapport. Hihi !

Photographier un coucher de soleil : 12 secrets pour réussir


En résumé, voici des points de repère pour vous guider

Avant de prendre photo, essayez de percevoir ces points de repère pour vous aider à compléter votre composition. N’essayez pas de tous les intégrer dans l’image, c’est tout de même une liste assez importante, allez-y avec quelques-uns à la fois.

  • Respectez la règle des tiers (à considérer comme un guide, et non comme une norme absolue)
  • Séparez votre image en trois zones (premier plan, plan du milieu et arrière-plan)
  • Présentez-nous des formes : rond, triangle, carré, rectangle.
  • Repérez les lignes : courbe, droite, diagonale, verticale, horizontale.
  • Servez-vous des textures
  • Jouez avec les contrastes
  • Intégrez un premier plan (utile si vous avez un grand-angle)
  • Variez les perspectives : au ras du sol, au travers, en plongée, en contre-plongée, etc.)
  • Variez le format : horizontal & vertical
  • Faites attention aux espaces perdus (dead space)
  • Déterminez votre mise au point

Il ne reste plus qu’à tester, allez, à vos appareils !
Bonne photo
Anne ♥

Vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article comme référence!

Composition Photo - La Trinité Créative

 

8 Questions à se poser avant de déclencher

8 Questions à se poser avant de déclencher

Dans cet article, je vous partage 8  Questions à se poser avant de déclencher. En fait, il s’agit de mon approche photographique. Ça peut paraître très technique de prime abord. Mais il ne faut pas oublier que la photographie (après des mois, voire des années de pratique) devient machinale. Certes on se pose (encore) des questions, mais pas autant. Haha !

J’ai donc décortiqué mon processus créatif pour vous permettre de comprendre davantage mon intention derrière l’image. Aussi, qu’elles sont les questions à se poser avant de déclencher. Si vous souhaitez sortir du mode « automatique » de votre appareil photo, vous y trouverez des pistes pour y parvenir.

Si, toutefois, toutes ces étapes vous dépasse (et vous décourage) avant même de prendre une photo, n’en choisissez qu’une seule à mettre en pratique.

8 Questions à se poser avant de déclencher

8 Questions à se poser avant de déclencher

Mise en situation 

En explorant les routes de ma région, je repère un endroit intéressant où faire de la photo.  Un week-end, je m’y rends. Je gare ma voiture à proximité et j’explore à pied. Je réalise quelques clichés lorsque j’aperçois le cheval.

Il broute nonchalamment, ne se souciant guère de ma présence. La clôture ancienne trace un point de fuite accrocheur et les petits boutons d’or agrémentent joliment le premier plan.

Voilà qui fera un beau sujet !

À retenir pour le repérage

La meilleure façon de découvrir de nouveaux lieux à photographier est de faire du repérage et d’explorer. Promenez-vous avec votre véhicule et empruntez les chemins qui vous semblent sans intérêt.

Vous serez étonné des découvertes que l’on peut y faire.

Arrêtez-vous au besoin, observez la direction de la lumière et prenez des notes. Circulez à pied et arpentez le territoire. Servez-vous d’une application, comme Ephemeris, ou PhotoPills pour repérer où le soleil se lève et se couche.

Revenez lors de ces périodes pour optimiser vos prises de vue, n’oubliez pas de profiter de l’heure dorée.

Mon intention

Flouter le premier plan pour donner une impression de douceur et ainsi isoler le sujet. Je m’approche très près des boutons d’or et, en choisissant une grande ouverture (f/petit chiffre), le rendu final produira un effet d’avant-plan coloré.

1-Dois-je utiliser un trépied ?

La lumière du jour est suffisante, inutile de sortir le trépied. Je préfère avoir les mains libres pour suivre le sujet et réagir rapidement. À cause du poids de l’objectif, je jette néanmoins un œil à ma vitesse (1/200sec.). La stabilisation (dispositif destiné à compenser le flou de bougé) me fera gagner 2 crans de vitesse, ce sera parfait, si le sujet ne bouge pas trop, évidemment.

Question à se poser : Ai-je besoin d'un trépied?

 

2-Quel objectif utiliser ?

Puisque le cheval est assez loin (et ne semble pas vouloir s’approcher de moi), j’opte pour un zoom 70-300 mm. Ce téléobjectif me permettra de me rapprocher du cheval (visuellement parlant). Je varie les focales fixant mon choix sur le 145 mm, tout en laissant la clôture sur la droite, créant ainsi un point de fuite qui dirige le regard vers le sujet.

3-Quel réglage ISO choisir ?

À main levée, les ISO sont généralement entre 200 et 250. En vérifiant ma vitesse, je me rends compte que c’est suffisant.

4-Quelle balance des blancs ?

C’est une journée nuageuse, je pourrais sélectionner la Balance des Blancs sur « Ombre ». Mais je laisse sur « Kelvins à 5580 », c’est un réglage personnalisé que je trouve plus précis. Si les couleurs nécessitent un ajustement, vous n’avez qu’à les corriger en post traitement.

Question à se poser : Quelle ouverture choisir?

5-Quelle ouverture choisir ?

Ici, je veux flouter les fleurs au premier plan. Je choisis donc la plus grande ouverture disponible sur mon objectif, f/5.6. Pour produire un effet de caché derrière, tapissant le premier plan de rondelles de couleurs vaporeuses, je me place très près des boutons d’or.

6-Où faire la mise au point ?

Lorsque vous photographiez un animal, effectuez toujours la mise au point sur les yeux. Par ailleurs, comme les fleurs sont près de moi, et mon sujet très loin, je sais qu’au final j’obtiendrai un beau bokeh au premier plan, conservant la netteté sur le sujet.

7-Dois-je utiliser un polarisant ?

Non, ce faisant, je perdrais deux crans de vitesse. Et puisque je suis à main levée, je préfère prioriser ce paramètre.

8-Ai-je besoin d’ajuster mon exposition ?

Un rapide coup d’œil à mon histogramme m’indique une légère surexposition. Je fais une compensation d’exposition de -0.5 IL. Vous pouvez activer les alertes de hautes lumières pour en être informé et faire les ajustements au besoin.

Question à se poser : Lire l'histogramme

Prêt à déclencher !  

Une fois toutes les décisions prises, il ne reste plus qu’à se concentrer sur le sujet. Je me suis accroupie afin de me rapprocher des fleurs, créant ainsi un joyeux flouté. J’ai pris une série d’images, attendant patiemment que le cheval soit en position avantageuse. Sa tête relevée, visible à notre regard, et non dissimulée derrière un rideau de fleurs.

Voilà, j’espère que ce genre de partage vous plaît. N’hésitez pas à me laisser un commentaire, ça me fera plaisir de vous lire.

8 Questions à se poser avant de déclencher | Anne Jutras, artiste photographe

4 Astuces pour sortir du mode automatique en photo

4 Astuces pour sortir du mode automatique en photo

Qui n’a pas souhaité, un jour ou l’autre, sortir du mode automatique de son appareil ? Créer selon sa vision. Tous les paramètres disponibles nous procurent une foule d’options pour y parvenir. Le hic, très souvent, c’est de savoir s’en servir.

Si vous débutez en photographie, vous êtes peut-être tombé dans le piège du mode automatique. L’appareil décide à votre place et vous n’avez pas à vous casser la tête.

Le hic (majeur cette fois), vous obtenez parfois des résultats super chouettes. Hourra ! Et, d’autres fois, c’est nul. Bouh ! Mais, selon moi, le grand inconvénient est que vous ignorez totalement comment reproduire vos réussites.

Ça vous est déjà arrivé ? Pas d’inquiétude.

Dans cet article, je vous propose 4 astuces pour sortir du mode automatique tout en restant zen.

4 Astuces pour sortir du mode automatique en photo

1- Acceptez de faire des erreurs

Tout d’abord, quand nous sommes en apprentissage c’est normal de faire des erreurs. Même beaucoup. Un musicien qui étudie le piano ne réussira pas ses gammes du premier coup. Il doit travailler longtemps pour discipliner ses doigts et obtenir une certaine habileté technique.

Ben, en photographie, c’est la même chose.

Donc, dans ce processus d’apprentissage (lire se débarrasser du mode automatique), vous récolterez forcément des photos ratées. Même beaucoup. Et c’est tout à fait correct ! La patience et la persévérance vous permettront de maîtriser la technique.

Article relié : Comment transformer nos erreurs pour devenir un meilleur photographe

4 Astuces pour sortir du mode automatique en photo

2- Alternez entre apprentissage et divertissement

Si vous vous interdisez d’utiliser le mode automatique et que vous sentez la pression monter, au point de vouloir vous arracher les cheveux, de grâce, revenez en automatique.

La photographie n’est pas une dictature, hein.

Permettez-vous de varier vos périodes d’apprentissage. Alternez les moments studieux « je pratique le mode manuel », par des instants plus permissifs « je reviens en mode automatique ». Ceci allégera le processus et vous procurera plus de plaisir.

Par ailleurs, pratiquer assidûment une nouvelle technique génère une fatigue cérébrale. Il est donc judicieux de revenir à notre façon de faire habituelle, juste le temps d’assimiler le tout. Et de restez zen…

Restez zen et apprendre à connaître son appareil

3- Optez pour le mode semi-automatique

Diverses méthodes s’offrent à vous pour apprendre à sortir du mode automatique.

Complètement manuel

Vous pourriez décider d’utiliser le mode manuel. Vous déterminez les ISO, puis vous choisissez les ouvertures ET les vitesses, selon la lecture de votre posemètre, afin de bien exposer votre image.

Ça demande une bonne dose d’attention. Cette approche vous permet de saisir le triangle photographique; l’équilibre entre 3 paramètres : ouverture / vitesse / ISO.

Certaines personnes lorsqu’elles l’ont adopté (et compris) ne veulent plus revenir en arrière.

Mode semi-automatique (priorité ouverture ou vitesse)

Une autre méthode consiste à faire les ajustements à mi-chemin.

Par exemple, vous faites le choix de l’ouverture et vous laissez l’appareil décider de la vitesse. Ceci vous familiarise avec la profondeur de champ. Variez les diaphragmes afin de bien saisir ce choix créatif. Cette option est utile en photo paysage, macrophotographie ou pour le portrait.

Ou l’inverse, optez pour la vitesse, l’appareil de son côté se chargera de l’ouverture. Cette approche vous permettra de comprendre l’incidence de ce paramètre sur l’image. Utile pour la photo d’action, mais aussi pour éviter le flou de bouger.

Astuces pour sortir du mode auto : la pratique !

4- Pratiquez régulièrement

Il va sans dire qu’une pratique régulière et constante garantira le succès de votre apprentissage. Ne vous attendez pas à contrôler votre appareil si vous ne l’utilisez que quelques fois par mois.

Les athlètes remportehttp://r0p.b62.myftpupload.com/la-randonnee-photo/nt des médailles en s’appliquant tous les jours.

Bon, le but n’est certes pas de devenir un champion hors pair, mais de maîtriser la base pour que ça devienne une seconde nature. Et ne pas devoir se freiner, dans votre processus créatif, chaque fois que vous désirez obtenir un effet.

Voilà ! Tout ce qui vous reste à accomplir est de pratiquer sur une base régulière.

Dans les commentaires, dites-moi si vous préférez le mode manuel, semi-automatique ou… automatique ? 

Rehausser la beauté d’un paysage : 4 types de lumière à favoriser

Rehausser la beauté d’un paysage : 4 types de lumière à favoriser

Avez-vous déjà remarqué à quel point la lumière influence la perception d’un lieu ? Selon l’heure de la journée, elle transforme le paysage le plus banal en une scène extraordinaire. C’est presque de la magie !

Je me souviens du jour où j’ai assisté à cette magie. Je circulais sur une route de campagne que je connaissais bien. Photographiquement, elle n’offrait rien d’intéressant, enfin, c’est ce que je percevais.

 

Mais ce matin-là, le soleil matinal étalait son manteau doré. Chaque petit détail était rehaussé et prenait vie d’une manière tout à fait inattendue, à mes yeux. J’avais l’impression d’être dans un autre monde. À partir de ce jour, j’ai appris à voir au-delà des apparences et à ne pas sous-estimer le potentiel photographique d’un lieu.

Regardons ensemble 4 types de lumière qui rehausse la beauté d’un paysage. Et, du coup, modifie votre perception. Une journée nuageuse ne produira pas le même effet qu’une journée de grand soleil.

1- La lumière diffuse

Elle se produira généralement sous le couvert d’une journée nuageuse, offrant une lumière douce et tamisée, atténuant l’écart entre les hautes lumières et les ombres profondes. En d’autres circonstances, elle sera générée par une brume matinale ou un brouillard épais, suscitant une atmosphère enveloppante.

Rehausser un paysage : 4 types de lumière à favoriser

Malgré ses qualités esthétiques, plusieurs la considèrent comme un désavantage en photographie de paysage. En effet, un panorama capturé sous cet éclairage présente un aspect un peu terne et sans grand relief.

De plus, le ciel devient d’un blanc immaculé, occasionnant une zone d’attraction qui attire le regard et nuit à la lecture de l’image. Pour remédier à la situation, décidez de ne pas inclure le ciel et cadrez plus serré, ou encore, ajoutez un filtre dégradé afin d’accentuer l’effet dramatique d’un ciel chargé de nuages.

Article relié ⇒ Filtres Photo : À quoi servent-ils ? 

Lumière diffuse : photo de cascade

Une autre possibilité est d’en profiter pour photographier les chutes et les cascades. La lumière diffuse facilitera les longues expositions. Vous obtiendrez ainsi plus de détails dans les rochers, à l’ombre, et l’eau ne reflétera pas l’éclat du soleil qui a tendance à surexposer les zones claires lors de longues expositions.

2- La lumière directe

Les journées ensoleillées nous réjouissent ! La lumière est franche, ajoute couleur et vie aux paysages, sculpte les détails et redonne de la richesse aux textures. Mais on sera vite désenchanté par les hauts contrastes qu’elle produit; les ombres sont impénétrables et les espaces clairs risquent d’être surexposés.

Rehausser un paysage : 4 types de lumière à favoriser

Que faire ? Parvenez à un compromis, choisissez d’exposer soit pour les hautes lumières ou pour les ombres. Cadrez plus serré et faites votre lecture d’exposition à l’endroit désiré et acceptez de laisser dans l’ombre les zones ombragées ou de surexposer certaines parties de votre image. Vos images dégageront ainsi un impact visuel fort.

Rehausser un paysage : 4 types de lumière à favoriser

Évitez la lumière dure qui se situe entre 11 h et 15 h de l’après-midi et privilégiez la lumière matinale ou celle de fin de journée. Les ombres sont plus étirées et la lumière est plus douce.

Notez que l’hiver offre une plage de temps plus étendu pour photographier en lumière directe. Certes, les journées sont courtes, mais inondées d’une lumière intéressante. En raison de sa position moins élevée, le soleil cause moins de problématique au niveau des contrastes.

Rehausser un paysage : 4 types de lumière à favoriser

3- La lumière de côté

Cette source de lumière donne du relief et accentue le contour des éléments.

De plus, elle offre l’opportunité de mettre l’accent sur les textures et les formes. Déterminez votre sujet et l’histoire que désirez véhiculer à l’aide de cette lumière. Si votre intention est de démontrer le relief d’un paysage, ce type d’éclairage est tout à fait approprié.

Lumière de côté : types de lumière à favoriser en photo paysage

Pour optimiser l’effet, réalisez vos prises de vue en début ou en fin de journée. Le soleil, plus bas sur l’horizon, crée des ombres étirées et imprègne votre image d’une atmosphère feutrée.

Si vous ajoutez le soleil dans votre image, vous obtiendrez un effet hautement dramatique.

Inclure le soleil dans le paysage : lumière hautement dramatique

4- Le contre-jour

Lorsque vous photographiez avec le soleil situé face à vous, vous obtenez un contre-jour. Ce type de lumière est difficile à réussir, car elle donne lieu à des zones fortement sous-exposées.

Pour la photo ci-dessus, la neige fait office de réflecteur et débouche les ombres au sol. J’ai fait ma lecture d’exposition pour l’ombre et, à l’aide de mon histogramme, j’ai vérifié que mes hautes lumières ne soient pas brûlées.

Rehausser un paysage : 4 types de lumière à favoriser

Toutefois, vous pouvez décider de ne pas inclure le soleil dans votre composition, et réussir des images tout aussi percutantes. En hiver, les ombres tracées par les éléments créeront un bel effet graphique.

Durant l’été, les items translucides, comme les fleurs ou les feuilles seront joliment soulignés d’une lueur diaphane. Si le soleil est suffisamment bas, et pénètre dans votre objectif, vous obtiendrez un flare (voile lumineux). Cet effet ajoute une touche artistique à vos images et restitue une atmosphère vaporeuse.

Rehausser un paysage : 4 types de lumière à favoriser

Le contre-jour peut créer de superbes silhouettes lors d’un coucher de soleil, recherchez des items avec un contour défini pour un impact spectaculaire et faites votre lecture d’exposition sur le ciel.

Article relié ⇒ Photographier en contre-jour créer des images saisissantes 

Rehausser un paysage : 4 types de lumière à favoriser

Dans les commentaires, partagez-moi le type de lumière que vous préférez.