Comment photographier l’heure bleue ?

Comment photographier l’heure bleue ?

Qu’est-ce que l’heure bleue ?

L’heure bleue est la période où la lueur du ciel s’assombrit et devient d’un bleu profond. Presque électrique. Elle a lieu deux fois par jour, le matin, avant le lever du soleil et le soir, après le coucher. Sa durée varie entre 30 et 40 minutes selon votre emplacement dans le monde, les saisons et la météo.

Le matin, l’heure bleue précède l’aurore et le soir, elle suit le crépuscule caractérisé par leur teinte rosée. Pour les photographes, c’est un moment unique, le ciel se pare des dernières teintes du jour avant de revêtir celle de la nuit, ou du jour.

Photo Urbaine

heure bleue - En ville

La photographie urbaine privilégie l’heure bleue, car elle permet d’obtenir de beaux contrastes entre le ciel d’un bleu intense et les lumières artificielles émises par les édifices.

Pour vous inspirer : Daniel Cheong Photographer 500px

Photo de Nature

heure bleue - photo nature

Pour ma part, j’aime photographier durant l’heure bleue, une atmosphère particulière s’en dégage. Une teinte bleutée enveloppe le paysage insufflant une voile de mystère.

En macrophotographie, je vais prolonger le moment de la prise de vue pour obtenir, volontairement, cette teinte bleutée dans les images.

À quelle heure ?

heure bleue - à quelle heure ?

Son apparition variera selon l’heure du lever ou du coucher du soleil. Elle est de courte durée,  entre 30 à 40 minutes et se produit 15 minutes après les couleurs caractéristiques de l’aurore ou avant celles du crépuscule.

Le matin, vous devez arriver très tôt, pour capter cette lueur particulière. L’été, alors que l’aurore se pointe à des heures extrêmement matinales, il sera plus commode de réaliser les photos le soir. Le soir, il s’agit de s’attarder.

Faites une recherche pour connaitre l’heure exacte du lever ou du coucher.

Applications pour connaitre l’heure bleue

PhotoPills | Blue Hour App | BlauTime HeureBleue

Ou encore consulter ce site web

BlueHourSite

Observez le ciel

Jetez un œil sur la formation de nuages, sont-ils dispersés ou massifs ? Leur disposition aura une incidence sur la qualité de l’heure bleue.

Notez qu’un ciel couvert restera gris (snif, snif) et ne présentera pas les caractéristiques de l’heure magique. Il faudra revenir une autre fois. Oh well !

Quel matériel utiliser ?

Un appareil réflex, hybride, bridge ou compact expert (option photo nocturne). Étant donné la faible luminosité, le trépied est indispensable.

Une lampe de poche sera pratique pour visionner vos réglages lorsque l’obscurité arrive sans crier gare. 😉

heure bleue - matériel

Prise de vue pour l’heure bleue

Le contraste entre le ciel et le sol sera considérable. Songez à réaliser plusieurs expositions afin de capturer toutes les informations nécessaires, et de retour à la maison choisissez l’image qui vous convient.

L’utilisation d’un filtre neutre dégradé sera judicieuse afin d’équilibrer l’écart entre les hautes lumières et les ombres, au sol.

Vous pourriez également photographier plusieurs photos à diverses expositions dans le but de les fusionner et créer une photo HDR. Attention à bien collecter toutes les données.

Vous avez la fibre créative ?  Expérimentez une longue exposition et produisez des images surréelles. Et si la lune est dans le ciel, pourquoi pas l’inclure ?

Comment photographier l'heure bleue

RAW versus JPEG

Le RAW offre plus de latitude, le fichier est certes plus lourd, mais contient beaucoup plus d’informations. Il sera plus facile de récupérer une image sous-exposée et d’ajuster la balance des blancs avec un fichier RAW. Le fichier JPEG présente très peu de flexibilité…

Comment photographier l'heure bleue

Réglages

La balance des blancs : Si vous utilisez le format RAW, vous pouvez rester en mode automatique, lors du post traitement vous serez en mesure de faire les ajustements nécessaires. Si vous êtes en JPEG, c’est plus délicat, le mieux est de faire des tests et de sélectionner le meilleur réglage.

Notez que le mode Kelvin permet d’obtenir une température de couleur plus précise.

Note : pour ma part, lorsque je fais de la macrophotographie pendant l’heure bleue, je laisse ma balance des blancs à *lumière du jour*, une teinte bleutée est ainsi ajoutée aux images.

Ouverture : si vous réalisez de la photo urbaine, optez pour une petite ouverture (f/11-16), afin de transformer les lumières en effet étoilé. Évidemment, la vitesse obtenue sera lente, pensez à stabiliser votre appareil sur un trépied.

heure bleue - choisir la bonne ouverture

Pour la photo de fleurs, choisissez la plus grande ouverture de votre objectif. Vous obtiendrez de jolies bokeh et un arrière-plan flou qui mettra en valeur votre sujet principal.

heure bleue - photo macro

Pour la photo de paysages, une petite ouverture (f/grand chiffre) offrira une plus grande profondeur de champ. Mais la faible luminosité ralentira la vitesse, songez à apporter votre trépied.

heure bleue - photo paysage

ISO : Si vous utilisez un trépied, vous pouvez conserver les ISO au minimum (50-200). Si vous êtes à main levée, faites attention au flou de bougé. Je vous suggère de hausser les ISO afin d’obtenir une vitesse adéquate.

Voilà ! C’est une façon intéressante de prolonger ses sorties photos et saisir des images qui se démarquent. Avez-vous déjà expérimenté l’heure bleue ?

 

 

Photos de fleurs : 12 Astuces pour Immortaliser leur Beauté

Photos de fleurs : 12 Astuces pour Immortaliser leur Beauté

Dans l’hémisphère nord, nous attendons la belle saison avec impatience. Malgré un printemps tardif, la nature reprend ses droits et bientôt les fleurs enjoliveront nos jardins. Avez-vous hâte ? Oh que oui ! Certes, les accessoires sont indispensables, mais quelques astuces simples nous permettront de réaliser de belles photos de fleurs.

Alors que les jardiniers ratissent leur terrain, pourquoi ne pas nous préparer à capter les beautés ornementales ?

Photos de fleurs : 12 astuces pour photographier leur beauté

1-Netteté et mise au point

Photos de fleurs, conseil pour réussir ses photos de fleurs

Voici un point crucial lorsque l’on veut obtenir de belles photos de fleurs. Notez que plus vous serez près du sujet, plus votre profondeur de champ (PDC) sera réduite et plus la mise au point sera importante. Photographier à main levée offre plus de liberté, mais attention à la PDC, car le moindre micro mouvement vous écartera de cette zone de netteté.

J’ai constaté qu’une ouverture de f/4.5 (et plus) me permet d’élargir cette zone. Si votre vitesse est trop lente (1/30 sec et moins), haussez vos ISO afin de conserver une vitesse raisonnable.

Si vous avez de la difficulté à faire votre mise au point, à l’endroit souhaité, faites-la manuellement. Parfois, le contraste n’est pas suffisant pour permettre à l’appareil d’effectuer le foyer adéquatement.

2-Photographiez en rafale

Un autre truc est de photographier en rafale (si vous êtes à main levée). Pas 50 photos à la fois, soyez logique, allez-y avec trois, de cette façon vous vous assurez d’en capter au moins une de bonne. Héhéhé !

3-Évitez les journées de grand vent

photos de fleurs

En macrophotographie, le vent est notre pire ennemie ! Le moindre mouvement d’une fleur la rendra floue, et plus vous serez près de votre sujet, plus cette problématique sera amplifiée. Une façon de contourner ce problème est de vous servir d’un réflecteur, en guise de pare-vent. Ou procurez-vous un « Wimberly Plamp » (pince) afin de maintenir la fleur immobile.

photos de fleurs

Et si le vent ne collabora pas, esquissez volontairement un mouvement à vos photos et transformez-les en œuvre d’art abstrait. Après tout, c’est vous l’artiste !

Pour améliorer vos photos de fleurs, je vous propose un cours en ligne. Vous y trouverez de précieux conseils pour réussir vos photos de fleurs. Les inscriptions reprendront le 5 mai 2019. Pour en savoir plus, cliquez ici

4-Floutez l’arrière-plan

photos de fleurs

Ici, les téléobjectifs (200 mm et plus) peuvent servir judicieusement. La compression de la focale vous donnera une profondeur de champ réduite. En choisissant de grandes ouvertures (f/4 et moins), vous isolerez le sujet avec élégance. Notez que plus vous serez près du sujet, plus l’arrière-plan se détachera et deviendra flou. Et, du coup, vous produirez un joli bokeh.

5-Sélectionnez votre sujet avec soin

photos de fleurs

Lorsque vous photographiez une fleur, assurez-vous que les pétales ne sont pas abimés. Portez attention à votre sujet et sélectionnez les plus beaux spécimens. S’il y a des fleurs flétries — visibles dans votre composition —, enlevez-les, ou déplacez-vous pour ne pas les intégrer dans votre cadre.

Vous passerez peut-être pour un photographe « pointilleux », mais vous obtiendrez des images qui susciteront des remarques élogieuses.

6-Photographiez au travers

Photos de fleurs - photographier au travers

Servez-vous d’une fleur, en avant-plan, pour créer un effet de couleur diffus. Pour réussir ce tour de passe-passe, choisissez une grande ouverte (petit chiffre f/2-f/4) afin de réduire la profondeur de champ.

Approchez-vous très près de la fleur, et faites en sorte que dans votre viseur vous ne distinguiez qu’une masse de couleur floue au premier plan. Vous obtiendrez ainsi un effet des plus ravissants.

Pour améliorer vos photos de fleurs, je vous propose un cours en ligne. Vous y trouverez de précieux conseils pour réussir vos photos de fleurs. Les inscriptions reprendront le 5 mai 2019.Pour en savoir plus, cliquez ici

7-Grand ouvert

photos de fleurs

Possédez-vous un 50 mm f/1.8 ? Et vous ne savez pas quoi photographier avec ? Voici le sujet idéal pour vous : les massifs de fleurs ou les arbres en floraison. Prenez votre objectif, ouvrez à f/1.8 et approchez-vous le plus près possible, de sorte que l’ensemble de votre composition soit rempli de fleurs. Vous créez ainsi une atmosphère à la fois intime et vaporeuse. Ambiance de conte de fée garantie !

8-Servez-vous de votre main pour créer de l’ombre

photos de fleurs - ombre créée avec la main

Si si, vous avez bien lu, votre main peut devenir un « outil » parfait pour créer de l’ombre lors de journée ensoleillée. Les éléments, restés sous la lumière du soleil, illumineront l’arrière-plan. Évidemment, votre sujet doit se situer à portée de la main, cela va de soi. Si vous avez une petite focale macro (40-60 mm) vous serez en mesure d’atteindre votre sujet.

Vous pouvez également vous servir de votre corps (ou un grand parapluie blanc) pour créer une ombre et diminuer ainsi le contraste tranché d’une lumière trop directe. Si votre bras n’est pas assez long, servez-vous d’un diffuseur pour atténuer les ombres.

9-Faites entrer en scène une petite créature

photos de fleurs - insecte ajouté

Les insectes ajoutent une touche de vie amusante à nos images. Parfois, ils nous sautent aux yeux (littéralement), ou d’autres fois, il faut s’armer de patience. Pour ma part, m’immobiliser pendant un certain temps, me procure souvent de belles rencontres.

Donc, apportez un tapis de sol, installez-vous confortablement au milieu des fleurs et portez attention aux moindres mouvements. Transformez-vous en détective de l’infiniment petit et gardez l’œil ouvert !

11-Ajoutez un flare artistique

flare artistique ajouté à vos photos de fleurs

Voilà une façon créative d’incorporer une touche de magie à vos photos. Le soleil doit être bas sur l’horizon, idéalement en début ou en fin de journée, et placez-vous devant le soleil. Les rayons lumineux inonderont votre image.

Étant donné que votre sujet est en contre-jour, n’oubliez pas de compenser votre exposition de +1 à + 2 IL (cran) afin de ne pas le sous-exposer. Faites des tests et vérifiez les résultats.

12-Profitez de l’heure bleue

photos de fleurs - l'heure bleue

Ah, l’heure bleue, l’un de mes moments favoris ! Elle se produit dès que le soleil bascule sous l’horizon et se poursuit pendant 30 minutes. Si vous ajustez votre balance des blancs sur « lumière du jour », vous obtiendrez une jolie de teinte de bleue. Bien sûr, la faible luminosité réduira votre vitesse, n’hésitez pas à hausser vos ISO pour contrer ce ralentissement.

Pour terminer, je vous souhaite d’immortaliser avec brio vos photos de fleurs !

Bon weekend !

❤ Anne

Photos de fleurs :12 astuces pour immortaliser leur beauté

Pour améliorer vos photos de fleurs, je vous propose un cours en ligne. Vous y trouverez de précieux conseils pour réussir vos photos de fleurs. Les inscriptions reprendront le 5 mai 2019. Pour en savoir plus, cliquez ici
L’importance d’un bon repérage

L’importance d’un bon repérage

Le printemps est (enfin) à nos portes et bientôt nous pourrons photographier notre environnement sans nous geler le bout des doigts et des orteils. Quel plaisir ! C’est le moment idéal pour partir en repérage et allonger la liste de nos nouveaux sites à photographier.

Certains lieux m’attirent, tant pour leur beauté, leur énergie que par leur qualité photographique. Parfois, ces lieux me sautent aux yeux, ils sont à proximité d’un chemin, facilement repérables et je peux évaluer leur potentiel photographique.

D’autres fois, je ne soupçonne même pas leur existence. Éloignés du chemin, ils sont hors de portée de vue. Mais comme je suis une exploratrice dans l’âme, j’aime m’aventurer et faire des recherches un peu plus poussées. Je découvre souvent de belles surprises !

L’importance d’un bon repérage

Développer un système de vos « bonnes adresses »

Au fil des années, j’ai donc répertorié de bonnes « adresses ». Les endroits que je photographie sont archivés par date (2018-04-01) et par mot clé.  Lorsque je cherche quelque chose, c’est plus facile à retracer et à consulter. Par exemple, si je désire vérifier ce qui fleurit au mois de mai, je vais jeter un coup d’œil à mes anciens fichiers, classés à cette date.

Vous pourriez également rédiger un document sur lequel vous répertoriez vos locations, ou encore créer un tableau sur Pinterest, comme j’ai fait pour la Floride.

Savoir déceler le potentiel d’un lieu

L’importance d’un bon repérage

Cette image ↑ représente un endroit que j’avais repéré il y a quelques années. De la route, on apercevait au loin une rivière sillonner une vaste étendue de terre, bordée par des saules.

Pour monsieur et madame tout le monde, ce lieu était un peu inaccessible (car trop éloigné) et semblait sans grand intérêt. Mais pour madame-la-photographe-que-je-suis, j’y voyais un sujet captivant, même si cela signifiait marcher à travers la broussaille.

Succombant à la curiosité, je suis allée faire un tour côté « prairie sauvage ». C’est bien de se fier à son intuition… Ce lieu foisonnait d’éléments naturels : souches, arbres tordus et essences variées, rochers, galets, eau sinueuse, bernaches, etc.

Or, chaque printemps, je revisite ce lieu avant que les herbes hautes n’envahissent les champs et deviennent difficiles d’accès.

L’importance d’un bon repérage

5 idées pour améliorer votre repérage

  • Ralentissez, prenez le temps de regarder, si vous roulez à 90km à l’heure, vous avez peu de chance de cibler un lieu potentiel.
  • Ne sous-estimez pas un emplacement, si vous notez quelque chose d’intéressant, ne serait-ce qu’une clôture ou un garage abandonné, donnez-vous la peine d’explorer les lieux à fond. Vous serez étonné de vos recherches.
  • Prenez des notes, ou enregistrez l’emplacement avec une application pour téléphone mobile, tel qu’Ephemeris ou Google Maps, et établissez une liste d’endroits à visiter. Sinon, vous risquez d’oublier.
  • Conservez les photos des sites visités comme référence, même si elles ne sont pas réussies. (Pour ma part, j’ai tendance à supprimer toutes les mauvaises photos, mais j’ai pris la bonne habitude d’en conserver quelques-unes comme référence.) Ainsi, vous pourrez vérifier au fil des mois, des saisons, les occasions à venir.

Par exemple, j’ai observé (grâce à mes archives) que durant l’hiver, alors que le froid intense commence à geler les rivières, qu’il existe une courte période au mois de janvier durant lequel les cours d’eau ne sont pas entièrement gelés.

Note à moi-même : puisque je passe maintenant l’hiver en Floride, ce renseignement ne m’est pas tellement utile, mais il l’est peut-être pour vous. 😉

  • S’il s’agit d’un terrain privé, demandez la permission. Parfois, en demandant l’autorisation, une multitude d’opportunités s’ouvre à vous.

Dernièrement, j’ai obtenu l’autorisation de photographier une vieille grange. En discutant avec le propriétaire, j’ai découvert que son terrain accueillait des chevaux, qu’une rivière coule à proximité bordée de jolies fleurs sauvages (en juin) et que possiblement je pourrais avoir accès à un lac. Le paradis !

L’importance d’un bon repérage

J’espère que ces quelques suggestions vous aideront à repérer de nouveaux sites à photographier.

Si vous désirez obtenir d’autres conseils pour réaliser de belles photos près de votre domicile, je vous recommande la lecture de mon e-book « À deux pas de chez soi ». Je suis très fière de ce produit et je l’ai écrit en songeant à vous tous qui cherchez à immortaliser la beauté qui vous entoure, cliquez ici pour en savoir davantage…


 ebook_a deux pas de chez soi

Filtres photo : à quoi servent-ils ?

Filtres photo : à quoi servent-ils ?

Il existe plusieurs types de filtres photo selon le résultat désiré. Aujourd’hui, je vous parlerai du filtre polarisant ainsi que du filtre à densité neutre dégradés (ND pour Neutral Density) et du filtre inversé. En photographie de paysage, ils sont indispensables.

Le traitement numérique vous permet de reproduire bien des effets, mais rien comparé à ce que vous pouvez obtenir directement à la prise de vue. Vous économiserez un temps énorme en postproduction.

Et si, de surcroit, vous ne faites aucun traitement d’image, alors là, vous avez intérêt à vous les procurer !

Or, le filtre polarisant enrichira vos couleurs, alors que le filtre neutre dégradé atténuera un ciel trop lumineux par rapport au sol, produisant un paysage plus harmonieux, visuellement. Le filtre renversé, quant à lui, sera judicieusement utilisé pour réduire l’intense lumière du soleil sur l’horizon lors d’un coucher ou d’un lever de soleil.

Le filtre polarisant

Filtres photo : à quoi servent-ils ? - filtre polarisant

En photographie, c’est un incontournable. Si vous ne détenez aucun filtre, celui-ci est à adopter.

Le polarisant enrichira vos couleurs et éliminera l’éblouissement, ou reflet, causé par la lumière vive du soleil. À peine perceptible à l’œil nu, ces reflets se dissimulent sur les feuilles lisses, les roches polies, la surface de l’eau,  ou les gouttes de pluie. Aussi, il saturera le bleu du ciel et fera ressortir le détail des nuages.

Il se visse sur le devant de votre objectif et vous tournez la bague circulaire pour voir apparaitre la transformation.

Note : Pour que l’effet soit visible, vous devez être situé à 90° par rapport au soleil. Petit détail à prendre en considération, son verre teinté réduit la luminosité, vous perdrez ainsi 2 crans (par exemple, une vitesse de 1/125 sec. passera à 1/30 sec.). Donc, l’usage d’un trépied peut s’avérer utile.

Mise en garde

Filtres photo : à quoi servent-ils ?

  • 1) Sur un objectif ultragrand-angle et grand-angle (surtout sur un boitier plein format), l’apparition du filtre sera visible sur les bords de l’image.
  • Procurez-vous un filtre slim (mince) conçu à cet effet.

 

∼ ∼ ∼

Filtres photo : à quoi servent-ils ?

  • Sur un objectif grand-angle, l’effet du polarisant, s’il est trop accentué, causera un effet de vignette plus foncé au centre. Donc, allons-y mollo !

Avantages

  1. Accentuer le bleu du ciel et faire ressortir les nuages.
  2. Souligner les couleurs d’un arc-en-ciel.
  3. Lors de journée nuageuse, il éliminera le blanc du ciel qui se reflète imperceptiblement sur les composantes d’un paysage.
  4. Permets de voir les détails au fond de l’eau (comme sur la photo ↑), que ce soit une souche ou un lit de galets.
  5. Les journées de « smog », il atténuera son effet et fera ressortir davantage les détails.
  6. Lorsque le soleil est bas sur l’horizon, le polarisant est fort utile pour rehausser le ciel et enrichir les couleurs.
  7. Servez-vous-en pour créer un effet de filet soyeux sur les chutes et les cascades.

Le filtre à densité neutre dégradé

Filtres photo : à quoi servent-ils ?

On le dit neutre, car sa teinte n’alterne en rien les couleurs, et dégradé parce qu’une partie du filtre est plus foncé alors que le reste est transparent, la gradation variant d’un filtre à l’autre.

Ils sont disponibles en diverses gradations, dites « dur » ou « soft » selon les besoins photographiques, et à intensité variée (-3 crans étant un bon choix).

Avantages

Le filtre s’installe devant l’objectif, le dégradé sera positionné sur la partie de l’image souhaitée et équilibrera une scène à haut contraste. Par exemple, un paysage dont la luminosité du ciel est beaucoup plus claire par rapport à un sol sombre.

Vous obtiendrez ainsi une scène dont la valeur dynamique sera uniformément exposée.

Pour bien comprendre son utilité, sachez que l’appareil photo ne réussit pas à enregistrer toute la valeur dynamique que l’œil humain perçoit.

Et c’est là que les filtres dégradés viennent à notre rescousse. Yééé !

↓ ↓ Vidéo expliquant l’utilisation de filtre neutre gradué, d’Objectif Photographe ↓ ↓

Le filtre neutre inversé

Filtres photo : à quoi servent-ils ? - filtre inversé

 

Voici un autre filtre photo souvent méconnu. Le terme inversé signifie que la partie la plus sombre du filtre est au centre, permettant ainsi de capter un coucher ou lever de soleil et réduire la lumière intense de l’astre solaire qui se situe sur l’horizon.

 

 

Mais attention, parfois il assombrit trop le ciel.

Il faut toujours s’assurer d’obtenir un ciel légèrement plus lumineux que le sol, et non pas plus foncé, sinon, ça ne fait pas naturel.

Voili ! Voilà ! J’espère que ce tutoriel vous aidera à y voir plus clair !

Vous manquez de temps? 10 conseils pour en trouver

Vous manquez de temps? 10 conseils pour en trouver

Le temps. Une denrée rare. Nous sommes tous bousculés par le va-et-vient de la vie.

Entre le boulot, le métro, les enfants, le rendez-vous chez le dentiste, la réunion à animer, le boss à rencontrer, aller porter les enfants à leur activité,  les lunchs à préparer, ramener les enfants à la maison, les devoirs, le rituel du dodo, le ménage, la pelouse à tondre, le linge à laver, à plier, à ranger, les repas à planifier ET à concocter, que nous reste-t-il comme temps libre ? Des miettes.

Certaines personnes vont anticiper leur retraite pour jouir de la vie. D’autres vont attendre que les enfants soient assez grands pour s’adonner à leur nouvelle passion, la photo.

Trouver du temps. Mission impossible ?

Entre vous et moi, est-il vraiment nécessaire d’attendre le moment idéal ? Ne pourrait-on pas le créer et le planifier ? Et ainsi se réserver du temps, juste pour soi ? Mais si.

Alors, comment y arriver ?

Pour avoir du temps à soi, il suffit d’établir nos priorités et se bâtir un plan. Voici quelques idées :

1- Ayez votre appareil photo à la portée de la main

Apportez-le partout où vous allez, même à l’épicerie.

C’est ce que déclare Daphnée Pilote, photographe à temps plein. À défaut d’avoir du temps, elle trimbale son boitier partout où elle va, pour ne pas rater les bonnes occasions.

Manque de temps ? - 10 conseils pour en trouver

2-Profitez de votre pause

Au travail, écourtez le repas du midi et profitez-en pour vous balader avec votre appareil photo au cou. Le printemps est à nos portes, les bourgeons et les fleurs n’attendent que votre œil photographique.

3- Votre pause repas est trop courte ?

Reprenez-vous en soirée, oubliez facebook, instagram ou le téléjournal (les mauvaises nouvelles n’inspirent personne, vous le savez bien), et allez prendre de l’air… avec votre appareil photo.

Manque de temps ? - 10 conseils pour en trouver

4-Participez à une activité photographique

C’est une excellente façon de vous motiver ! La randonnée photo propose diverses sorties, pour stimuler votre regard et votre perception du monde. Le fait de joindre un groupe photo sur une base régulière vous motivera à sortir et à respecter votre engagement. L’échange entre participants est toujours super motivant et enrichissant.

manque de temps ? - rando photo

5-Engagez-vous dans un petit projet

Si un défi de 365 jours vous semble excessif, vous pouvez alléger la pression en choisissant un projet 52 semaines, où une heure par semaine suffit. Cette heure elle est à vous, uniquement, une heure où votre regard peut vagabonder et capturer ce qui vous plait.

J’ai réalisé ce genre de défi avec mon amie photographe, Nathalie Lauzon. Pendant 52 semaines, nous avons publié côte à côte nos trouvailles. Du vrai bonheur ! Si vous désirez pousser un peu plus loin, tournez la caméra vers vous et entamez un défi autoportrait.

Selon Annie Émard, c’est un défi qui te permet d’explorer des aspects encore inconnus de ta personnalité. Je m’inventais des histoires, des personnages, parfois, j’avais l’impression que ce n’était pas moi sur les photos. (rire)

maque de temps ? Défi 52 semaines

6-À deux pas de chez soi

Vous n’êtes pas obligé de sortir de la maison ni d’entreprendre de longues excursions si le cœur n’y est pas. On peut dénicher des trésors d’images directement dans son salon, ou à deux pas de chez soi. Prenez 15 minutes, avant de démarrer votre journée, et observer la lumière du matin.

Regardez autour de vous, observer les détails du quotidien. Avez-vous vu comment la lumière danse sur le plancher comme elle est belle ? Comment un objet, aussi ordinaire qu’une tasse de café entre vos mains peut refléter un moment divin ?  Prenez le temps et observez…

Pour Véronique Perré, le geste photographique est viscéral. Un besoin. C’est comme peindre ou écrire, l’inspiration n’est pas toujours au rendez-vous, l’art à l’état pur vient de l’émotion, explique-t-elle. Mais quand le moment s’y prête, Véronique s’engage à fond.

 

7-Échange de gardiennage

Vos enfants sont en bas âge ? Vous ne disposez pas de temps où vous pouvez être libre ? Pourquoi ne pas proposer un échange de gardiennage avec une autre maman ? Si vous avez de jeunes enfants, il y a fort à parier pour que vous connaissiez d’autres parents.

Convenez d’une date et d’une période de temps durant laquelle vous pourrez vous adonner à la photographie, pendant que les enfants s’amusent. Peut-être y a-t-il une maman qui aspire à faire de la photo, tout comme vous, et qui trouvera l’idée géniale.

8-Servez-vous de votre Smartphone

Vous ne voulez pas trimbaler votre appareil photo parce qu’il est trop encombrant ? Servez-vous de votre téléphone intelligent à la place, vous l’avez avec vous tout le temps de toute façon. De plus, c’est étonnant les clichés que l’on peut obtenir avec cet appareil, et c’est d’une facilité désarmante. Allez, n’hésitez pas à immortaliser vos activités ! 

Manque de temps ? - Faites de la photo avec votre smartphone

9-Impliquez vos adolescents dans vos sorties et faites-les collaborer

Partez à deux (ou plus) et amusez-vous à trouver des sujets à photographier. Donnez-vous un thème, les autos rouges, les formes répétitives, les chiens, les vélos, etc. Lorsque vous revenez à la maison, comparez vos photos. Vous serez étonné des résultats. Leur vision et la vôtre seront sûrement différentes, mais votre relation gagnera en profondeur.

Photo en duo - trouver du temps pour la photo

10-Lâcher prise et sortez dehors !

Et mon dernier conseil, et non le moindre, si le temps est fabuleux, que le soleil   éclabousse le paysage, lâchez tout, abandonnez votre comptabilité, laissez faire le ménage, prenez votre boitier et hop dehors !

Avez-vous d’autres astuces à nous partager pour trouver du temps ? Ajoutez-les dans les commentaires. À bientôt !

 

Photographier un coucher de soleil : 12 secrets pour réussir

Photographier un coucher de soleil : 12 secrets pour réussir

Quand j’étais petite, j’étais obnubilée par les couchers de soleil. Et je le suis encore, mon cœur d’enfant ne m’a pas quitté. D’ailleurs, avez-vous déjà rencontré une personne qui demeure de marbre devant un coucher de soleil aux couleurs inoubliables ? Ce moment magique où, soudainement, le firmament se transforme en toile flamboyante.

Dans cet article, je vous fournis 12 conseils judicieux pour photographier un coucher de soleil inoubliable.

À retenir : plus il y aura de nuages dans le ciel, plus la possibilité d’avoir un beau coucher de soleil sera accrue.

Comment photographier un coucher de soleil ?

Photographier un coucher de soleil : 12 secrets pour réussir

1-N’arrivez pas à la dernière minute

Lorsque le soleil est sur le point de se coucher derrière l’horizon, vous ne disposez que d’une vingtaine de minutes pour réaliser vos photos. C’est bref. Donc, si vous désirez peaufiner votre composition, sans paniquer – parce que vous voyez le soleil descendre et que vous n’avez pas encore détecté votre premier plan – (j’en sais quelque chose…), songez à arriver une heure plus tôt.

2-Explorez les lieux avant

Si vous êtes en mesure de vous rendre sur place quelques heures avant, ou une journée à l’avance, c’est encore mieux. Ceci vous permettra de faire du repérage en toute tranquillité et de vous familiariser avec l’endroit.

Notez les éléments à intégrer à vos images. Voyez-vous un avant-plan intéressant ? Des éléments qui créeront de belles silhouettes ? Faites le tour du jardin, explorez.

Photographier un coucher de soleil : 12 secrets pour réussir

3-Apportez votre trépied

La lumière de fin de journée faiblit rapidement, et elle influencera votre vitesse d’obturation. Si vous obtenez une vitesse inférieure à 1/125sec, stabilisez vos prises de vue à l’aide d’un trépied. Sinon, essayez de déposer votre appareil sur quelque chose de solide. Un rocher, une table, un quai par exemple.

Note : n’oubliez pas de déverrouiller le stabilisateur de votre objectif ou de votre appareil. Sinon, vous aurez des photos floues.

Photographier un coucher de soleil : 12 secrets pour réussir

4-Utilisez des filtres neutres dégradés

Je ne vous le cacherai pas, les couchers de soleil sont parmi les scènes les plus capricieuses à capter. Pourquoi ? Parce que la plage dynamique de votre capteur (entre les hautes lumières et les ombres) est très élevée.

Juste pour vous donner une idée, la vision humaine peut distinguer jusqu’à 27 crans de luminosité; tandis que notre appareil photo, lui, ne pourra capter qu’entre 9 et 14 crans.

Donc, l’ajout d’un filtre neutre dégradé aidera à équilibrer le tout et ainsi réduire l’écart entre les hautes lumières et les ombres. Un petit accessoire qui fera une grande différence.

Photographier un coucher de soleil : 12 secrets pour réussir

5-Être présent…

Ici, j’ai envie de vous dire de prendre le temps de vous pauser. D’admirer. De jouir du spectacle et d’être présent. Cet instant, fugace, ne reviendra pas.

Photographier un coucher de soleil : 12 secrets pour réussir

6-Savoir observer

À partir du moment où le soleil descend, bascule sur l’horizon et éclabousse le firmament de couleurs époustouflantes, quelques minutes s’écoulent. C’est court, j’en conviens. Résistez à la tentation de mitrailler la scène en rafale. Vous n’obtiendrez pas de victoire.

Pendant sa descente dans le ciel, prenez différents clichés du soleil, observez ses rayons et soyez à l’affut. Et anticipez, va-t-il glisser derrière ce nuage et créer de beaux rayons lumineux ? Oui, alors, soyez prêt !

 Photographier un coucher de soleil : 12 secrets pour réussir

7-Choisir la longueur focale

Variez vos objectifs, vous pouvez obtenir de belles images avec un grand-angle, mais également avec un téléobjectif, voire un objectif macro.

photographier coucher de soleil

8-Sélectionnez la bonne balance des blancs

Évitez de mettre votre balance des blancs en mode « automatique », les couleurs auront tendances à être froide. Optez plutôt pour le mode « nuageux » ou « ombre », vous obtiendrez des couleurs plus chaudes.

Faites des tests et choisissez ce qui vous plait, c’est vous le maître de votre création !

Photographier un coucher de soleil : 12 secrets pour réussir

9-Variez vos expositions

Quelle exposition choisir ? Dans l’incertitude, réalisez une série de photo à différente exposition, exécutez des photos sous-exposées (-1, -2, -3 EV) et d’autres, surexposées (+1, +2, +3 EV). Sachez toutefois que la plupart des appareils photo possèdent une option d’auto-bracketing, ceci vous évitera de faire le tout manuellement. Et perdre de précieuses minutes à figurer l’exposition à choisir. Aussi bien mettre la technologie de votre côté, n’est-ce pas ?

10-Tirer profit des silhouettes

Voici une occasion unique d’ajouter des silhouettes à vos images. Exposez pour le ciel et laissez dans l’ombre des éléments intéressants, il peut s’agir d’un arbre, d’un quai, d’un voilier, etc. Vous pouvez même afficher vos couleurs en vous incluant dans le décor, le mode « autoportrait » prendra un sens nouveau.

Photographier un coucher de soleil : 12 secrets pour réussir

11-Regardez autour de vous

Alors que l’ouest se pare de teintes somptueuses, n’oubliez pas de jeter un coup autour de vous. Les couleurs du couchant peuvent s’étendre très loin et donner lieu à des paysages tout aussi beaux derrière que devant vous. Donc, soyez aux aguets.

Photographier un coucher de soleil : 12 secrets pour réussir

12-Attardez-vous un peu

Le soleil vient de franchir l’horizon et votre carte mémoire est remplie d’images. Vous avez réussi ! Wahou ! Un instant, pas si vite papillon ! Je sais, je sais, vous avez hâte de retourner à la maison pour visionner vos œuvres. Tout à fait légitime.

Par contre, d’ici quelques minutes, entre 10 et 15 pour être plus précis, vous serez témoin de l’aurore. Ce moment magique où les nuages prennent feu. Éphémère et de toute beauté. Ce n’est pas toujours le cas, mais patientez, au cas où…

Photographier un coucher de soleil : 12 secrets pour réussir

Je vous souhaite de superbes photos de coucher de soleil ! 🙂

error: Ce contenu est protégé.