7 conseils pour améliorer vos photos de paysage

7 conseils pour améliorer vos photos de paysage

Certains endroits visités sont photogéniques, c’est-à-dire que les éléments de la scène s’organisent harmonieusement entre eux, et le déclic se produit rapidement. Trop même. Nous retournons à la maison et en visionnant la scène finale, un sentiment d’insatisfaction nous envahit. Comme si l’image n’était pas tout à fait le reflet de notre personnalité.

Parfois, l’endroit est surchargé et nous devons analyser la scène, nous déplacer, non sans mal, jusqu’à ce que le cadrage soit adéquat. Le ballet à effectuer est complexe et l’image finale ne répond pas toujours à nos attentes. D’autres fois, le lieu est banal, et nous sommes tentés de partir sans nous y attarder.

Avec une approche plus méthodique d’un lieu, vous serez en mesure de déceler le potentiel d’une scène afin de la transformer en un paysage digne d’intérêt.

Voici 7 conseils pour vous aider à améliorer vos photos de paysage.

1-Cadrer un paysage en format portrait

7 conseils pour améliorer vos photos de paysage

Le format vertical est souvent réservé à la publication éditoriale, mais rien ne vous empêche de l’adopter. Nous photographions un paysage sur l’horizontale de façon naturelle. Les appareils photo ont une incidence sur ce choix, les viseurs et les écrans LCD se présentent sous cette forme.

Vous pouvez facilement changer cette habitude et modifier l’orientation de votre cadrage. Les images obtenues donneront une impression de mouvement et de dynamisme.

Voici quelques points à considérer :

§  Portez attention aux éléments en hauteur, un arbre par exemple, une ligne de fuite tracée par un sentier ou un ruisseau, une souche d’arbre dont le tronc crée une ligne directrice à l’intérieur du cadre, un lit de galets, ou tout élément susceptible de se prêter à cette composition.

§  Si vous possédez un grand-angle, n’hésitez pas à l’utiliser en intégrant un élément au premier plan. Portez attention aux items situés au sol qui pourraient servir d’avant-plan, une plante aux couleurs distinctives, une gerbe de fleurs, ou un rocher, par exemple. N’hésitez pas à vous agenouiller au besoin. Une fois décelé, harmonisez l’ensemble de votre composition afin d’équilibrer la scène. Faites votre mise au point au tiers de l’image et choisissez une grande ouverture (f/16) pour obtenir une bonne profondeur de champ.

§  Un téléobjectif compresse le paysage et sera utile pour concevoir une image plus graphique. Observez les éléments composants la scène, remarquez-vous une juxtaposition de formes qui auraient avantage à être photographiées à la verticale ? Pour vous faciliter la tâche, pensez à regarder en deux dimensions, et visionnez le paysage qui se dresse devant vous comme un tableau à décomposer.  L’avant-plan, le plan du milieu et l’arrière-plan. La compression focale du téléobjectif accentue cet effet de deux dimensions et génère une image à saveur graphique.

§  Afin d’enrichir votre sélection d’images, prenez l’habitude de prendre une photo à l’horizontale et une autre à la verticale d’une même scène.

2-Gardez un œil sur la météo

7 conseils pour améliorer vos photos de paysage

Dame Nature est capricieuse, et il est difficile d’anticiper ses « mauvais » coups. Mais une chose est certaine, elle aura une grande influence sur le rendu de vos photos. Soyez attentif et dès qu’une occasion se présente, sautez sur votre appareil photo et partez à l’aventure.

§  Les orages

Comme dit l’adage, après la pluie, le beau temps. Chaque fois que j’ai été témoin d’orages, j’ai pu constater leur incidence sur les couchers de soleil. Les gouttelettes encore présentent dans l’atmosphère génèrent un voile imperceptible, et lorsque les derniers rayons du soleil s’y reflètent, les couleurs du couchant prennent des teintes riches et éclatantes. Et si la chance est avec vous, peut-être qu’un arc-en-ciel s’affichera dans le ciel. Servez-vous d’un polarisant pour accentuer ses couleurs.

§  La pluie

La pluie rehausse les couleurs en général. Les troncs des arbres, devenus plus foncés, ressortent joliment contre le coloris du feuillage mouillé. L’utilisation d’un filtre polarisant s’avérera pratique afin d’éliminer le moiré du ciel gris se réfléchissant dans les minuscules gouttelettes d’eau. 

Notez aussi qu’une pluie diluvienne gonflera les ruisseaux et offrira un débit plus abondant. C’est l’occasion de pratiquer cet effet de filet soyeux que vous rêvez de faire depuis longtemps.

§  Tempête de verglas

La pluie verglaçante n’est pas appréciée, elle recouvre tout d’une fine couche de glace et rend la chaussé glissante, mais elle ravit le cœur des photographes. Elle survient lorsque la température frôle le point de congélation. Elle donne parfois l’impression de transformer un paysage en verre. La transparence de la glace, éclaboussée par la lumière du matin, transcende le plus anodin des paysages en beauté surréelle. Si l’occasion se présente, n’attendez pas trop, les rayons du soleil feront fondre la glace.

3-Levez-vous tôt !

7 conseils pour améliorer vos photos de paysage

Je ne vous apprends rien si je vous dis que la lumière influencera grandement la qualité d’une image. Ceci est encore plus vrai en photographie de paysage. Un panorama à l’aspect tout à fait banal se transformera radicalement sous un bon éclairage. Le matin, tout particulièrement. La fraîcheur de la nuit dépose une brume matinale, parfois accompagnée de rosée. Une atmosphère particulière enveloppe les lieux. 

§  L’heure dorée

L’heure dorée du matin se distingue par une lueur ambrée qui enveloppe le paysage et crée une aura de magie. Les deux heures suivant le lever de l’astre offrent une qualité de lumière exceptionnelle. Les textures sont accentuées et le relief des éléments est rehaussé. Songez à arriver trente minutes avant le lever du soleil, vous pourrez ainsi bénéficier des couleurs de l’aurore caractérisées par des teintes flamboyantes.

4-Retournez plus d’une fois au même endroit

7 conseils pour améliorer vos photos de paysage

Un lieu regorge de possibilités photographiques et ce n’est pas en une seule visite que vous aurez exploré tout son potentiel. Le repérage, entre autre, vous évitera bien des déceptions. 

Mais retourner sur un même endroit offre de multiples avantages. Il permet, entre autres, de vous familiariser avec le décor et de repérer les points clés pour créer de belles compositions.

La lumière du matin différera de celle du soir, vous avez donc deux mises en situation. De plus, si vous arrivez à l’aurore, alors que la pénombre baigne encore le paysage, vous aurez plus de facilité à vous déplacer dans un endroit familier que dans un lieu totalement inconnu.

5-Soyez patient, attendez avant de quitter les lieux

Lorsque nous photographions les dernières lueurs du jour, nous sommes tentés de quitter les lieux dès que le soleil bascule sous l’horizon. Nous nous privons d’une opportunité photographique, celle de la tombée du jour.

§  Le crépuscule

Similaire à l’aurore, le crépuscule est caractérisé par les couleurs flamboyantes qui éclaboussent les nuages flottants dans le ciel. Plus il y aura de nuages, surtout s’ils sont légers et vaporeux, plus la possibilité de voir apparaître ce phénomène sera présent. Pensez à apporter votre trépied, parce que la faible luminosité nécessitera une longue exposition.

§  L’heure bleue

Quand le soleil disparaît sous l’horizon, l’heure bleue affiche ses couleurs, un bleu intense et électrique. Vous disposez d’une trentaine de minutes, chrono. Laissez votre balance des blancs sur « lumière du jour » et vous obtiendrez des photos avec une jolie teinte de bleus. Si vous vous attardez, pourquoi ne pas tenter de photographier les étoiles ? Ou encore, la lune s’élevant au-dessus d’un paysage de votre région.   

6-Éloignez-vous de la route

7 conseils pour améliorer vos photos de paysage

Si vous désirez obtenir des paysages qui se démarquent des autres, éloignez-vous des routes. Prendre un cliché où tout le monde peut s’arrêter et effectuer la même scène n’est pas aussi gratifiant que si vous avez marché quelques kilomètres pour saisir une image vraiment exceptionnelle. Sortez des sentiers battus et partez explorer.

Vous pouvez cibler un terrain privé et aller demander l’autorisation aux propriétaires pour faire de la photo sur leur propriété. Vous reviendrez avec des images uniques. 

7-Regardez en arrière

7 conseils pour améliorer vos photos de paysage

Si vous êtes sur les lieux d’un lever ou d’un coucher de soleil, n’oubliez pas de regarder derrière vous. Parfois, à l’opposé de la scène, dans le ciel lumineux du couchant, les nuages s’habillent de rose vermeille. N’hésitez pas à tourner la tête et à changer votre composition si l’occasion se présente.

Voilà! J’espère que ces quelques conseils vous aideront à améliorer vos photos de paysages !

N’hésitez pas à laisser votre commentaire, si vous avez d’autres suggestions à proposer.

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

La photo de nature, selon les puristes, ne contient aucun élément forgé par l’homme. De leur point de vue, la nature devrait être représentée dans son état sauvage, pur et inviolé, sans aucun signe de l’intervention humaine. C’est-à-dire sans clôtures, sans muret de pierres, sans fils électriques, sans bâtiments, sans pont, comme si elle était intouchée.

C’est bien joli tout ça, mais ce n’est pas toujours évident, à moins d’être perdu dans le fin fond d’un bois, ou en cavale dans un parc national. Et encore !

Éviter les fils électriques et tous les détails que l’homme laisse sur son passage demande, par moment, un vrai tour de force. Ne trouvez-vous pas ?

Personnellement, j’aime photographier la nature « sauvage » dans la mesure du possible. Éviter les fils électriques – au risque de tomber dans le fossé parce que vous n’avez pas regardé où vous mettiez les pieds – je connais.

Si on ne peut pas les contourner aussi bien tirer profit de leur présence, non ? 😉

Je vous propose 10 conseils pour intégrer un élément (construit par l’homme) qui saura enjoliver vos photos de paysage. Promis, juré, craché !

1-Osez le look graphique

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

Vous levez les yeux et que voyez-vous ? Ces fichus fils électriques ! Grrr ! Le regard tournés vers le ciel, vous ragez quelques instants, exécutez trois à cinq pas de danse pour les éviter. Sans succès.

Mettez à profit leur disposition, servez-vous-en pour parfaire votre composition. Faites en sorte que les lignes forment un ensemble graphique et harmonieux. Déplacez-vous au besoin.

2-Jouez le mystère et laissez les éléments disparaitre dans la brume

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

J’étais en train de photographier cet arbre, lorsque la brume (assez dense au début) a commencé à se dissiper, divulguant une petite cabane. Joli élément à ajouter à ma composition ! J’ai fait en sorte de m’élever suffisamment pour que la clôture ne chevauche pas la silhouette de la bâtisse en arrière-plan.

3-Jumelez le moderne et l’ancien pour créer un contraste étonnant

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

Les vieilles granges sont mes sujets de prédilection, elles évoquent un temps révolu et des histoires à raconter. Elles sont souvent isolées, mais la proximité de constructions modernes n’est pas rare. Aussi, j’ai laissé volontairement la maison visible pour accentuer un effet d’opposition.

4-Attirez le regard avec des points de fuite

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

Les grands peintres utilisaient les points de fuite pour reproduire la perspective. Or, les éléments architecturaux ont des composantes qui se prêtent à merveille à cette approche. Servez-vous de la géométrie des éléments pour attirer le regard dans la scène ou, si vous êtes rebelle, pour l’éloigner, à vous de décider.

5-Donnez une impression d’immensité

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

La vue d’un champ ou d’une prairie manque parfois de profondeur. Nous n’avons pas d’avant-plan à inclure ou l’horizon est trop loin pour que l’on puisse en tirer une photo digne d’intérêt. Intégrer une grange, sans qu’elle soit prise en gros plan, ajoute une échelle de proportion à notre panorama.  Par ailleurs, notez comment la clôture dessine un point de fuite, dirigeant le regard vers le bâtiment.

6-Remplissez votre cadre

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

À l’inverse, votre sujet architectural est sans équivoque et mérite d’être cadré de très près. Lorsque l’architecture d’un endroit vous plait, n’hésitez pas à remplir le cadre et à centrer votre sujet. Veillez à ne pas inclure d’élément perturbateur sur les côtés de votre composition, comme de petites branches sortant de nulle part, et qui n’ajoutent rien à l’ensemble. 😉

7-Réduisez votre PdC au minimum pour rendre la photo plus intimiste

Duo élément architectural

Jouez avec votre profondeur de champ pour élaborer des images évocatrices, laissant l’arrière-plan partiellement flou. Ici, nous devinons qu’il s’agit d’une grange, mais le flou créé par le choix d’ouverture (f/2.8), dirige le regard sur les branches de sapin. Pour ma part, j’en ressens un sentiment de cocon et de douceur qui me plait.

Choisissez une grande ouverture (f/petit chiffre) ou servez-vous d’un téléobjectif (100mm et +) et faites votre mise au point le plus près possible de votre sujet (ainsi, vous réduirez votre PdC).

8-Misez sur la couleur pour égayer votre image

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

Le rouge est l’une des couleurs qui attirent le plus l’œil humain, donc si vous réussissez à l’incorporer à votre image vous obtiendrez un point d’ancrage fort intéressant. Vous l’avez sans doute remarqué, mais dans les publicités de plein air les gens portent toujours des vêtements colorés. Ils savent comment retenir l’attention du consommateur que nous sommes. ^^

Sur la photo, la fermette rouge ajoute une touche de vie sous ce ciel bleu, avec en avant-plan les quenouilles. Cet élément naturel combiné à la clôture complète bien la scène.

9-Intégrez un avant-plan pour équilibrer l’ensemble

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

Dans l’image ci-contre, la grange à elle seule méritait le détour, mais je souhaitais l’intégrer au décor et montrer la brume enveloppant les montages au loin. Le hic était au niveau des masses, elle laissait un grand vide sur le côté droit de la composition. En plaçant cet arbre dans cet espace, l’équilibre est rétabli.

Mais attention à ce que l’avant-plan ne devienne pas un intrus, n’hésitez pas à vous déplacer pour trouver le bon angle.

10-Laissez l’élément architectural s’harmoniser avec le décor

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

L’homme est passé maitre dans la destruction de la nature, toutefois, sa sensibilité lui fait construire des havres de paix. Des lieux où l’on aimerait vivre, pour savourer la nature sauvage. L’élément architectural de cette photo semble se fondre dans le décor. La beauté de la pierre se marie merveilleusement bien avec les immenses pins. Un sentiment de paix et d’équilibre se dégage de ce lieu.

Si certains lieux, construits par l’homme, vous interpellent de la sorte, laissez-vous séduire et sortez votre appareil photo pour croquer ces scènes magiques.

Voilà, j’espère que ces quelques idées pour vous inciteront à intégrer un élément architectural à votre composition. Bon weekend !

 

Attendre le bon moment

Attendre le bon moment

Les matins où je pars tôt faire de la photo (quand je réussis à sortir du lit, hum, hum), je zieute le ciel avec l’espoir d’y voir une certaine quantité de nuages. Leur présence assure une aurore radieuse suivie d’un lever de soleil aux couleurs flamboyantes.

Mais avec l’expérience, je me suis rendu compte que ce n’est pas toujours le cas. J’ai vu des moments où l’horizon était dépourvu de nuages, laissant présager rien d’intéressant et, finalement, ce n’était pas du tout le cas.

Donc, ne jugez pas trop rapidement. Qu’il y ait des nuages ou pas, dirigez-vous à votre destination. Les phénomènes atmosphériques sont souvent imprévisibles.

Attendre le bon moment

Arriver tôt

Quand je réalise mes photos au petit matin, je m’organise pour arriver 30 minutes à l’avance. Je choisis mon emplacement, installe mon appareil sur trépied, mes filtres si nécessaires, mon câble de déclenchement, je désactive mon stabilisateur, fait quelques photos en vérifiant l’histogramme, puis j’attends…

L’intensité des couleurs survient environ 15 minutes avant le lever du soleil. Cet instant magique est très bref. Il faut faire vite. Dans l’incertitude de votre exposition, faites diverses photos en variant votre exposition. L’important est de ne pas surexposer vos hautes lumières, ni de trop sous-exposer la scène, sinon le grain risque d’apparaitre lors du post traitement.

Je fais souvent 3 photos en sous-exposant et surexposant (-1, 0, +1), parfois davantage.

Attendre le bon moment

Réajuster son exposition

Au fur et à mesure que le soleil approche de l’horizon (là, la tension monte), je réajuste mon exposition, tout en vérifiant l’histogramme (pour m’assurer que je n’ai pas moffé mes photos). Un filtre inversé est d’un grand secours, car il aide à atténuer l’intensité du soleil sur l’horizon.

Lorsque l’astre fait son apparition (youpi!), je réalise une série d’images, en m’assurant que mon ouverture est fermée à f/16 afin d’obtenir de beaux rayons. Mais ce n’est pas une garantie, parfois un amas de nuages vaporeux neutralise le résultat, et procure un autre effet, tout aussi intéressant.

Une fois que le soleil a entamé son ascension dans le ciel, il est difficile de capturer toute la valeur dynamique de la scène. Le contraste est trop élevé. Habituellement, je quitte les lieux, et ma séance photo se termine.

Mais pas à la plage !

attendre le bon moment

S’attarder

C’est un lieu riche en possibilités photographiques. Les oiseaux, les coquillages, les reflets, les pêcheurs, les gens qui nourrissent les oiseaux et les promeneurs. D’ailleurs, il n’est pas rare d’arriver de bon matin et de voir des visiteurs déjà prêts à admirer le lever de soleil.

Je me déleste de mon trépied, pour avoir les mains libres, et je me promène, à l’affut.

Quand j’ai aperçu l’homme nourrir les oiseaux, je me suis empressée de hausser mes ISO (500) afin d’obtenir une bonne vitesse (1/125) pour figer les oiseaux en vol. Et j’ai photographié en rafale en espérant obtenir une photo de sa main dans les airs.

Hourra, je l’ai eu !

J’espère que cet article vous a plu et vous inspirera à sortir tôt le matin pour capturer la splendeur de la nature.

Bon week-end à tous !

Comment réussir vos photos d’hiver ?

Comment réussir vos photos d’hiver ?

L’hiver, la saison mal aimée

Juste à entendre ce mot, nous avons des frissons. Les gens pensent, à tort, qu’il fait trop froid pour s’adonner à la photographie, que l’appareil ne fonctionnera pas bien dans ces conditions. Pourtant, on se réjouit des premiers flocons. Mais dès que le froid intense s’installe, on range tout le tralala et l’on attend, tout penaud, le retour du printemps.

Quel dommage !

L’hiver est l’une des plus belles saisons de l’année. Pourquoi s’en priver ? Vous ratez des occasions uniques d’embellir votre banque d’images. Votre déplaisir sera récompensé par la féérie des paysages drapés d’un blanc somptueux. Osez mettre le nez dehors et vous serez émerveillé par sa magie. Vous reviendrez avec des photos qui vous rempliront de fierté. Promis !

Comment réussir vos photos d’hiver

Comment vous tenir au chaud pour la photo d’hiver ?

 Habillez-vous en « oignon »

Le principe ? Se vêtir de plusieurs vêtements superposés enferme l’air entre les couches et vous procure une isolation. Trois épaisseurs sont recommandées, celle près du corps devrait être en tissu synthétique (ou respirable) afin de permettre d’évacuer la transpiration générée par le corps tout en vous gardant isolé du froid.

Si vous êtes trempé, suite à une forte transpiration, vous greloterez pour de bon. Et ne penserez qu’à rentrer au bercail. Votre banque d’images en prendra un coup… et votre égo aussi. 😉

Protégez vos zones sensibles : tête, mains et pieds.

Rien de pire que d’avoir froid aux oreilles, aux orteils ou aux mains. Si l’une de ces extrémités est mal protégée, vous serez incapable de vous concentrer. Par ailleurs, si vous êtes frileux des pieds, portez deux paires de chaussettes, évitez toutefois d’avoir les pieds serrés, ça gênera la circulation et créera l’effet contraire. Le mieux est d’opter pour une paire de chaussettes chaude accompagnée de semelles isolantes.

Comment réussir vos photos d’hiver

Les mains

C’est la partie la plus sensible, voire la plus indispensable en tant que photographe. Comment les garder au chaud? Pour ma part, j’ai une paire de gants doublés de mitaines (moufles), qui s’ouvrent sur le côté permettant à mon index de manipuler les fonctions de votre appareil photo. Génial, non ? → Vous trouverez cette accessoire dans les boutiques de ski.

Chauffe-mains (chaufferette)

De plus, lorsque la météo descend en bas de -10 °C, je glisse des chauffe-mains chimiques à l’intérieur de mes gants. Une fois les sachets agités, la chaleur émise par le charbon activé dure plusieurs heures. Je ne m’en passerais pas ! Des modèles adaptés pour les pieds existent également.

Astuce

Pour prévenir la perte de chaleur provoquée par la manipulation du métal de votre trépied, enveloppez les pieds de votre trépied avec un isolant à tuyau sellé avec du ruban de hockey. ⇒ vidéo darwin wigget

Astuce très astucieuse

Je trimballe un mince tapis de sol coupé en deux. Quand je m’installe dans la neige, pour faire de la macro ou toute autre prise de vue, sa mousse isolante protège mes genoux du froid et me tiens au sec.

Comment réussir vos photos d’hiver

Comment garder votre appareil photo au chaud l’hiver ?

Procurez-vous deux batteries, l’une que l’on garde près de la chaleur du corps, dans une poche intérieure, et l’autre dans l’appareil. Quand l’énergie de la première batterie faiblit, changez là pour celle que vous avez sur vous. Et alternez au besoin.

Certaines personnes vont jusqu’à coller un chauffe-main sur le compartiment de la batterie afin de prolonger sa résistance au froid.

Dernier point, évitez d’apporter votre appareil photo directement à l’intérieur. Le brusque changement de température va produire de la condensation (choc thermique chaud/froid) et nuire aux circuits fragiles de votre équipement. Il est préférable de le garder dans son sac photo – pendant qu’il est encore froid – et laisser le tout se réchauffer à la température ambiante.

À apporter avec soi

Téléphone portable : à porter près du corps afin de conserver la batterie au chaud. Un portable dont la batterie gèle se déchargera beaucoup plus rapidement.

Collation : combattre le froid augmente votre dépense énergétique, un snack sera le bienvenu. Pensez barre d’énergie ou mélange de noix.

Eau : je suis du genre à avoir toujours soif, donc j’amène avec moi une petite gourde d’eau.

Votre sourire ! Vous y êtes presque…

Comment réussir vos photos d’hiver

Avantages (oui, oui, il y en a!)

L’éclat de la lumière

De la mi-novembre jusqu’à la mi-avril, le soleil est moins élevé dans le ciel, diffusant ainsi une luminosité intéressante tout au long de la journée. Même à midi ! La lumière sera toutefois à sa gloire tôt en matinée et en fin de journée. À ces heures, la palette de couleurs dominées par les roses et les bleus est remarquable.

Autre point à considérer, durant l’hiver vous pouvez faire la grasse matinée. En effet, durant la période hivernale, le soleil se lève beaucoup plus tard. N’est-ce pas merveilleux?

Partez à temps

Si vous décidez de faire la grasse matinée, de grâce ne tardez pas trop à partir. L’aurore qui précède le lever du soleil colore le ciel de lueurs parfois spectaculaires. À ne pas négliger. Et le scénario se répète en fin de journée, mais à l’inverse. Au lieu de quitter les lieux dès que le soleil bascule sous l’horizon, attardez-vous une quinzaine de minutes. Les couleurs du crépuscule peuvent vous réserver de belles surprises. Vous obtiendrez des photos d’hiver vraiment remarquables ! 

Comment réussir vos photos d’hiver

Et si le ciel est couvert ?

Ne sous-estimez pas un ciel couvert. Au dernier instant, une ouverture dans les nuages peut survenir. Et, juste au moment où le soleil s’abaissera sur l’horizon, une fiesta de couleurs flamboyantes se répandra sur la masse nuageuse.

Conserver la teinte de bleu, ou pas ?

Pourtant, la neige est blanche me direz-vous. Or, pourquoi parait-elle bleue lorsqu’elle est photographiée ? Ceci est causé par la couleur du ciel qui se reflète sur la neige. Personnellement, j’aime conserver cette teinte si caractéristique de l’hiver. Si vous préférez atténuer cette dominante de bleu, faites votre réglage de la balane des blancs manuellement. Un truc est d’activer votre « liveview » pendant que vous tournez la molette des balances des blancs, choisissez à l’œil l’image qui vous plait. En somme, tout est une question de gout.

Notez que si vous photographiez en RAW, vous pourrez facilement faire les ajustements en post-production.

Comment réussir vos photos d’hiver

Éviter les photos grises

Divers paramètres influenceront l’exposition de votre image. Toutefois, à la base, sachez que les cellules, réparties sur le capteur de votre appareil, sont calibrées pour capturer une valeur de gris à 18 %. Le fameux gris moyen. Si, règle générale, cette moyenne s’avère juste, elle n’est pas toujours exacte. C’est pour cette raison que les scènes de neige (où le blanc est très lumineux) paraitront grises (sous-exposé) et, à l’inverse, un sujet sombre comme un cheval noir par exemple, sera gris (surexposé).

Comment faire pour bien exposer ses photos d’hiver ?

Primo, évitez le mode automatique (vous n’obtiendrez jamais de bon résultat), et optez pour le mode manuel ou semi-automatique (priorité ouverture). Et deuzio, fiez-vous à votre histogramme, si la courbe des pixels est trop vers la gauche votre image est sous-exposée.

Hiver d'hiver : bien exposer ses photos d'hiver

Lors de journées nuageuses, il faut obligatoirement compenser son exposition (EL/IL) de 1 cran. Faites des tests, quitte à réaliser plusieurs photos à diverses expositions. Une fois revenue à la maison vous pourrez juger si votre image est acceptable.

Exception

Les journées ensoleillées, toutefois, ne nécessitent pas toujours une compensation d’exposition. Ayez l’œil sur votre histogramme.

Astuce

Activez les clignotants de haute lumière de votre écran LCD, ceci vous permettra de voir immédiatement si vous avez des hautes lumières surexposées (cramées).

Et vous, qu’elles sont vos astuces pour faire de la photo d’hiver?

♥ Psst ! En passant, je vous souhaite de très joyeuses fêtes ! Ho! Ho! Ho! 

Conseil pratique : quel grand-angle choisir ?

Conseil pratique : quel grand-angle choisir ?

Aujourd’hui, je vous parle de grand-angle. En fait, on me demande souvent  : quel grand-angle choisir pour optimiser mes photos paysages ? Par exemple, si vous voyagez léger, votre choix sera différent d’une personne qui n’accorde aucune importance au poids. Les critères de sélections changeront d’un photographe à l’autre, selon vos besoins et votre intention créative.

Dans cet article, je vous indique les points positifs et négatifs d’un grand-angle.

Et pour clore la conversation, je vous partage 7 conseils pour optimiser l’utilisation du grand-angle.  Après cette lecture, vous pourrez faire une acquisition éclairée.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un grand-angle?

C’est un objectif à courte focale, soit entre 14 à 24 mm (pour un capteur plein format) et 10 à 24 mm (pour un APC-S), notez que les focales peuvent varier d’une marque à l’autre.

Le grand-angle permet de photographier une large scène sans avoir à se déplacer (ou presque). Il élargit votre champ de vision et donne l’impression que les objets sont plus éloignés qu’ils ne le sont en réalité.

Facteur de conversion

Lorsque vous montez un objectif sur un boitier à capteur réduit (crop),  vous devez convertir la focale pour obtenir son coefficient réel : multipliez la focale par 1.5 (pour Nikon) et par 1.6 (pour Canon).   

En résumé : un 18mm sur un capteur crop deviendra en réalité un 27mm. Un 24mm égalera un 36mm. Un 35mm sera un 52mm. Et ainsi de suite…Vous voyez le principe.

Avantage

Plus la focale est petite en nombre (10mm), plus l’objectif produira un large cadrage et englobera le panorama. Très pratique en montagne, ou sur un site où les éléments sont près les uns des autres, comme une forêt dense.

Grand-angle | conseils pratiques

Désavantage

Si vous photographiez en orientant votre objectif vers le bas, ou le haut, les objets à proximité seront déformés. La grange aura des allures de maison hantée avec ses côtés exagérément inclinés. Les arbres, quant à eux, auront une silhouette distordue, ce qui peut servir votre créativité (surtout durant la période d’Halloween). Hi! Hi!

Autre point à savoir, le grand-angle accentue l’éloignement des éléments. Or, si vous habitez une région parsemée de prairies, l’horizon se transformera en un mince filet de paysage. Bref, tout devient minuscule.

Et c’est là que plusieurs photographes rencontrent leur difficulté. L’astuce est d’inclure un avant-plan, je vous en parle plus bas.

Grand-angle | conseils pratiques

Quel grand-angle choisir?

Posez-vous les bonnes questions

Pourquoi désirez-vous procurer un grand-angle ? Quel est votre intention ? Est-ce pour faire de la photo de paysage ? Vous aimez voir grand et avez une préférence pour les scènes présentant de vastes panoramas. Voilà de bonnes raisons.

⇒ Si vous prévoyez voyager, le poids est à considérer. Optez pour une ouverture moyenne (f/4), le poids sera considérablement réduit, comparé à un grand-angle de f/2.8.

⇒ Par contre, si vous avez l’intention d’explorer la photo de nuit, il est préférable d’acquérir un objectif à grande ouverture (f/2.8 et moins) pour favoriser un meilleur temps d’exposition.

⇒ Si vous débutez, le zoom livré en kit (18-55mm par ex.) avec les boitiers APC-S comprend une focale grand-angle @18mm (X1.5 = 27mm). Ce n’est pas tout à fait un grand-angle, mais ceci vous permettra de faire vos premiers essais.

♥ Si après mures réflexions, vous considérez faire l’acquisition d’un objectif grand-angle, voici quelques suggestions intéressantes :  

Grand-angle fixe

Avantages

Légèreté, mise au point plus rapprochée, grande ouverture (lumineux), possibilité de créer un joli bokeh, parfois plus économique qu’un zoom selon la marque de votre boitier.

Grand-angle | conseils pratiques

Zoom grand-angle

Avantages

Polyvalence, angles de vue variés,  rapidité à photographier le sujet sans avoir à vous déplacer.

Grand-angle | conseils pratiques

Confidence

Lorsque j’ai passé au format full frame, je trouvais que mon objectif grand-angle de 20mm me limitait. J’ai donc opté pour un zoom Sigma 24-70mm f/2.8, qui me donne beaucoup plus de liberté.

7 conseils pour optimiser l’utilisation d’un grand-angle

1- Pensez à inclure un point d’intérêt en avant-plan, sinon vous obtiendrez une vaste étendue de vide. Incorporez des éléments intéressants, tels qu’une talle de fleurs, des rochers, des objets naturels distinctifs qui incitent le regard à plonger dans votre paysage.

Grand-angle | conseils pratiques

2- Mettez en valeur les lignes (droites, fuyantes, sinueuses) pour créer un point de vue dramatique. Le grand-angle amplifie naturellement la perspective, utilisez-la pour provoquer un effet visuel étonnant.

3- Si vous aimez les couchers (ou levers) de soleil, songez à ajouter une grande partie de ciel embrasé par les couleurs du couchant. Ou une formation de nuages amoncelés au dessus de l’horizon.

Grand-angle | conseils pratiques

4- Pour éviter les déformations excessives (à moins que ça ne soit voulu), pensez à ne pas trop incliner l’appareil. Avant de déclencher, vérifier l’effet créé par l’inclinaison de votre boitier, si la distorsion est trop prononcée, relevez votre cadrage pour qu’il soit le plus possible à l’horizontale.

5- N’oubliez pas que, parfois, ce style de déformation pour servir votre créativité. N’ayez pas peur d’expérimenter. Prenez divers clichés et rendu à la maison, jugez si cela fonctionne ou pas.

6- Rapprochez-vous de votre sujet (attention, sur une personne l’effet sera, disons, burlesque). Si c’est votre intention, alors allez-y à cœur joie ! L’effet grandiose est accentué avec cette focale. Elle ajoute une touche dramatique.

Grand-angle | conseils pratiques

7- Avec un grand-angle vous pouvez obtenir une grande profondeur de champ, choisissez une petite ouverture (f/16-22). Pensez à faire votre mise au point au 1/3 de l’image pour maximiser votre PDC, ou servez-vous de l’hyperfocale.

Pensez à louer avant d’acheter

Pas encore certain(e)s quel objectif choisir ? Pourquoi ne pas prévoir un weekend où vous pourriez louer votre équipement ? Planifiez une session photo avec des copains, des copines et amusez-vous à expérimenter.

L’essayer, c’est l’adopter, right ? Voilà, j’espère que ces conseils vous guideront dans l’achat de votre objectif grand-angle.

Bon semaine tout le monde !

 

Cours Gratuit – 5 Jours Pour S’initier à la Photo de Paysage

Cours Gratuit – 5 Jours Pour S’initier à la Photo de Paysage

Au mois de novembre, j’aime toujours créer un contenu pour stimuler votre âme de photographe. Quelque chose de léger et joyeux (lire gratuit), pour mettre de la couleur dans la grisaille de ce mois un peu terne. Un peu comme un cadeau de Noël en avance. 🙂 (Même si Halloween n’est pas encore passé… chuuuu !)

Par ailleurs, il y a longtemps que je songe à vous proposer un cours en ligne concernant la photo de paysage. D’ailleurs, vous êtes plusieurs à m’en avoir fait la demande.

Le sujet est tellement vaste que je me suis gratté la tête en me disant :

– Mon Dieu, mais par où commencer ?

Eh bien, facile, la meilleure façon de débuter est… par le commencement.

Hihi ! Logique, non ? Et pourquoi ne pas l’offrir gratuitement, c’est encore mieux !

Cours gratuit

5 Jours pour s’initier à la photo de paysage

Cours gratuit, atelier virtuel, formation

 

Ce cours gratuit s’adresse aux débutants, à ceux et à celles qui se passionnent par la beauté de la nature. Qui aiment voir grand et loin. Êtes-vous curieux de découvrir les rudiments de ce créneau ? J’ai ce qu’il vous faut.

Mise en garde : si vous désirez tout savoir sur l’équipement (boitier, objectif, carte mémoire et tout), vous serez déçu, je touche à peine à ces sujets.

Je considère que pour maitriser la photo de paysage, il est bien de posséder l’équipement adéquat (et de le maitriser), mais pour éviter l’ennui, il est judicieux de varier l’apprentissage en ponctuant le contenu d’astuces pour créer de belles images.

Si vous me suivez depuis un bout de temps, vous savez que c’est ma philosophie.

Que contient ce cours ?

Ce cours n’est pas exhaustif, il se veut une introduction à la photographie de paysage.

Pour une entrée en la matière, je préfère orienter mes conseils sur les astuces de prise de vue. Ceci vous permettra de les mettre en application immédiatement.

Jour 1 – Introduction à la photographie de paysage
Jour 2 – Les obstacles rencontrés
Jour 3 – Créer de meilleures photos sans changer son équipement
Jour 4 – Les accessoires utiles
Jour 5 – Composition : 5 stratégies à considérer avant de déclencher

Début du cours

Le cours débute dès votre inscription (une fois par jour, pendant cinq jours), et sera distribué dans votre boite de messagerie, sous forme de fiches téléchargeables. Et, par la même occasion, vous serez inscrit à ma lettre d’amitié. Pas de souci, vous pouvez vous désinscrire en tout temps.

Si vous êtes intéressés, inscrivez-vous maintenant, je vous attends !

Oui, ça m’intéresse !

error: Ce contenu est protégé.