Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Vous habitez une belle région, mais vous ignorez comment mettre en valeur ses paysages. Comment parvenir à immortaliser la beauté d’un lieu ? L’écart entre ce que nous voyons et ce que nous réussissons à photographier est souvent considérable. De plus, les étapes à réaliser semblent bien complexes.

Bien qu’il existe plusieurs façons d’améliorer vos photos de paysage, en suivant quelques conseils, le processus n’est pas si sorcier.

Article relié ⇒ 7 Conseils pour améliorer vos photos de paysage

Dans cet article, je vous donne des pistes pour vous aider à mettre en valeur les paysages de votre région. Nous analyserons trois points importants :

  • Cibler le sujet principal
  • Soigner votre composition
  • Découvrir la bonne lumière

Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Cibler le sujet principal

Il est important de faire du repérage et cibler le sujet principal qui fera ressortir la beauté d’un lieu.

Prenez votre temps

Circuler lentement vous permettra de repérer les éléments susceptibles de composer une belle image. Si vous êtes en voiture, immobilisez votre véhicule et faites une petite marche d’exploration.

Scrutez votre territoire avec l’œil d’un détective en quête d’indices révélateurs.

Notez les adresses, pour ne pas les oublier.

Observez soigneusement

Portez attention aux détails.

  • Voyez-vous un sentier bordé d’arbres matures formant un point de fuite ?
  • Se dirige-t-il vers un lieu intéressant à photographier ?
  • Des montagnes se dressent-elles à l’horizon ?
  • Avez-vous repéré des bâtiments, modernes ou d’allure champêtre ?
  • Sont-ils enjolivés de jardinières ?
  • Si vous êtes près de la mer, vérifiez les marées.

Ce type d’observation vous fournit une multitude d’informations qui permettront de diversifier vos photos de paysage.

Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Soigner votre composition

Composition dynamique versus statique

Une composition dynamique sera soulignée par du mouvement : cascade en filé, vagues vaporeuses ou nuages striés. Ce style d’image suggère force et énergie. Pour obtenir cet effet, optez pour une longue exposition.

Le meilleur moment pour réaliser ce type de photo est en fin de journée (ou tôt le matin), alors que la lumière est plus faible. Ce sera plus facile de réduire votre vitesse d’obturation et d’avoir une longue exposition.

Une composition statique produira un sentiment de stabilité et de calme. Plus traditionnelle, elle aura intérêt à être mise en valeur grâce à la lumière ou jouer judicieusement avec la perspective.

Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Jouer avec la perspective

Changer son point de vue n’est pas seulement une question de créativité, il met aussi en valeur le paysage. Chaque perspective détient une caractéristique propre et, bien utilisée, elle permet de livrer un message puissant et accroît l’impact visuel.

Lorsque vous êtes sur les lieux, demandez-vous de quelle façon vous pouvez souligner ce message.

  • Avez-vous la possibilité de changer de position ?
  • Pouvez-vous grimper sur quelque chose pour offrir un point de vue surélevé ?
  • Ou vous accroupir au sol ?
  • Intégrer un premier plan qui invitera le spectateur dans l’image ?

Bref, déplacez-vous. Si vous utilisez un trépied, n’hésitez pas à le manipuler de sorte qu’il s’adapte à votre nouveau point de vue. 😉

Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Perspectives à envisager

  • Au ras du sol
  • Caché derrière
  • Un cadre dans un cadre
  • En plongée
  • En contre-plongée
  • Le point de fuite (ou ligne directrice)

Découvrir la bonne lumière

Si les caractéristiques d’un lieu sont primordiales pour mettre en valeur un paysage, la qualité de la lumière sublimera l’ensemble de la scène. Un site qui nous apparaît banal en mi-journée se transformera sous la lueur du matin, ou du soir.

En matinée

Les petits matins offrent une atmosphère très différente de celle du soir. Le paysage est nimbé d’une atmosphère particulière, la lumière est douce et le décor enveloppé de brumes flottantes, parfois accompagnée de rosée. Sans compter la tranquillité. Si vous êtes un lève-tôt, envisagez de photographier les riches couleurs de l’aurore.

En fin de journée

Sa luminosité est identique à celle du matin avec, en moins, la brume, la rosée et la tranquillité. Si l’idée de vous lever tôt vous rebute, adoptez cette période du jour. Vous pourrez même profiter du crépuscule et de l’heure bleue.

Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Prévisualiser

Prenez l’habitude de circuler tôt le matin, ou en fin de journée afin de repérer l’éclairage idéal. Pour ma part, souvent après avoir fait une sortie photo, je m’attarde dans les environs pour vérifier la lumière et son incidence sur le paysage.

  • Est-ce que la lumière du matin avantagerait mieux ce paysage ?
  • Ou celle de la fin du jour ?

Ceci me permet de prévisualiser le potentiel d’une scène future.

Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Ajouter un personnage à vos photos (bonus)

Il est parfois difficile de saisir l’étendue d’une forêt grandiose ou la dimension d’une chute. L’ajout d’une personne accroît l’intérêt, met en perspective le lieu et nous permet d’obtenir une échelle de grandeur.

On réalise alors que cette fameuse chute est… magistrale !

Il peut également mettre en lumière une situation et insuffler une atmosphère particulière, le personnage venant soutenir l’histoire visuelle. Si vous êtes mal à l’aise avec ce concept, voilà un beau défi à relever. Voilà une façon très originale de mettre en valeur la beauté d’un lieu.

Comment mettre en valeur la beauté d’un paysage ?

Conclusion

Faites d’abord votre repérage. Notez les lieux intéressants dotés d’éléments uniques. Variez vos perspectives en vous déplaçant, jouez avec les angles, soyez imaginatif. Osez ajouter un personnage à vos paysages, transmettant ainsi une histoire visuelle qui mettra en valeur la scène. Étudiez la lumière, c’est elle qui viendra illuminer le tout.

Bonne photo et bon week-end! 

Jugez-vous TROP sévèrement vos photos ?

Jugez-vous TROP sévèrement vos photos ?

Est-ce que vous rêvez de réaliser de belles images ? De recréer le facteur « wow » éprouvé lors de la prise de vue ? Et de transmettre l’émotion  ressentie ? Peaufiner votre vision, apprendre à mieux voir et parfaire votre technique sont des moyens efficaces d’y parvenir.

Mais (et mets l’accent sur le MAIS), il faudrait tout d’abord cesser de dire que nos photos sont nulles. Et arrêter de juger nos photos TROP sévèrement.

Au fil des mes ateliers photo et des discussions avec les participants, je constate un point récurant : la façon dont on juge (sévèrement) nos photos.

Je m’explique.

On réalise une série d’images (300 peut-être). On revient à la maison, on les regarde et, la première pensée qui nous vient à l’esprit est de constater le nombre de clichés « ratées ».

Pourquoi avons-nous tendance à être si sévères envers nous-mêmes ? Parce qu’on s’imagine qu’une photo se fait en un seul clic ? Croyez-vous que les grands photographes réussissent leurs meilleures photos du premier coup ?

Absolument pas.

Il serait fort intéressant et très enrichissant de connaître le travail derrière chaque image publiée dans une revue célèbre, ou même sur Instagram. Il y a un processus créatif (démarche qu’on ne voit pas) derrière chaque image. Croyez-le ou non, plusieurs photos ont été créées pour aboutir à une seule image, aussi unique soit-elle. Oui madame (ou monsieur)!

 « Aucun artiste n’obtient la perfection la première fois. » ~ David duChemin, The Visual Toolbox.

Jugez-vous vos photos TROP sévèrement ?

Apprendre à regarder autrement sa banque d’images

Arrêtons de considérer nos photos ratées comme des échecs. Apprenons à les regarder avec bienveillance et comme une démarche en soi. Une façon artistique d’arriver à nos fins et de concevoir l’image souhaitée.

Quand vous êtes sur le terrain, il est normal de prendre plusieurs clichés. Vous changez de perspective, avancez d’un pas, reculez d’un autre, vous variez votre exposition, vous faites le tour du sujet, clic par ci, clic par là.

Bref, vous explorez à fond, right ? Tout cela dans le but de capter « votre » photo.

C’est un processus créatif évolutif, chaque image enregistrée dans votre boîtier vous dirige, un clic à la fois, vers l’image ultime. Comme le peintre qui donne des coups de pinceau pour parachever son œuvre.

Article relié : Mon approche photographique : relié le cœur à la vision

Jugez-vous vos photos TROP sévèrement ?

Si vous cliquez aux petits bonheurs la chance, sans vous soucier de votre premier plan, ou des éléments inutiles à exclure, sans vous poser de questions, et que vous êtes toujours insatisfait des résultats. Eh bien, peut-être avez-vous besoin de vous arrêter.

Si vous désirez vous améliorer et que vous mitraillez une scène sans réfléchir, vous gaspiller de précieux pixels. C’est comme se fier au hasard, vous risquez d’être déçu. Dites-vous que se poser des questions et faire le tour du sujet est un processus normal. Voire nécessaire.

Prenez vos photos en étant connecté avec votre environnement, soyez présent. Si vous faites dix photos sur un seul sujet, faites-le en pleine conscience.

Article relié : Pratiquer la photographie zen pour aiguiser votre sens de l’observation

Jugez-vous vos photos TROP sévèrement ?

Posez-vous les bonnes questions

Une fois que vous avez rempli votre carte mémoire, revenez à la maison avec une ouverture d’esprit et regardez vos photos avec indulgence. Prenez le temps d’examiner chacune de vos photos et analysez pourquoi celle-ci ou celle-là ne fonctionne pas.

  • Représente-t-elle mon intention du départ (le but visé) ?
  • Peut-on identifier le sujet principal ?
  • L’image est-elle surexposée ?
  • Avez-vous oublié de faire la patrouille des bords ?
  • Vous êtes-vous suffisamment rapproché ?
  • Que pourriez-vous faire la prochaine fois pour améliorer votre prise de vue ?
  • Peut-être, y retourner à une heure plus matinale ?

Toute cette analyse bonifiera votre expérience, et vous aidera à déceler les points à corriger. Et, de grâce, soyez indulgent envers vous, atteindre la perfection n’existe pas.

Jugez-vous TROP sévèrement vos photos

Conclusion

Entamez la belle saison avec cette optique en tête : chaque photo enregistrée dans votre boîtier est un pas de plus vers votre expression artistique.

Dites-moi, est-ce que vous vous considérez sévère envers vos photos ? Ou vous vous donnez de la latitude pour pouvoir progresser ?

Photo de paysage : 5 Erreurs Fréquentes et Comment les Éviter

Photo de paysage : 5 Erreurs Fréquentes et Comment les Éviter

Nous apprenons tous par nos erreurs. Vous est-il déjà arrivé de revenir subjugué par la beauté d’un lieu et d’être déçu du résultat ?

Vos images n’expriment pas le sentiment d’excitation qui vous habitait lors de la prise de vue.

Plusieurs facteurs peuvent en expliquer la cause, inattention, visite d’un endroit pour la première fois, lumière insuffisante, mauvais ajustement de l’appareil. Ou encore, vous accédez à un site juste au moment où le soleil bascule sous l’horizon, réduisant votre séance photo à une poignée de minutes.

Voyons ensemble les 5 erreurs à éviter et comment y remédier.

1-Ciel délavé

Dans un paysage, le ciel est l’un des premiers éléments à devenir surexposé, surtout lors d’une journée ensoleillée. L’écart entre les hautes et les basses lumières est trop élevé pour permettre au capteur de saisir toutes les tonalités de la scène.

Vous obtiendrez une image avec un pan de ciel d’un blanc « tapageur » et, même si ce n’est pas votre intention, le regard de votre spectateur s’y accrochera sans cesse.

La solution

Utilisez un filtre (dégradé neutre ou un polarisant)

L’utilisation d’un filtre dégradé neutre (GND) s’avère judicieuse pour cette situation. On le dit dégradé parce qu’une partie du filtre est plus foncé que le reste.

Installée devant l’objectif, la partie foncée du filtre diminue l’intensité d’un ciel lumineux par rapport au sol plus sombre. Ainsi, vous obtenez une image dont toute la scène est bien exposée.

L’utilisation d’un filtre polarisant s’avère également utile. En plus d’enrichir les couleurs, il est efficace pour diminuer la luminosité du ciel.

Bref, ces filtres atténuerons un ciel récalcitrant.

Photo de paysage : 5 Erreurs communes et comment les éviter

2-Manque de netteté

En photographie de paysage, plusieurs paramètres peuvent influencer ce type de problème : votre sujet a bougé, ou vous avez bougé; une profondeur de champ insuffisante; une mauvaise mise au point.

Voyons ensemble certains points à adopter pour obtenir une photo nette à tout coup.

La solution

Apportez votre trépied

Simple, mais efficace. L’utilisation d’un trépied est un incontournable pour la photographie de paysage. Si vous sortez à l’heure dorée, tôt le matin ou en fin de journée, la quantité de lumière est moins abondante.

Si vous choisissez une petite ouverture (f/grand chiffre), pour produire une bonne profondeur de champ, vous obtiendrez forcément une vitesse lente. Le trépied est donc ici indispensable.

Astuce : sur trépied, pensez à déverrouiller le stabilisateur de votre objectif, afin d’éviter les photos floues.

Haussez « légèrement » les ISO

Je vous vois sourciller, je ne parle pas de 3200 ISO. Ce ne serait pas raisonnable ! Certaines conditions l’exigeront, mais pas en photographie de paysage.

Par exemple, vous avez une talle de fleurs au premier-plan qui bouge imperceptiblement au vent. Si votre temps de pose est d’une seconde, les fleurs créeront un effet de dédoublement et manqueront de netteté.

La seule manière de prévenir ce flou de bougé est d’augmenter les ISO pour obtenir une vitesse supérieure. Ou encore, ouvrir votre diaphragme, mais ceci compromettrait votre profondeur de champ. À vous de voir…

Bien tenir son appareil photo

Cette problématique surviendra plus fréquemment si vous cadrez via l’écran LCD, vous obligeant ainsi à maintenir l’appareil à bout de bras. Une position qui affaiblit votre stabilité.

Lors de la prise de vue, une bonne posture est importante pour la stabilité de votre boîtier.

Astuce : tenir les coudes près du corps, les jambes écartées, déposez votre main gauche comme support sous l’appareil, et servez-vous de l’index de votre main droite pour déclencher. Attendez le son du déclic avant de changer de position.

Servez-vous du retardateur

Votre appareil est sur trépied et vous pensez être à l’abri d’une photo voilée.

À l’occasion, le simple fait de peser sur le déclencheur de notre appareil peut cause un flou de bougé, surtout si la vitesse se situe en bas de 1 sec. Un truc efficace est d’utiliser le retardateur sur 2 secondes. Tactique suffisante pour éliminer toute vibration.

Photo de paysage : 5 Erreurs communes et comment les éviter

3-Vous n’êtes pas assez préparé

Vous arrivez sur les lieux, vous ne connaissez pas les environs, vous cherchez un point de vue intéressant, sans savoir où vous diriger, le soleil descend, très vite. Vous courez, pas assez vite, haha !

À court d’idée, vous vous installez quelque part, (ça, ça veut dire n’importe où), prenez une série de photos, parce que bientôt il fera noir. Misère !

De retour à la maison, vous êtes déçu et désenchanté. Familier ? Je l’ai vécu. Et comme on dit, on apprend de nos erreurs, aussi bien voir le positif de l’expérience.

La solution

Faites du repérage

Quelques jours à l’avance, visitez les lieux de votre destination. Vous vous familiarisez avec l’endroit. Et lors de votre prochaine sortie, vous serez prêt. Yes !

Sur place, localisez un emplacement intéressant où vous pourrez vous installer. Mémorisez le chemin pour vous y rendre et trouvez des repères, au cas où vous décideriez d’y retourner au petit matin, alors que tout baigne dans la pénombre.

Arrivez tôt

Si le repérage ne fait pas partie de vos plans, considérez l’option d’arriver quelques heures plus tôt. Surtout si vous prévoyez photographier les dernières lueurs du jour. Vous aurez amplement le temps d’explorer les environs et repérer un emplacement de choix.

Photo de paysage : 5 Erreurs communes et comment les éviter

4-Scène surchargée

Quand nous visitons un superbe site, nous sommes parfois éblouies par la beauté des lieux. Et très souvent, nous ne savons pas comment rendre justice à ce nouvel environnement.

Nous prenons une vue d’ensemble, en incluant tout, dans l’espoir de ne rien manquer, mais au final nous obtenons une image surchargée.

La solution

Prenez le temps d’observer

Ne vous précipitez pas à prendre des photos. Avant de déclencher, explorez et notez les endroits dignes d’intérêt.  Faites le tour, examinez le potentiel photographique des lieux.

Une fois l’euphorie du moment passé, utilisez votre appareil et photographiez les éléments que vous avez remarqués.

Photo de paysage : 5 Erreurs communes et comment les éviter

5-Mauvaise utilisation de la lumière

Selon mon point de vue, il n’y a pas de mauvaise lumière, il n’y a que des situations où la lumière est mal exploitée. La lumière du matin ou de fin de journée se prête bien à la photographie de paysage. L’éclairage latéral (vu la position du soleil) rehausse les textures et les éléments naturels du panorama.

Article relié ⇒ 7 Conseils pour améliorer vos photos de paysage

La solution

Éviter l’heure du midi (entre 11 h et 14 h)

Ces heures sont à éviter, à moins que votre intention soit de capturer un paysage à fort contraste. Dans un sous-bois, c’est fatal. Le soleil filtre à travers le feuillage des arbres et donne une scène où l’on rencontre des zones à la fois très sombres et très claires.

Sa complexité rend la lecture de l’image laborieuse. Bien franchement, on ne sait plus où regarder.

Photo de paysage : 5 Erreurs communes et comment les éviter

Favorisez une journée nuageuse

Les journées sans soleil sont idéales. Nous avons tendance à bouder ces journées, en nous disant que la lumière est sans éclat et que nos sujets ne seront pas mis en valeur.

Il suffit de bien cibler son sujet. La lumière diffusée par les nuages se convertit en un immense soft-boxe. Plus le sujet est formé d’éléments divers, plus ce type de lumière est approprié.

Article relié ⇒ Des idées créatives pour égayer une  » journée grise  » !

Choisir le bon sujet pour le bon éclairage

La photographie de cascade ou de chute nécessite un éclairage diffus. Étant donné le manque de lumière, vous obtiendrez une vitesse plus lente ce qui favorisera de beaux et soyeux filés. Les hautes lumières créées par les filés seront plus moins prononcées et faciliterons le post traitement. N’oubliez pas d’apporter votre trépied. 😉

Saisir la complexité d’une forêt, ou les troncs d’arbre coiffés de mousses luxuriantes seront avantagés par une lumière diffuse. L’écart entre les hautes lumières et les ombres sera atténué, vous obtiendrez ainsi des clichés où l’impact visuel sera agréable pour l’œil.

Photo de paysage : 5 Erreurs communes et comment les éviter_VERT

Voilà ! J’espère que ces conseils vous aiderons à peaufiner votre style et à créer des images à la hauteur de vos attentes. Bon week-end ! 

 

 

9 Façons de Rendre vos Photos Uniques

9 Façons de Rendre vos Photos Uniques

Comment créer des photos uniques et se démarquer ? La quête de la photo parfaite peut se transformer en une looongue recherche fastidieuse. Surtout si vous n’avez pas de repères. Dans cet article, je vous donne des pistes pour peaufiner votre style et créer des images uniques.

N’hésitez pas à expérimenter, ceci vous permettra de voir ce qui vous plaît et accroîtra vos connaissances.

Trouver votre zone de génie en photographie, c’est d’être aligné avec ce qui vous touche. Vous inspire. C’est aligner le cœur avec votre vision.

1- Faire confiance à votre regard

Quand on commence en photographie, l’une des grandes difficultés est de savoir : « quoi photographier ? ». Il y a tant de choses à immortaliser que l’on peut facilement s’y perdre. On peut se sentir bloquer ou, au contraire, tout y passe. Vous vous reconnaissez ?

Ma suggestion :

Avant de prendre une photo, ralentissez, prenez le temps de re-gar-der. Qu’est-ce que vous aimez ici ? La lumière, la texture, ou l’agencement entre les éléments ? Soyez à l’écoute de l’étincelle de joie (ou d’inspiration) qui s’allume en vous. Et restez connecté à cette sensation pour créer vos images. L’intuition vous guidera.

Faites-vous confiance, faites le tour du sujet, explorez-le sous toutes les coutures. Bref, soyez créatif.

2- Préciser votre niche pour créer des photos uniques

La photo de paysage vous plaît ? Tentez de préciser davantage cette niche. Explorez le style rustique (charmant et champêtre), grandiose (on voit loin, loin, loin), moderne (pourquoi pas). Ou carrément intimiste, vous rapprochant davantage du décor pour saisir les beautés invisibles… de loin.

La macrophotographie vous emballe ? Essayez de personnaliser vos clichés. Photographiez  les fleurs, mais sous un angle inusité, par en dessous par exemple. Croquez les insectes dans leur milieu naturel (pas entre deux tranches de pain, un peu de retenue), mais sous une lumière en contre-jour.

L’autoportrait vous attire ? Exprimez vos paysages intérieurs via le selfie. Un créneau qui demande de l’audace, je l’avoue, mais avec un brin d’ingéniosité, vous pouvez être unique. Faites une série de photos sans être présent dans la scène. Vous avez bien lu !

Offrez-nous des points de vue de votre café favori, vos lectures préférées, ou ce sentier où vous adorez marcher. Ces endroits refléteront une partie de votre personnalité. Ou encore, montrez-nous des petits bouts de votre corps (pieds, mains, cheveux, juste assez pour donner une présence).

9 Façons de Rendre vos Photos Uniques par Anne Jutras, artiste photographe

3- Établir un répertoire de lieux

On a beau avoir toutes les bonnes intentions du monde, si vous ignorez où aller, la collecte d’images (qu’elle soit unique ou pas) se fera languir.

Établissez une liste de lieux à visiter sur une base régulière. Donnez-vous un périmètre de quelques kilomètres, ou 30 minutes de distance en voiture. En région éloignée, prévoyez dormir à proximité, dans un Airbnb par exemple. Ceci vous évite de vous lever à des heures impossibles pour capter le lever de soleil.

Vous avez fait le tour du jardin ? Ça devient redondant ? Répertoriez trois nouveaux lieux à explorer. Parcs nationaux, propriété privée (avec autorisation), amis à visiter, etc.

Article relié  L’importance d’un bon repérage

4- Choisir votre focale

L’objectif utilisé aura une incidence sur le rendu de votre image. Un grand-angle donnera une vue d’ensemble grandiose, alors qu’un téléobjectif isolera un élément du même décor de façon unique, exploitant un point de vue différent.

Les objectifs macros plongent au cœur même des sujets photographiés. Mais à défaut de cet équipement, servez-vous d’une autre focale (celle dont vous disposez), et explorez la photo proxy (photo de très près).

Ma suggestion : n’investissez pas une somme d’argent astronomique pour regarnir votre sac photo. Favorisez de ce que vous avez à votre disposition. On a souvent un 50 mm dont ignore le potentiel… 😉

9 Façons de Rendre vos Photos Uniques par Anne Jutras, artiste photographe

5- Flou ou net ?

Le choix de l’ouverture aura un effet majeur sur la  profondeur de champ. Une grande ouverture (f/petit chiffre) créera un flouté d’arrière-plan exquis. À l’opposé, une petite ouverture (f/grand chiffre) produira une scène où les détails de tous les éléments seront nets. À vous de voir ce qui vous plaît le plus.

Lors de la prise de photo, faites des essais  en variant vos ouvertures (f/5.6-8-11) et une fois de retour à la maison, décidez ce qui convient le mieux.

6- Jouer avec la vitesse

Une façon originale de transformer vos photos est de jouer avec la vitesse d’obturation. Ce paramètre ajoutera du mouvement ou créera une ambiance feutrée, selon la scène photographiée. Appliquée sur une cascade, la longue exposition donnera un effet d’eau soyeuse. Alors que sur la mer, l’eau deviendra une masse vaporeuse.

9 Façons de Rendre vos Photos Uniques par Anne Jutras, artiste photographe

7- Utiliser des filtres

Pour compléter le point no 6, les filtres seront nécessaires. Ils pourront vous permettre d’amener votre photographie à un niveau supérieur. Le filtre polarisant détient plusieurs avantages. Il fera, entre autres, ressortir la richesse des couleurs et vous aidera à réduire la vitesse pour des effets plus créatifs.

Le filtre neutre dégradé, quant à lui, sera d’une grande utilité en photo paysage. Il protège les hautes lumières, produisant ainsi des ciels aux détails intéressants. Oh yes!

Le filtre à densité neutre (3 à 10 crans),  réduit la lumière de façon drastique, mais les effets obtenus sont époustouflants. Coool!

Article relié ⇒ Filtres Photo : À quoi servent-ils ? 

8- Danser avec la lumière

La lumière est sans contredis un facteur déterminant. Savoir l’analyser, l’observer, pour conserver toute sa splendeur demande de la pratique. Il faut regarder comme un appareil photo, car sa plage dynamique est beaucoup moins large que votre œil.

Une astuce simple est de consulter votre histogramme avant de passer à la photo suivante. L’avez-vous activé ? Les hautes lumières sont-elles brûlées? Si oui, faites un ajustement d’exposition et reprenez votre photo.

9 Façons de rendre vos Photos Uniques par Anne Jutras, artiste photographe | Conseils photo | Astuces photo | Photographie | Créativité

9- Oser le post-traitement

Dernier point, mais non le moindre. Une photo JPEG a bien des avantages, mais quand vient le temps de passer à un niveau supérieur, le ficher RAW est sans pareil. Votre image aura beaucoup plus de détails dans les ombres et la récupération d’informations dans les hautes lumières est souvent étonnante. Par ailleurs, si vous désirez donner une touche particulière à vos images, vous aurez tout le contrôle souhaité. 

9 Façons de rendre vos Photos Uniques par Anne Jutras, artiste photographe | Conseils photo | Astuces photo | Photographie | Créativité

Conclusion

Osez expérimenter et explorer de nouveaux genres. Un choix aussi subtil qu’une petite ouverture ou une vitesse lente fera une grande différence au final. Plusieurs possibilités s’offrent à vous, amusez-vous sans retenu.

Bonne photo ! N’hésitez pas à partager avec vos ami(e)s.

 

Photo d’hiver : comment se tenir au chaud ?

Photo d’hiver : comment se tenir au chaud ?

Photo d’hiver comment se tenir au chaud, par Anne Jutras

 

Mon pays n’est pas un pays c’est l’hiver ! – Gilles Vigneault 

L’hiver, cette année, nous a pris par surprise. Il nous a recouverts de son manteau blanc et soufflé sa brise polaire. Pour les photographes (frileux, et moins frileux), ce sont des conditions plus ou moins inspirantes.

Si le mercure affiche -17C, allez-vous troquer votre sortie photo pour du Netflix? Installé confortablement dans votre salon, savourant un chocolat chaud emmitouflé sous un plaid?

Si la réponse est oui, c’est bien dommage, car l’hiver nous réserve des paysages féériques, difficilement réalisables en plein été, à moins d’aller en Islande. Héhé!

Qu’à cela ne tienne, j’ai des solutions à vous proposer pour vous inciter à braver le froid et à réaliser de belles photos d’hiver.

Article relié : Comment réussir vos photos d’hiver ? 

Photo d’hiver : comment se tenir au chaud ? par Anne Jutras

Habillement

Bottes 

Difficile de sortir sans bottes par un temps hivernal. Mais si vous n’avez pas de bottes suffisamment chaudes, vous gèlerez des pieds et vous aurez du mal à rester longtemps dehors, surtout si vous êtes stationnaire. On attend (patiemment) que le soleil se lève ou se couche, et durant ce temps nos petits orteils se crispent sous l’effet du froid. D’où l’importance d’avoir des bottes chaudes! Un bon conseil, n’achetez pas des bottes trop serrées afin de pouvoir ajouter de bonnes chaussettes.

Astuce : glissez des chauffe-pieds chimiques, une chaleur bienfaisante est activée pendant plusieurs heures.

Manteau + pantalon isolé (jambière) 

Une combinaison gagnante, même quand le mercure est près de zéro, j’enfile mes jambières. Favorisez le manteau long avec capuchon, les journées de grand froid (accompagné de vent) vous aurez une protection supplémentaire. Le pantalon isolé, quant à lui, me permet de m’agenouiller au besoin, de tolérer le froid au sol et de revenir sans avoir les genoux tout trempés.

Astuce : utilisez un tapis de sol (genre yoga) coupé en deux, idéal si vous passez de longs moments assis dans la neige.

Tuque & foulard (ou cache-cou) 

La tuque gardera vos oreilles au chaud alors que le foulard protégera votre coup et votre nez. Un must! Récemment, j’ai adopté le cache-cou, il est moins volumineux et tout aussi efficace.

Mitaines + gants

Lors de basse température, je combine gants et mitaines avec l’ajout de chauffes-mains, si nécessaire. Pour les mitaines, je me suis procuré la marque Swany dans une boutique de sport. Conçues pour les skieurs, elles ont une ouverture sur le côté qui permet de glisser mes doigts à l’extérieur et garde le reste de ma main au chaud. Très pratique !

Astuce : par temps froid (-10 C), ajoutez des chauffes-mains, vous aurez ainsi une chaleur distribuée pendant de longues heures.

Chauffe mains et pieds

J’ai toujours à la portée de la main (sans faire de jeux de mots) des chauffes-mains. Je les achète en paquet de dix. Mais depuis que je passe une partie de l’hiver en Floride, je les utilise moins. N’empêche, quand une vague polaire balaie la région, je suis équipée! Héhé!

Note : avant de partir, vérifiez l’efficacité de vos chauffes-mains. Il m’est arrivé d’en avoir des défectueux. 🙁

  Photo d’hiver : comment se tenir au chaud ? par Anne Jutras

Équipement

Batterie bien chargée 

Par temps froid, les batteries se déchargent plus rapidement. Songez à en avoir une supplémentaire que vous garderez près de la chaleur de votre corps. Même chose pour le téléphone mobile, le froid est sans merci pour les batteries.

Astuce : par temps sibérien (-25C), vous pourriez coller un chauffe-main sur le compartiment à batterie. 😉

Ajustez vos paramètres à l’avance 

Avant de partir, vérifiez que tout est ajusté sur votre boitier; ISO, balance des blancs, choix d’ouverture, bracketing, ça vous évitera de faire cette préparation au grand froid.

Câble de déclenchement installé 

Cet accessoire évite de faire bouger l’appareil lors de la prise de vue. Son installation demande une certaine dextérité, l’été pas de problème. Mais l’hiver c’est une autre histoire, vos doigts ne sont plus aussi « habiles ». Pour éviter de me geler les doigts, je l’installe à la maison.

Back focus (MAP arrière)

J’ai récemment adopté cette technique pour une meilleure efficacité de la mise au point. Auparavant, j’effectuais la MAP avec le bouton du déclencheur. Une fois effectuée, je désactivais le mode automatique à l’aide d’un petit bouton sur le boitier, pour éviter que l’appareil refasse la mise au point. Le hic, c’est qu’avec mes mitaines, je galérais pour trouver le fichu bouton. Et la plupart du temps, je me retrouvais avec les doigts au grand froid. Plus maintenant!

⇒ Article à lire sur la mise au point arrière, chez PhotoTrend 

Photo d’hiver : comment se tenir au chaud ? par Anne Jutras

Accessoires

Tapis de sol (genre yoga)

Accessoire vraiment utile pour protéger vos genoux ou vos coudes. L’hiver, son matériel fera office d’isolant et coupera ainsi la sensation du froid.

Lingettes

Indispensable lors de session près des cascades, ou s’il neige à plein ciel. Les gouttelettes d’eau ou les flocons de neige se déposeront sur le devant de votre objectif et nuiront à la qualité de vos images. Rien de pire que de revenir avec des taches indésirables choisissez-les de différentes dimensions : petite et grande. La petite lingette servira à nettoyer votre objectif, et la grande à recouvrir votre boitier pendant que vous préparez à prendre vos photos.

↑ Vidéo – technique photo d’hiver par Dave Morrow ↑

Boisson chaude

Apportez un thé chaud dans un thermos. Quoi de plus agréable que de savourer un thé fumant pour se réchauffer entre deux prises de vue?

Photo d’hiver : comment se tenir au chaud ? par Anne Jutras

Moment de la journée 

Évidemment, le moment de la journée aura une incidence sur la température extérieure. Entre le matin et la fin du jour, un écart considérable se fera sentir. Si vous n’êtes pas assez brave (ou fou) pour affronter le froid sibérien du matin, optez pour une plage horaire plus adéquate, comme en fin de journée.

Photo d’hiver : comment se tenir au chaud ? par Anne Jutras

Conclusion

Ne vous privez pas de faire de la photo durant la saison hivernale. Procurez-vous de bons vêtements chauds, faites les préparatifs nécessaires et osez sortir de votre tanière! 😛

Si vous avez des astuces à partager, n’hésitez pas à les ajouter dans les commentaires. Tout le monde pourra en bénéficier. Bon shooting!

 

Comment réaliser un portrait d’oiseau… de trèèèès près!

Comment réaliser un portrait d’oiseau… de trèèèès près!

Avez-vous déjà photographié un oiseau en train de manger dans votre main ? La sensation est extraordinaire! En fait, il s’agit de réaliser un portrait d’oiseau de trèèèès près, presque nez à nez. Hihi ! Le feeling ressenti lors de ce contact est incomparable. Sentir de petites pattes s’agripper à vos doigts et chatouiller votre peau, et le regard de curiosité qui s’établit entre vous et l’animal est tout à fait grisant. Un échange réalisé dans le plus grand respect, bien entendu.

À essayer, même si ce genre de photo vous semble à mille lieues de votre style habituel.

Cet automne, lors de mes sorties de la randonnée photo, les participants ont eu la chance de vivre cette expérience. Plusieurs d’entre eux n’avaient jamais tenté le portrait d’oiseau auparavant. Le verdict ? Ils ont adoré ! L’essayer, c’est l’adopter !

Sans plus tarder, je vous partage mes astuces pour réussir vos portraits d’oiseaux.

Comment réaliser un portrait d’oiseau… de trèèèès près ! par Anne Jutras

Paramètres

  • Objectifs : grand-angle (entre18mm et 24mm) et zoom moyen (70-200mm).
  • Mode semi-auto : (A-Av ou S-Tv) permet d’être plus rapide.
  • ISO : élevé pour obtenir une bonne vitesse, ISO 800 et + selon la lumière ambiante.
  • Ouverture : (le plus grand possible) entre f/2.8 et f/4
  • Mode silencieux : ça effraie moins les animaux.

Mode rafale : permet de saisir « LA » bonne photo parmi toutes les approches possibles des animaux, mais attention à ne pas remplir votre carte mémoire trop rapidement.

Désactivez le mode « Réduction du bruit » : si vous êtes en mode rafale, après un certain nombre de poses votre boitier ralentira, car il activera la réduction du bruit pour la série d’images effectuées. Il est donc astucieux de le désactiver pour cette activité, votre vitesse de prise de vue en sera bonifiée.

Batterie : n’oubliez pas de bien charger votre batterie, c’est très important. Utiliser le mode rafale et la visée à l’écran (Live View) draine les batteries.

Comment réaliser un portrait d’oiseau… de trèèèès près ! par Anne Jutras

Approche

Choisir le lieu : dans votre jardin ou dans un parc public. Nous sommes allés au CINLB à Granby.

Son avec la bouche : improvisez un son avec un léger claquement de langue, si vous retournez régulièrement au même endroit, les animaux deviendront familiers avec le son et vous reconnaitront.

Patience et silence : ne vous attentez pas à réussir du premier coup, vous devrez réaliser plusieurs clichés avant d’en réussir un, donc la patience est de mise. Aussi, restez calme et silencieux, surtout si vous êtes avec des copains photographes. Le babillage, les rires sonores feront fuir les animaux.

Mise au point : déposez des graines au creux de votre main et faites la MOP sur le bout des doigts. C’est l’endroit précis où, habituellement, les oiseaux se déposent.

Comment réaliser un portrait d’oiseau… de trèèèès près ! par Anne Jutras

Prise de vue

Sur la main : déposez des graines au creux de votre main et restez immobile. Faites la MOP sur le bout de votre doigt, c’est habituellement à cet endroit que les oiseaux viennent se déposer. Servez-vous d’un objectif grand-angle pour obtenir une bonne profondeur de champ.

Sur un objet : déposez quelques graines et attendez le moment décisif pour prendre la photo.

De loin : on peut réaliser de bonne photo avec un zoom moyen (70-200mm), les animaux restent craintifs et gardent une certaine distance. Où ils attendent leur tour dans les arbres environnants.

En duo : si vous êtes deux, vous pouvez vous entraider : l’un présente les graines et l’autre fait les photos; vice versa.

Arrière-plan : choisissez l’arrière-plan pour qu’il ne soit pas trop surchargé ou trop en contrejour.

Photo nette ou floue : pour obtenir des photos hyper nettes vous devez sélectionner une vitesse rapide (1/1000 sec.). Cela dit, une image avec des ailes floues créera un effet artistique des plus jolis !

Voilà ! J’espère que ces conseils vous aiderons à tenter l’expérience. 🙂

error: Ce contenu est protégé.