Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Vous habitez une belle région, mais vous ignorez comment mettre en valeur ses paysages. Comment parvenir à immortaliser la beauté d’un lieu ? L’écart entre ce que nous voyons et ce que nous réussissons à photographier est souvent considérable. De plus, les étapes à réaliser semblent bien complexes.

Bien qu’il existe plusieurs façons d’améliorer vos photos de paysage, en suivant quelques conseils, le processus n’est pas si sorcier.

Article relié ⇒ 7 Conseils pour améliorer vos photos de paysage

Dans cet article, je vous donne des pistes pour vous aider à mettre en valeur les paysages de votre région. Nous analyserons trois points importants :

  • Cibler le sujet principal
  • Soigner votre composition
  • Découvrir la bonne lumière

Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Cibler le sujet principal

Il est important de faire du repérage et cibler le sujet principal qui fera ressortir la beauté d’un lieu.

Prenez votre temps

Circuler lentement vous permettra de repérer les éléments susceptibles de composer une belle image. Si vous êtes en voiture, immobilisez votre véhicule et faites une petite marche d’exploration.

Scrutez votre territoire avec l’œil d’un détective en quête d’indices révélateurs.

Notez les adresses, pour ne pas les oublier.

Observez soigneusement

Portez attention aux détails.

  • Voyez-vous un sentier bordé d’arbres matures formant un point de fuite ?
  • Se dirige-t-il vers un lieu intéressant à photographier ?
  • Des montagnes se dressent-elles à l’horizon ?
  • Avez-vous repéré des bâtiments, modernes ou d’allure champêtre ?
  • Sont-ils enjolivés de jardinières ?
  • Si vous êtes près de la mer, vérifiez les marées.

Ce type d’observation vous fournit une multitude d’informations qui permettront de diversifier vos photos de paysage.

Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Soigner votre composition

Composition dynamique versus statique

Une composition dynamique sera soulignée par du mouvement : cascade en filé, vagues vaporeuses ou nuages striés. Ce style d’image suggère force et énergie. Pour obtenir cet effet, optez pour une longue exposition.

Le meilleur moment pour réaliser ce type de photo est en fin de journée (ou tôt le matin), alors que la lumière est plus faible. Ce sera plus facile de réduire votre vitesse d’obturation et d’avoir une longue exposition.

Une composition statique produira un sentiment de stabilité et de calme. Plus traditionnelle, elle aura intérêt à être mise en valeur grâce à la lumière ou jouer judicieusement avec la perspective.

Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Jouer avec la perspective

Changer son point de vue n’est pas seulement une question de créativité, il met aussi en valeur le paysage. Chaque perspective détient une caractéristique propre et, bien utilisée, elle permet de livrer un message puissant et accroît l’impact visuel.

Lorsque vous êtes sur les lieux, demandez-vous de quelle façon vous pouvez souligner ce message.

  • Avez-vous la possibilité de changer de position ?
  • Pouvez-vous grimper sur quelque chose pour offrir un point de vue surélevé ?
  • Ou vous accroupir au sol ?
  • Intégrer un premier plan qui invitera le spectateur dans l’image ?

Bref, déplacez-vous. Si vous utilisez un trépied, n’hésitez pas à le manipuler de sorte qu’il s’adapte à votre nouveau point de vue. 😉

Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Perspectives à envisager

  • Au ras du sol
  • Caché derrière
  • Un cadre dans un cadre
  • En plongée
  • En contre-plongée
  • Le point de fuite (ou ligne directrice)

Découvrir la bonne lumière

Si les caractéristiques d’un lieu sont primordiales pour mettre en valeur un paysage, la qualité de la lumière sublimera l’ensemble de la scène. Un site qui nous apparaît banal en mi-journée se transformera sous la lueur du matin, ou du soir.

En matinée

Les petits matins offrent une atmosphère très différente de celle du soir. Le paysage est nimbé d’une atmosphère particulière, la lumière est douce et le décor enveloppé de brumes flottantes, parfois accompagnée de rosée. Sans compter la tranquillité. Si vous êtes un lève-tôt, envisagez de photographier les riches couleurs de l’aurore.

En fin de journée

Sa luminosité est identique à celle du matin avec, en moins, la brume, la rosée et la tranquillité. Si l’idée de vous lever tôt vous rebute, adoptez cette période du jour. Vous pourrez même profiter du crépuscule et de l’heure bleue.

Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Prévisualiser

Prenez l’habitude de circuler tôt le matin, ou en fin de journée afin de repérer l’éclairage idéal. Pour ma part, souvent après avoir fait une sortie photo, je m’attarde dans les environs pour vérifier la lumière et son incidence sur le paysage.

  • Est-ce que la lumière du matin avantagerait mieux ce paysage ?
  • Ou celle de la fin du jour ?

Ceci me permet de prévisualiser le potentiel d’une scène future.

Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Ajouter un personnage à vos photos (bonus)

Il est parfois difficile de saisir l’étendue d’une forêt grandiose ou la dimension d’une chute. L’ajout d’une personne accroît l’intérêt, met en perspective le lieu et nous permet d’obtenir une échelle de grandeur.

On réalise alors que cette fameuse chute est… magistrale !

Il peut également mettre en lumière une situation et insuffler une atmosphère particulière, le personnage venant soutenir l’histoire visuelle. Si vous êtes mal à l’aise avec ce concept, voilà un beau défi à relever. Voilà une façon très originale de mettre en valeur la beauté d’un lieu.

Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Conclusion

Faites d’abord votre repérage. Notez les lieux intéressants dotés d’éléments uniques. Variez vos perspectives en vous déplaçant, jouez avec les angles, soyez imaginatif. Osez ajouter un personnage à vos paysages, transmettant ainsi une histoire visuelle qui mettra en valeur la scène. Étudiez la lumière, c’est elle qui viendra illuminer le tout.

Bonne photo et bon week-end! 

Photo de paysage : 5 Erreurs Fréquentes et Comment les Éviter

Photo de paysage : 5 Erreurs Fréquentes et Comment les Éviter

Les erreurs, en photographie de paysage, sont fréquentes. Plusieurs facteurs en expliquent la cause : inattention, visite d’un endroit pour la première fois, lumière insuffisante, mauvais ajustement de l’appareil. Ou encore, vous accédez à un site juste au moment où le soleil bascule sous l’horizon, réduisant votre séance photo à une poignée de minutes. Néanmoins, en adoptant quelques principes de base, vous éviterez ces erreurs et, du coup, améliorez vos images. 

Voyons ensemble les 5 erreurs à éviter et comment y remédier.

Erreur 1 – Ciel délavé

Dans un paysage, le ciel est l’un des premiers éléments à devenir surexposé, surtout lors d’une journée ensoleillée. L’écart entre les hautes et les basses lumières est trop élevé pour permettre au capteur de saisir toutes les tonalités de la scène.

Vous obtiendrez une image avec un pan de ciel d’un blanc « tapageur » et, même si ce n’est pas votre intention, le regard de votre spectateur s’y accrochera sans cesse.

La solution

Utilisez un filtre (dégradé neutre ou un polarisant)

L’utilisation d’un filtre dégradé neutre (GND) s’avère judicieuse pour cette situation. On le dit dégradé parce qu’une partie du filtre est plus foncé que le reste.

Installée devant l’objectif, la partie foncée du filtre diminue l’intensité d’un ciel lumineux par rapport au sol plus sombre. Ainsi, vous obtenez une image dont toute la scène est bien exposée. En contre partie, l’utilisation d’un filtre polarisant s’avère utile. En plus d’enrichir les couleurs, il est efficace pour diminuer la luminosité du ciel.

Bref, ces filtres atténuerons un ciel récalcitrant.

Article Relié : Filtres photo : À quoi servent-ils ? 

Photo de paysage : 5 Erreurs communes et comment les éviter

Erreur 2 – Manque de netteté

En photographie de paysage, plusieurs paramètres peuvent influencer ce type de problème : votre sujet a bougé, ou vous avez bougé; une profondeur de champ insuffisante; une mauvaise mise au point.

Voyons ensemble certains points à adopter pour obtenir une photo nette à tout coup.

La solution

Apportez votre trépied

Simple, mais efficace. L’utilisation d’un trépied est un incontournable pour la photographie de paysage. Si vous sortez à l’heure dorée, tôt le matin ou en fin de journée, la quantité de lumière est moins abondante.

De plus, si vous choisissez une petite ouverture (f/grand chiffre), pour produire une bonne profondeur de champ, vous obtiendrez forcément une vitesse lente. Le trépied est donc ici indispensable.

Astuce : sur trépied, pensez à déverrouiller le stabilisateur de votre objectif, afin d’éviter les photos floues.

Haussez « légèrement » les ISO

Je vous vois sourciller, je ne parle pas de 3200 ISO. Ce ne serait pas raisonnable ! Certaines conditions l’exigeront, mais pas en photographie de paysage.

Par exemple, vous avez une talle de fleurs au premier-plan qui bouge imperceptiblement au vent. Si votre temps de pose est d’une seconde, les fleurs créeront un effet de dédoublement et manqueront de netteté.

La seule manière de prévenir ce flou de bougé est d’augmenter les ISO pour obtenir une vitesse supérieure. Ou encore, ouvrir votre diaphragme, mais ceci compromettrait votre profondeur de champ. À vous de voir…

Bien tenir son appareil photo

Cette problématique surviendra plus fréquemment si vous cadrez via l’écran LCD, vous obligeant ainsi à maintenir l’appareil à bout de bras. Une position qui affaiblit votre stabilité.

Lors de la prise de vue, une bonne posture est importante pour la stabilité de votre boîtier.

Astuce : tenir les coudes près du corps, les jambes écartées, déposez votre main gauche comme support sous l’appareil, et servez-vous de l’index de votre main droite pour déclencher. Attendez le son du déclic avant de changer de position.

Servez-vous du retardateur

Votre appareil est sur trépied et vous pensez être à l’abri d’une photo voilée.

À l’occasion, le simple fait de peser sur le déclencheur de notre appareil peut cause un flou de bougé, surtout si la vitesse se situe en bas de 1 sec. Un truc efficace est d’utiliser le retardateur sur 2 secondes. Tactique suffisante pour éliminer toute vibration.

Article à lire : 8 Conseils pour des photos de paysages plus nettes

Photo de paysage : 5 Erreurs communes et comment les éviter

Erreur 3 – Vous n’êtes pas assez préparé

Vous arrivez sur les lieux, vous ne connaissez pas les environs, vous cherchez un point de vue intéressant, sans savoir où vous diriger, le soleil descend, très vite. Vous courez, pas assez vite, haha !

À court d’idée, vous vous installez quelque part, (ça, ça veut dire n’importe où), prenez une série de photos, parce que bientôt il fera noir. Misère !

De retour à la maison, vous êtes déçu et désenchanté. Familier ? Je l’ai vécu. Et comme on dit, on apprend de nos erreurs, aussi bien voir le positif de l’expérience.

La solution

Faites du repérage

Quelques jours à l’avance, visitez les lieux de votre destination. Vous vous familiarisez avec l’endroit. Et lors de votre prochaine sortie, vous serez prêt. Yes !

Sur place, localisez un emplacement intéressant où vous pourrez vous installer. Mémorisez le chemin pour vous y rendre et trouvez des repères, au cas où vous décideriez d’y retourner au petit matin, alors que tout baigne dans la pénombre.

Arrivez tôt

Si le repérage ne fait pas partie de vos plans, considérez l’option d’arriver quelques heures plus tôt. Surtout si vous prévoyez photographier les dernières lueurs du jour. Vous aurez amplement le temps d’explorer les environs et repérer un emplacement de choix.

Article relié : L’importance d’un bon repérage

Photo de paysage : 5 Erreurs communes et comment les éviter

Erreur 4 – Scène surchargée

Quand nous visitons un superbe site, nous sommes parfois éblouies par la beauté des lieux. Et très souvent, nous ne savons pas comment rendre justice à ce nouvel environnement.

Nous prenons une vue d’ensemble, en incluant tout, dans l’espoir de ne rien manquer, mais au final nous obtenons une image surchargée.

La solution

Prenez le temps d’observer

Ne vous précipitez pas à prendre des photos. Avant de déclencher, explorez et notez les endroits dignes d’intérêt.  Faites le tour, examinez le potentiel photographique des lieux.

Une fois l’euphorie du moment passé, utilisez votre appareil et photographiez les éléments que vous avez remarqués.

Article relié : Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Photo de paysage : 5 Erreurs communes et comment les éviter

Erreur 5 – Mauvaise utilisation de la lumière

Selon mon point de vue, il n’y a pas de mauvaise lumière, il n’y a que des situations où la lumière est mal exploitée. La lumière du matin ou de fin de journée se prête bien à la photographie de paysage. L’éclairage latéral (vu la position du soleil) rehausse les textures et les éléments naturels du panorama.

Article relié ⇒ 7 Conseils pour améliorer vos photos de paysage

La solution

Éviter l’heure du midi (entre 11 h et 14 h)

Ces heures sont à éviter, à moins que votre intention soit de capturer un paysage à fort contraste. Dans un sous-bois, c’est fatal. Le soleil filtre à travers le feuillage des arbres et donne une scène où l’on rencontre des zones à la fois très sombres et très claires.

Sa complexité rend la lecture de l’image laborieuse. Bien franchement, on ne sait plus où regarder.

Article relié : Rehausser la beauté d’un paysage : 4 types de lumière à favoriser

Photo de paysage : 5 Erreurs communes et comment les éviter

Favorisez une journée nuageuse

Les journées sans soleil sont idéales. Nous avons tendance à bouder ces journées, en nous disant que la lumière est sans éclat et que nos sujets ne seront pas mis en valeur.

Il suffit de bien cibler son sujet. La lumière diffusée par les nuages se convertit en un immense soft-boxe. Plus le sujet est formé d’éléments divers, plus ce type de lumière est approprié.

Article relié ⇒ Des idées créatives pour égayer une  » journée grise  » !

Choisir le bon sujet pour le bon éclairage

La photographie de cascade ou de chute nécessite un éclairage diffus. Étant donné le manque de lumière, vous obtiendrez une vitesse plus lente ce qui favorisera de beaux et soyeux filés. Les hautes lumières créées par les filés seront plus moins prononcées et faciliterons le post traitement. N’oubliez pas d’apporter votre trépied. 😉

Saisir la complexité d’une forêt luxuriante sera mise en valeur par une lumière diffuse. L’écart entre les hautes lumières et les ombres sera atténué, vous obtiendrez ainsi des clichés où maximisera l’impact visuel.

Photo de paysage : 5 Erreurs communes et comment les éviter_VERT

Voilà ! J’espère que ces conseils vous aiderons à peaufiner votre style et à créer des images à la hauteur de vos attentes. Bon week-end ! 

 

 

Photo d’hiver : comment se tenir au chaud ?

Photo d’hiver : comment se tenir au chaud ?

Photo d’hiver comment se tenir au chaud, par Anne Jutras

 

Mon pays n’est pas un pays c’est l’hiver ! – Gilles Vigneault 

L’hiver, cette année, nous a pris par surprise. Il nous a recouverts de son manteau blanc et soufflé sa brise polaire. Pour les photographes (frileux, et moins frileux), ce sont des conditions plus ou moins inspirantes.

Si le mercure affiche -17C, allez-vous troquer votre sortie photo pour du Netflix ? Installé confortablement dans votre salon, savourant un chocolat chaud emmitouflé sous un plaid ?

Si la réponse est oui, c’est bien dommage, car l’hiver nous réserve des paysages féériques, difficilement réalisables en plein été, à moins d’aller en Islande. Héhé !

Qu’à cela ne tienne, j’ai des solutions à vous proposer pour vous inciter à braver le froid et à réaliser de belles photos d’hiver.

Article relié : Comment réussir vos photos d’hiver ? 

⇒ Certains les liens sont des liens affiliés. Il ne vous en coûte pas plus cher et me permet de tenir ce blogue à jour. Merci de votre soutien.

Photo d’hiver : comment se tenir au chaud ? par Anne Jutras

Habillement

Bottes 

Difficile de sortir sans bottes par un temps hivernal. Mais si vous n’avez pas de bottes suffisamment chaudes, vous gèlerez des pieds et vous aurez du mal à rester longtemps dehors, surtout si vous êtes stationnaire. On attend (patiemment) que le soleil se lève ou se couche, et durant ce temps nos petits orteils se crispent sous l’effet du froid. D’où l’importance d’avoir des bottes chaudes! Un bon conseil, n’achetez pas des bottes trop serrées afin de pouvoir ajouter de bonnes chaussettes.

Astuce : glissez des chauffe-pieds chimiques, une chaleur bienfaisante est activée pendant plusieurs heures.

Manteau + pantalon isolé (jambière) 

Une combinaison gagnante, même quand le mercure est près de zéro, j’enfile mes jambières. Favorisez le manteau long avec capuchon, les journées de grand froid (accompagné de vent) vous aurez une protection supplémentaire. Le pantalon isolé, quant à lui, me permet de m’agenouiller au besoin, de tolérer le froid au sol et de revenir sans avoir les genoux tout trempés.

Astuce : utilisez un tapis de sol (genre yoga) coupé en deux, idéal si vous passez de longs moments assis dans la neige.

Tuque & foulard (ou cache-cou) 

La tuque gardera vos oreilles au chaud alors que le foulard protégera votre coup et votre nez. Un must ! Récemment, j’ai adopté le cache-cou, il est moins volumineux et tout aussi efficace.

Mitaines + gants

Lors de basse température, je combine gants et mitaines avec l’ajout de chauffe-mains, si nécessaire. Pour les mitaines, je me suis procuré la marque Swany dans une boutique de sport. Conçues pour les skieurs, elles ont une ouverture sur le côté qui permet de glisser mes doigts à l’extérieur et garde le reste de ma main au chaud. Très pratique !

Astuce : par temps froid (-10 C), ajoutez des chauffe-mains, vous aurez ainsi une chaleur distribuée pendant de longues heures.

Chauffe mains et pieds

J’ai toujours à la portée de la main (sans faire de jeux de mots) des chauffe-mains. Je les achète en paquet de dix. Mais depuis que je passe une partie de l’hiver en Floride, je les utilise moins. N’empêche, quand une vague polaire balaie la région, je suis équipée ! Héhé !

Note : avant de partir, vérifiez l’efficacité de vos chauffe-mains. Il m’est arrivé d’en avoir des défectueux. 🙁

  Photo d’hiver : comment se tenir au chaud ? par Anne Jutras

Équipement

Batterie bien chargée 

Par temps froid, les batteries se déchargent plus rapidement. Songez à en avoir une supplémentaire que vous garderez près de la chaleur de votre corps. Même chose pour le téléphone mobile, le froid est sans merci pour les batteries.

Astuce : par temps sibérien (-25C), vous pourriez coller un chauffe-main sur le compartiment à batterie. 😉

Ajustez vos paramètres à l’avance 

Avant de partir, vérifiez que tout est ajusté sur votre boîtier; ISO, balance des blancs, choix d’ouverture, bracketing, ça vous évitera de faire cette préparation au grand froid.

Câble de déclenchement installé 

Cet accessoire évite de faire bouger l’appareil lors de la prise de vue. Son installation demande une certaine dextérité, l’été pas de problème. Mais l’hiver c’est une autre histoire, vos doigts ne sont plus aussi « habiles ». Pour éviter de me geler les doigts, je l’installe à la maison.

Back focus (MAP arrière)

J’ai récemment adopté cette technique pour une meilleure efficacité de la mise au point. Auparavant, j’effectuais la MAP avec le bouton du déclencheur. Une fois effectuée, je désactivais le mode automatique à l’aide d’un petit bouton sur le boitier, pour éviter que l’appareil refasse la mise au point. Le hic, c’est qu’avec mes mitaines, je galérais pour trouver le fichu bouton. Et la plupart du temps, je me retrouvais avec les doigts au grand froid. Plus maintenant!

⇒ Article à lire sur la mise au point arrière, chez PhotoTrend 

Photo d’hiver : comment se tenir au chaud ? par Anne Jutras

Accessoires

Tapis de sol (genre yoga)

Accessoire vraiment, le tapis de sol est utile pour protéger vos genoux ou vos coudes. L’hiver, son matériel fera office d’isolant et coupera ainsi la sensation du froid.

Lingettes

Indispensable lors de session près des cascades, ou s’il neige à plein ciel. Les gouttelettes d’eau ou les flocons de neige se déposeront sur le devant de votre objectif et nuiront à la qualité de vos images. Rien de pire que de revenir avec des taches indésirables, choisissez-les de différentes dimensions : petite et grande. La petite lingette servira à nettoyer votre objectif, et la grande à recouvrir votre boitier pendant que vous préparez à prendre vos photos.

↑ Vidéo – technique photo d’hiver par Dave Morrow ↑

Boisson chaude

Apportez un thé chaud dans un thermos. Quoi de plus agréable que de savourer un thé fumant pour se réchauffer entre deux prises de vue?

Photo d’hiver : comment se tenir au chaud ? par Anne Jutras

Moment de la journée 

Évidemment, le moment de la journée aura une incidence sur la température extérieure. Entre le matin et la fin du jour, un écart considérable se fera sentir. Si vous n’êtes pas assez brave (ou fou) pour affronter le froid sibérien du matin, optez pour une plage horaire plus adéquate, comme en fin de journée.

Photo d’hiver : comment se tenir au chaud ? par Anne Jutras

Conclusion

Ne vous privez pas de faire de la photo durant la saison hivernale. Procurez-vous de bons vêtements chauds, faites les préparatifs nécessaires et osez sortir de votre tanière! 😛

Si vous avez des astuces à partager, n’hésitez pas à les ajouter dans les commentaires. Tout le monde pourra en bénéficier. Bon shooting!

 

Paysage : S’évader à deux pas de chez soi…

Paysage : S’évader à deux pas de chez soi…

L’année tire à sa fin, déjà ! C’est le moment de faire un retour en arrière et visionner nos dernières photos. Histoire de voir où nous en sommes dans notre évolution photographique.

Pour ma part, en visionnant mes photos, je constate que les photos de paysages sont pratiquement absentes. Rien d’alarmant, j’ai exploré d’autres avenues. Mais là, une pulsion intérieure m’incite à m’y remettre.

Faire un choix

Comme je n’ai pas envie de rouler plusieurs heures pour dénicher de nouveaux paysages, je décide de m’évader à deux pas de chez moi. C’est plus économique et plus pratique. Le froid de novembre a décidé de m’accompagner, en l’espace de quelques jours le paysage s’est totalement transformé. Brrr !

À priori, cette solution semble séduisante, mais à bien y songer, est-ce vraiment créatif ? N’allais-je pas m’ennuyer à revisiter le même lieu, voir le même paysage, jour après jour ? La question m’a traversé l’esprit le jour où j’ai visité les abords d’un lac que j’ai photographiés maintes fois.

Regardez un lieu banal avec vos « yeux de photographe » et vous découvrirez un univers riche en découvertes.

Contempler le paysage avec le regard du débutant

Nous vivons dans un monde où l’on se fait bombarder de stimuli et, aussitôt que notre environnement ne nous offre rien de nouveau, nous avons tendance à devenir hermétiques, fermés à notre univers. Comme si la banalité était aux premières loges !

Chasser cette (fausse) impression incite notre vision à s’ouvrir. Le truc est d’observer avec les yeux du débutant.

J’ai donc fait taire cette pensée qui sabotait mon enthousiasme et j’ai orienté mon regard vers l’extérieur, comme si c’était la première fois. Mon appareil photo est devenu mon troisième œil et, du coup, je me suis transformée en exploratrice.

Paysage : S’évader à deux pas de chez soi, par Anne Jutras | astuces photo

1) Ma première approche du terrain, je souhaite capter les reflets du couchant sur le lac, sans succès. Néanmoins, remarquez comme l’absence de nuages crée une image sereine. 

Est-ce possible de s’évader à deux pas de chez soi ?

C’est la beauté de la photographie, on peut s’évader dans deux pieds carrés, directement dans son jardin, si on le souhaite. Pour peu que l’on y accorde notre attention. Le défi est de reprendre un lieu connu, maintes fois photographié, mais de jouer de créativité pour l’explorer sous un nouveau jour.

Paysage : S’évader à deux pas de chez soi, par Anne Jutras | astuces photo

2) Trois jours plus tard, je retourne au même lac, toujours avec l’espoir de saisir des couleurs chatoyantes dans l’eau. Rien, encore une fois. Le gel aux abords du lac forment un premier plan fort intéressant, je m’y attarde. 

Avantages

  • Vous finissez par connaitre l’endroit (forcément) et vous repérez plus facilement les points de vue à avantager dans vos photos.
  • Lorsque vous arrivez au petit matin, encore enveloppé par la pénombre, vous savez où aller. Vous ne risquez pas de vous égarer…
  • La lumière change tous les jours, aucun lever de soleil n’est identique. Mère Nature est vraiment surprenante.
  • Un lever de soleil n’est pas à votre gout une journée, reprenez-vous le lendemain, et le surlendemain et ainsi de suite… Jusqu’à ce que ce soit à point ! (En voyage, vous ne pouvez pas faire ça indéfiniment.)
  • La patience vaut son pesant d’or. Attendre (parfois une heure) pour que le soleil soit placé au bon endroit vous récompense au centuple.
  • Un lieu n’est jamais exploré à fond, si vous considérez toutes les saisons et le changement de lumière qui le modifie au fil de l’année.

Paysage : S’évader à deux pas de chez soi, par Anne Jutras | astuces photo

3) Sept jours plus tard, le froid (-11C) a complètement transformé le paysage. La surface du lac est gelé, finit les reflets, zut de zut ! J’arrive tôt pour saisir l’heure dorée, mais le ciel reste immaculé. Coudonc ! J’attends une heure pour voir le soleil éclabousser ses rayons derrière la montage. Victoire ! 

Passer au suivant

Si vous désirez explorer votre environnement, j’ai écrit un ebook susceptible de vous aider : À deux pas de chez soi.  Peu importe l’appareil photo que vous avez entre les mains. Je vous partage mes astuces pour dénicher de nouveaux paysages à photographier ainsi que des méthodes pour aiguiser votre regard. Il n’est pas bourré de techniques complexes à maitriser (le net est déjà bien nanti sur le sujet), mais plutôt de conseils judicieux pour vous aider à donner vie à vos images. Vous pouvez le commander ici.

Paysage : S’évader à deux pas de chez soi, par Anne Jutras | astuces photo