Comment photographier l’amitié ?

Comment photographier l’amitié ?

« Les bons amis t’aident à retrouver des choses importantes lorsque tu les as perdues, ton sourire, ton espoir et ton courage. » ~ Doe Zantamata

La semaine dernière je vous donnais des conseils pour photographier le bonheur. Cette semaine, je récidive avec le thème de l’amitié. Les occasions seront nombreuses durant la période des fêtes pour voir et revoir nos proches. Profitez de ces moments de retrouvailles pour croquer vos jolis minois et votre joie. 😉

En toute amitié

Comment photographier l’amitié ? par Anne Jutras | conseils photo | astuces | photographie

L’amitié est une valeur précieuse. Que serait la vie sans amis? Un endroit bien monotone. À mes yeux, l’amitié est comme un jardin, il faut l’entretenir si on veut le voir s’épanouir.

Un ami est là pour nous tenir la main lors d’une épreuve, porter une oreille attentive sur nos confidences, échanger des fous rires ou tout simplement pour nous tenir compagnie. Un ami n’essaie pas de nous changer (Dieu merci), il nous accepte tels que nous sommes, avec nos qualités ET nos défauts.

Dans la vie mouvementée de tous les jours, pleine à craquer de choses à faire, il reste parfois peu de place pour la camaraderie. La famille, le boulot, les obligations passent avant tout. Vous vous promettez de vous voir « un jour ». Et ce jour ne vient jamais.

Je compatis, je suis dans le même bateau. Il faut remédier à cette situation, et intervenir aujourd’hui même.

Qu’en dites-vous?

Donner signe de vie

Il existe maintes façons de rester en contact; Skype, Facebook, un texto, un courriel, mais rien ne remplacera la rencontre en chair et en os.

Croyez-moi, je sais d’expérience, que la meilleure tactique pour voir une amie est de fixer un rendez-vous sur son calendrier, avec une alarme. Sans quoi, avec les fêtes qui approchent à pas de géant, il y a de fortes chances que je passe à côté. Et ce serait bien dommage.

Avez-vous un ami (ou une cousine) avec qui vous aimeriez partager un moment précieux?

Donnez-lui un coup de fil dès aujourd’hui et invitez-le à prendre un café (ou un thé, ou une tisane, ou un chocolat chaud (miam!)). Apportez votre appareil photo et immortalisez votre rencontre.

Faites en sorte que décembre soit un mois mémorable… en photos!

Voici quelques idées pour photographier votre rencontre : 

Côté technique

Assurez-vous d’avoir suffisamment de lumière, haussez les ISO au besoin. Installez-vous près d’une fenêtre afin d’obtenir la meilleure lumière possible. Pour les téléphones intelligents, maintenez le doigt plus de 2 secondes sur l’écran, et déplacez le curseur vers le haut jusqu’à la scène soit bien éclairée.

1-Photographier le décor

Comment photographier l’amitié ? par Anne Jutras | conseils photo | astuces | photographie

Certains lieux publics ont un décor à faire rêver et peuvent devenir, à eux seuls, de belles occasions photographiques.

  • Un mur de briques aux tons chauds, un assortiment de bibelots éclectiques, une collection de miroirs irrésistibles, ou ces meubles antiques qui font chanter votre cœur.
  • Si vous êtes mal à l’aise à prendre les photos, demandez la permission, une fois l’autorisation obtenue, vous vous sentirez plus confortable.

Ces photos servent à raconter une histoire, représentant le début d’un moment unique. Trop souvent, on néglige de photographier les lieux visités, sous prétexte que nous n’avons pas le temps, ou qu’ils manquent d’intérêt.

2-Saisir les détails

Comment photographier l’amitié ? par Anne Jutras | conseils photo | astuces | photographie

Si vous partagez un repas (qu’il soit frugal ou copieux) pourquoi ne pas le photographier? Oui, oui! Oh, pour certains, c’est du déjà vu (à la tonne sur Instagram), mais voilà une excellente façon de peaufiner votre regard.

  • Changez votre perception, au lieu de regarder un banal assortiment d’assiettes, voyez une délicieuse juxtaposition de courbes et de textures.
  • Variez votre prise de vue en vous plaçant au-dessus de la table, montez sur une chaise s’il le faut. Un angle en plongée donne une perspective vraiment intéressante, les éléments se présenteront sous forme de ronds et de lignes.
  • Rapprochez-vous et faites de gros plans.

Vous ne regarderez plus votre futur repas de la même manière! 😉

3-Isoler une partie du sujet

Comment photographier l’amitié ? par Anne Jutras | conseils photo | astuces | photographie

Vous pouvez décider d’inclure votre ami au complet, ou bien de mettre l’emphase sur une partie de son corps, comme ses mains tenant une tasse de café fumant.

Astuce : installez-vous près d’une fenêtre pour avoir la  meilleure lumière possible.

  • Isoler un fragment du sujet, sans le montrer au complet, voire couper la tête (je vous donne la permission) permet de créer des images plus graphiques.
  • Ici, on brise les règles.

4-S’inclure dans le décor

Comment photographier l’amitié ? par Anne Jutras | conseils photo | astuces | photographie

En tant que photographes, nous avons (trop) tendance à ne pas nous inclure dans la cadre. Levez la main, ceux qui ont pris les photos du dernier party de Noël, sans avoir une sacrée photo de vous? (Main levée!)

  • Tournez la caméra vers vous et votre ami, et faites un autoportrait en duo.
  • Le retardateur sera pratique, il vous empêchera de vous contorsionner et d’avoir l’air pincé.
  • Riez aux éclats, exagérément (ça vous détendra), vous serez étonnés des résultats.
  • Prenez plusieurs photos, pour vous réchauffer, la dernière sera sans doute la plus réussie.

5-Faire des grimaces

Comment photographier l’amitié ? par Anne Jutras | conseils photo | astuces | photographie

Une fois la pose classique réalisée, lâchez votre fou et exécutez une série d’images en improvisant des grimaces. Fou rire garanti! Les photos ratées seront sans doute les meilleures.

Voili, voilà!

J’en profite pour souhaite un très beau temps des fêtes en compagnie de vos proches.

On se revoit l’année prochaine.

❤ Anne

Comment Photographier le Bonheur ? Découvrez 5 Pistes à Explorer

Comment Photographier le Bonheur ? Découvrez 5 Pistes à Explorer

« Être heureux ne signifie pas que tout est parfait. Cela signifie que vous avez décidé de regarder au-delà des imperfections » ~ Aristote

Comment représenter le bonheur, la joie en photographie ? Tous ces petits plaisirs que l’on ressent à l’approche des fêtes ? Difficile de cerner une émotion en photo. Un visage radieux, des enfants rieurs traduiront cette étincelle de joie, c’est évident. Toutefois, un visage souriant n’est pas le seul sujet susceptible de véhiculer ce message. Un endroit agréable, qui nous remémore de bons souvenirs, fera aussi office d’étincelle de joie.

Comment photographier le bonheur ? Découvrez 5 Pistes à explorer

Parce que le bonheur commence par nous. Car on ne voit pas les choses telles qu’elles sont, mais telles que nous sommes.

Notez que le bonheur n’est pas un état de bien-être vécu uniquement durant la période des fêtes. Il est présent, en tout temps, il suffit de le cultiver à petites doses, avec des gestes posés chaque jour.

Par ailleurs, ce geste n’est pas obligé d’être hyper complexe. Si prendre l’avion en direction de Paris – pour aller déguster un café sur une terrasse – vous rend heureux, tant mieux (avouez que ça serait chouette ?).

Mais passer du temps en famille peut être la chose qui vous rend le plus heureux. Tout simplement.

Ce que je veux vous dire, et je ne vous apprends rien, c’est que le bonheur est à la fois simple et désarmant. Qui ne s’est pas délecté d’un rayon de soleil inondant le plancher de la cuisine alors que vous sirotiez votre premier café du matin ? Idem pour moi !

Le bonheur, c’est de voir dans la simplicité des choses le merveilleux.

« J’aimerais que nous puissions garder l’esprit des fêtes à l’intérieur d’un pot afin de pouvoir l’ouvrir et en profiter un peu chaque mois. » – Harlan Miller

Comment saisir le bonheur en photographie?

Aujourd’hui, je vous propose quelques pistes pour capter le bonheur sur votre carte mémoire. Ce n’est pas une recette magique, tout dépendra de votre regard et de votre perception. Mais sachez que si l’image vous fait plaisir, vous aurez déjà un bon bout de chemin de parcouru.

1- Photographier l’expression des gens

Comment photographier le bonheur ? Découvrez 5 Pistes à explorer

Facile, je sais. Aussi bien commencer par ce qui saute aux yeux, non ? 😉 Des visages rieurs transmettent, sans équivoque, une étincelle de joie.

  • Vous avez de la difficulté à trouver des sujets qui se prêtent au jeu ? Déléguez quelqu’un, incognito, pour les chatouiller, éclats de rire prometteurs ! Ou invitez-les à faire une bataille d’oreiller ou à sauter sur le lit (ne leur dites pas que c’est mon idée).
  • Allez au parc avec vos petits enfants et faites des folies avec eux, vous aurez des sourires fendus jusqu’aux oreilles.
  • Si vous décorez le sapin de Noël, ayez à la portée de la main votre appareil et croquez sur le vif leurs expressions de joie.

Note : si vous photographiez des enfants, ou des animaux, songez à vous mettre à leur hauteur, vous donnerez ainsi l’impression d’être plongé dans leur univers.

2- Vos objets favoris

Comment photographier le bonheur ? Découvrez 5 Pistes à explorer

Les objets peuvent évoquer de doux souvenirs, que ce soit un panier de coquillages ou un signet peint à la main rapporté d’un voyage.

  • Avez-vous une collection d’objets chouchous ? Faites un arrangement près d’une fenêtre et réalisez une séance photo. Assurez-vous de ne pas surcharger votre composition, et misez sur la simplicité.
  • Vous avez un faible pour les décorations de Noël ? Faites un petit arrangement festif autour de votre espace de travail et le prenez-le en photo.
  • Ajoutez une personne à votre mise en scène pour insuffler une touche de vie.

3- Les lieux

Comment photographier le bonheur ? Découvrez 5 Pistes à explorer

Si vous voyagez, plusieurs pays ont sans doute conquis votre cœur. Mais qu’en est-il de votre voisinage ?

  • Nous y sommes tellement habitués que nous oublions qu’il regorge de lieux intéressants : la bibliothèque, la boutique du coin, la boulangerie, la ruelle, la terrasse de votre resto préféré, le dépanneur, le parc.
  • Quel endroit fait vibrer votre cœur ?
  • Allez faire une promenade, prenez le temps d’observer, et photographiez ces lieux qui vous charment.
  • N’ayez pas peur de photographier les choses qui, au premier coup d’œil, vous semblent ordinaires. Apprenez à voir au-delà des apparences. La jolie pancarte de votre boutique préférée peut devenir un excellent sujet.
  • Peut-être est-ce votre salon, avec cette nouvelle déco dont vous être fier. Montrez-nous, on veut voir !

4- Les gestes

Comment photographier le bonheur ? Découvrez 5 Pistes à explorer

Les gestes font parties intégrantes de notre vie. Par moment, ils deviennent notre routine, la préparation du café matinal, promener son chien, se servir une pointe de tarte gourmande, choisir le papier d’emballage, la disposition des boules de Noël dans l’arbre.

De petits gestes pourtant riches en émotion.

  • D’autres fois, ils sont plus significatifs et nous sommes plus enclins à sortir notre appareil photo, la joute de hockey de votre neveu, le mariage de votre fille ou le repas familial lors du réveillon de Noël.
  • Vous aimez la cuisine ? Préparez-nous de délicieux biscuits au pain d’épices et croquez-les (en photo, hein) avec une jolie déco de Noël.
  • La décoration est votre dada. Prenez une photo pendant que vous installez vos ornements de Noël. Les gens adorent les « behind the scene » !
  • Quoi qu’il en soit, portez attention à ces petits riens qui enjolivent votre vie et n’hésitez pas à les prendre en photo.

5- La lumière

Comment photographier le bonheur ? Découvrez 5 pistes à explorer

Avec toutes ces maisons et ces rues illuminées pour la période des fêtes, ce sera le sujet par excellence ! Mais il n’y a pas  que les sapins de Noël qui nous éblouissent.

Un coucher de soleil ou la lumière tamisée du matin nous plait également. Une photo inondée d’une douce lumière nous apaise, on s’y sent attiré, irrésistiblement. Voici quelques trucs pour vous aider à bien la photographier.

  • Pour les maisons illuminées: attendez l’heure bleue, aussitôt que le soleil est couché vous avez à peu près 30 minutes. Vous obtiendrez ainsi des photos avec un ciel d’un bleu magnétique. Idéalement, installez-vous sur un trépied pour garantir votre stabilité. La vitesse requise pour ces conditions de lumière sera plus longue que la normale. Fermez votre ouverture à f/11-16 pour créer des effets étoilés. Faites plusieurs essais à diverses expositions.
  • Les détails : n’oubliez pas de rentrer à l’intérieur et de photographier les décorations de Noël. Faites des gros plans. Ouvrez le plus possible f/2-4 (ou choisissez le mode macro) afin de sublimer l’arrière-plan et le rendre flou.
  • Bokeh: le bokeh est produit par un arrière-plan très doux, presque diffus avec, à l’occasion, des rondelles de lumières provoquées par la luminosité de l’environnement. Il s’agit de prendre les photos avec la plus grande ouverture (f/petit chiffre) de votre objectif, rapprochez-vous de votre sujet et placez en arrière-plan des zones de lumière.
  • Truc amusant: vous pouvez, si vous le désirez, faire une mise au point hors foyer, c’est-à-dire, rendre l’image floue volontairement afin de photographier le sapin de noël tout en bokeh.

Comment photographier le bonheur ? Découvrez 5 pistes à explorer

Voilà, j’espère que ces idées vous inciteront à sortir votre appareil et à croquer allègrement le bonheur qui se répand autour de vous.

❤ Anne

 

Développer sa Vision Artistique

Développer sa Vision Artistique

 « Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange. »  ~  Bill Brandt

Cet article est un extrait du ebook, À deux pas de chez soi. Vous y trouverez des pistes fortes intéressantes pour vous aider à mieux voir et à prévisualiser les images à créer.

Retrouver son regard d’enfant

Avez-vous déjà remarqué comment un enfant s’émerveille devant un objet anodin ? Un banal élastique devient un monde insoupçonné d’exploration et de joie. Son regard s’illumine, ses éclats de rire nous font sourire et notre cœur s’attendrit devant tant de spontanéité. Vous rappelez-vous ces instants fugaces de votre enfance ? Ces moments où votre univers était promesse de découverte, de plaisir et de magie ?

Bien sûr, en grandissant nous perdons cette fibre sensible. Le voile de notre imaginaire se lève et notre jugement change totalement. Nous devenons un adulte et nous nous intégrons à la société. Nous apprenons à nommer les choses, à normaliser, à performer, à catégoriser et à appréhender notre environnement d’un point de vue beaucoup plus logique. Notre perception se transforme pour s’adapter au monde « adulte » et, du coup, la magie s’évapore.

Or, si vous lisez cet article, c’est que vous souhaitez retrouver cette connexion, cette magie naturelle (et puissante) pour développer votre vision artistique.


Développer sa Vision Artistique, par Anne Jutras


Approche ludique

Mon approche créative est ludique et favorise, par la même occasion, l’introspection. À vrai dire, nous plongeons à l’intérieur de soi pour mieux exprimer notre vision artistique.

Oubliez la technique pour un court instant et faites confiances à votre talent créateur. Tout est en vous ! Avec des pistes simples, vous apprendrez à ralentir, à observer sans juger, à peaufiner votre regard et, comble du bonheur, à développer votre vision artistique !

Que vous soyez photographe ou pas, vous en retirerez des bienfaits inestimables.

Maitriser son appareil photo et connaitre les différents paramètres est important. Car plus vous serez à l’aise avec votre équipement, plus serez en mesure de réaliser des images avec habilité. Sans réfléchir et avec une intuition créatrice. Par conséquent, explorer les divers éléments d’expression visuel (les lignes, les formes, les perspectives, etc.), contribuera à peaufiner votre vision artistique.  

Développer sa Vision Artistique, par Anne Jutras

Les obstacles à voir

Pour reproduire de belles images, il faut savoir regarder au-delà de ce que nous avons appris à « voir ». Nous évoluons dans un milieu où tout est catalogué et identifié; une rue nous apparait comme une rue et lorsque vous regardez un arbre, vous vous attendez à voir… un arbre.

Et si, pour un instant, je vous disais que pour voir comme un photographe vous deviez laisser tomber les notions de perceptions acquises jusqu’à maintenant, seriez-vous dérouté ?

Oubliez les étiquettes et commencez à percevoir votre monde comme si c’était la toute première fois.

Développer sa Vision Artistique

Cet arbre, au loin, que représente-t-il à vos yeux ?

Au lieu de le considérer sous sa forme réelle, essayez de le distinguer sous une forme abstraite, un jeu intéressant de lignes, de courbes et de contraste.

Développer sa Vision Artistique

Ce chat éveille-t-il en vous un vif souvenir d’enfance ?

Quelle émotivité génère-t-il ?

Prenez le temps de regarder et d’observer ce qui se passe en vous. Voir la scène au-delà de sa plus simple expression est l’une des clés pour insuffler une émotion à une image.

Tout est une question de perception. Et de votre ressentie à cet instant présent.

Toutefois, en se connectant avec nos émotions d’autres barrières nuiront à notre processus créatif. Vous ne pourrez pas vous concentrer correctement si, par exemple, vous êtes inquiet sur quelque chose, ou si vous avez peur de faire rire de vous parce que vous êtes à quatre pattes en train de photographier ce chat sous la table. Cette barrière mentale brouille notre concentration et nous éloigne de notre sujet. 

Développer sa Vision Artistique, par Anne Jutras

Comment garder le « focus » ?

Observez les athlètes, ils détiennent une grande capacité de concentration et leur centre d’intérêt est totalement concentré sur le résultat à atteindre.  N’ayez crainte, vous n’avez pas à devenir un athlète pour obtenir cet état d’esprit.

Par contre, plusieurs photographes entrent dans une « bulle de créativité » lorsqu’ils sont en symbiose avec leur sujet. Ainsi, accorder toute votre attention sur le sujet à photographier est nécessaire pour réaliser de bonnes photos.

Mais comment atteindre cet état ?

Premièrement, laissez les soucis derrière vous et tournez votre attention vers l’extérieur. J’ai vu des gens avoir de la difficulté à se concentrer parce qu’il se sentait observer.

En plein centre-ville, l’exercice est plus ardu, je l’avoue. Mais sachez que si nous n’arrivez pas à éloigner votre attention de votre personne, à vous couper de ce que les autres pensent de vous, vous n’êtes pas complètement ouvert à votre sujet. Vous serez aveugle aux possibilités artistiques, et votre vision vous échappera.

À l’instar des athlètes, les photographes peuvent améliorer leur concentration et développer leur vision. Comment ? Avec de la pratique et de la discipline, cette dernière vous aidera à maintenir une constance.

Pratiquez c’est bien, mais l’exécuter sur une base régulière, c’est mieux.

Par exemple, si vous faites de la photo une fois par mois, vous serez moins habile à maitriser votre art, que si vous vous y adonnez trois fois par semaine. Donc, cultivez votre regard, à intervalles constants, et les détails se révèleront à vous.

Développer sa Vision Artistique, par Anne Jutras

Vous pouvez commencer dès maintenant

Samantha Chrysanthou, photographe professionnelle, propose l’exercice suivant :

Prenez dix minutes et levez les yeux de l’écran. Orientez votre regard vers les objets décorant la pièce. Amusez-vous à observer leur forme, mémorisez leur emplacement, appréciez leur couleur.

Associez-les avec des mots qui vous viennent spontanément à l’esprit. Choisissez toutefois des termes descriptifs – rond, carré, exotique, douceur – et non catégoriques – vase, fenêtre, fougère, rideau.

Par exemple, si vous regardez un vase à fleurs, pensez en terme de couleur (bleu), et non en terme de sa fonction (un vase). Lorsque vous songez à « vase » vous l’associez automatiquement à sa propriété; un récipient destiné à contenir des fleurs. L’exploration du sujet est vite complétée.

À l’inverse, si vous optez pour un terme plus descriptif, comme rondeur,  ou une impression, comme douceur, votre intention photographique prendra une autre approche, et sera grandement influencée par ce concept.

Développer sa Vision Artistique, par Anne Jutras

Cerveau gauche, cerveau droit

Ce simple exercice vous oblige à travailler les deux côtés de votre cerveau, le droit et le gauche, en parallèle. L’hémisphère gauche étant plus cartésien (il aime analyser), décompose la perception d’un sujet point par point et en l’identifiant par son nom, une chaise, une maison, une pomme, etc. Alors que l’hémisphère droit est plus intuitif, il enregistre les données d’un sujet ou d’une scène dans son ensemble et par cette fibre artistique qui est en nous.

Ne vous en faites pas, les deux hémisphères du cerveau travaillent de concert pour nous donner toutes les informations dont nous avons besoin. Mais en prendre conscience nous aide à comprendre davantage comment le regard perçoit notre environnement.

Développer sa vision artistique, par Anne Jutras

 Pratiquez aussi souvent que possible

Je vous invite donc à pratiquer l’exercice de Samantha aussi souvent que possible. Vous abandonner à la contemplation raffinera votre œil photographique.

Vous pouvez effectuer ce petit jeu à tout moment de la journée, à votre pause, debout lorsque vous attendez à la banque, ou en file dans une épicerie. Ou encore, installez-vous dans un café sympa et observez les éléments qui vous entourent. Vous n’avez pas à avoir votre appareil photo avec vous, l’activité consiste à « voir » autrement. Donc, contentez-vous de regarder.

De regarder sans rien analyser.

Oubliez l’espace de quelques instants le nom des objets, leur fonction, leur propriété, et portez votre attention sur la danse élégante que façonnent les lignes, les courbes et les textures entre elles. Si vous observez une fenêtre par exemple, voyez-y une ouverture vers un autre monde. Notez les impressions, percevez-vous une aura de mystère, un vent de fraicheur, ou présentez-vous une menace sur le point de se manifester. Laissez les sensations venir à vous.

Ce jeu simple de la contemplation ouvrira les portes de l’imaginaire, et créera une nouvelle approche photographique.

Plus vous le pratiquerez, plus votre vision s’aiguisera.  

Paysage : S’évader à deux pas de chez soi…

Paysage : S’évader à deux pas de chez soi…

L’année tire à sa fin, déjà ! C’est le moment de faire un retour en arrière et visionner nos dernières photos. Histoire de voir où nous en sommes dans notre évolution photographique.

Pour ma part, en visionnant mes photos, je constate que les photos de paysages sont pratiquement absentes. Rien d’alarmant, j’ai exploré d’autres avenues. Mais là, une pulsion intérieure m’incite à m’y remettre.

Faire un choix

Comme je n’ai pas envie de rouler plusieurs heures pour dénicher de nouveaux paysages, je décide de m’évader à deux pas de chez moi. C’est plus économique et plus pratique. Le froid de novembre a décidé de m’accompagner, en l’espace de quelques jours le paysage s’est totalement transformé. Brrr !

À priori, cette solution semble séduisante, mais à bien y songer, est-ce vraiment créatif ? N’allais-je pas m’ennuyer à revisiter le même lieu, voir le même paysage, jour après jour ? La question m’a traversé l’esprit le jour où j’ai visité les abords d’un lac que j’ai photographiés maintes fois.

Regardez un lieu banal avec vos « yeux de photographe » et vous découvrirez un univers riche en découvertes.

Contempler le paysage avec le regard du débutant

Nous vivons dans un monde où l’on se fait bombarder de stimuli et, aussitôt que notre environnement ne nous offre rien de nouveau, nous avons tendance à devenir hermétiques, fermés à notre univers. Comme si la banalité était aux premières loges !

Chasser cette (fausse) impression incite notre vision à s’ouvrir. Le truc est d’observer avec les yeux du débutant.

J’ai donc fait taire cette pensée qui sabotait mon enthousiasme et j’ai orienté mon regard vers l’extérieur, comme si c’était la première fois. Mon appareil photo est devenu mon troisième œil et, du coup, je me suis transformée en exploratrice.

Paysage : S’évader à deux pas de chez soi, par Anne Jutras | astuces photo

1) Ma première approche du terrain, je souhaite capter les reflets du couchant sur le lac, sans succès. Néanmoins, remarquez comme l’absence de nuages crée une image sereine. 

Est-ce possible de s’évader à deux pas de chez soi ?

C’est la beauté de la photographie, on peut s’évader dans deux pieds carrés, directement dans son jardin, si on le souhaite. Pour peu que l’on y accorde notre attention. Le défi est de reprendre un lieu connu, maintes fois photographié, mais de jouer de créativité pour l’explorer sous un nouveau jour.

Paysage : S’évader à deux pas de chez soi, par Anne Jutras | astuces photo

2) Trois jours plus tard, je retourne au même lac, toujours avec l’espoir de saisir des couleurs chatoyantes dans l’eau. Rien, encore une fois. Le gel aux abords du lac forment un premier plan fort intéressant, je m’y attarde. 

Avantages

  • Vous finissez par connaitre l’endroit (forcément) et vous repérez plus facilement les points de vue à avantager dans vos photos.
  • Lorsque vous arrivez au petit matin, encore enveloppé par la pénombre, vous savez où aller. Vous ne risquez pas de vous égarer…
  • La lumière change tous les jours, aucun lever de soleil n’est identique. Mère Nature est vraiment surprenante.
  • Un lever de soleil n’est pas à votre gout une journée, reprenez-vous le lendemain, et le surlendemain et ainsi de suite… Jusqu’à ce que ce soit à point ! (En voyage, vous ne pouvez pas faire ça indéfiniment.)
  • La patience vaut son pesant d’or. Attendre (parfois une heure) pour que le soleil soit placé au bon endroit vous récompense au centuple.
  • Un lieu n’est jamais exploré à fond, si vous considérez toutes les saisons et le changement de lumière qui le modifie au fil de l’année.

Paysage : S’évader à deux pas de chez soi, par Anne Jutras | astuces photo

3) Sept jours plus tard, le froid (-11C) a complètement transformé le paysage. La surface du lac est gelé, finit les reflets, zut de zut ! J’arrive tôt pour saisir l’heure dorée, mais le ciel reste immaculé. Coudonc ! J’attends une heure pour voir le soleil éclabousser ses rayons derrière la montage. Victoire ! 

Passer au suivant

Si vous désirez explorer votre environnement, j’ai écrit un ebook susceptible de vous aider : À deux pas de chez soi.  Peu importe l’appareil photo que vous avez entre les mains. Je vous partage mes astuces pour dénicher de nouveaux paysages à photographier ainsi que des méthodes pour aiguiser votre regard. Il n’est pas bourré de techniques complexes à maitriser (le net est déjà bien nanti sur le sujet), mais plutôt de conseils judicieux pour vous aider à donner vie à vos images. Vous pouvez le commander ici.

Paysage : S’évader à deux pas de chez soi, par Anne Jutras | astuces photo

6 conseils pour optimiser l’heure dorée

6 conseils pour optimiser l’heure dorée

L’heure dorée est la période chouchou des photographes de paysage. La lumière devient de miel et le panorama semble emprunter des airs de conte de fée, surtout le matin. Elle offre plusieurs avantages: les ombres s’allongent, la lumière est moins dure et sculpte magnifiquement votre sujet principal, enveloppant le tout d’une ambiance chaude et feutrée.

L’heure dorée se présente une heure après le lever du soleil, ou une heure avant son coucher. Mais vous pouvez étirer cette durée sur deux heures – vous bénéficierez ainsi d’une lumière exceptionnelle et profiterez d’une heure supplémentaire pour réaliser vos clichés.

Photo nature ou paysage : 6 conseils pour optimiser l’heure dorée.

1- Déterminer l’heure dorée

6 conseils pour photographier l’heure dorée, par Anne Jutras

Selon votre emplacement géographique, l’heure dorée variera. De plus, si vous êtes situés plus au Nord, l’heure dorée sera de plus longue durée que si vous habitez près de l’équateur. Par ailleurs, si vous allez en voyage dans le Sud, vous remarquerez que le soleil se couche plus tard que dans les régions de l’hémisphère nord.

Que vous soyez en voyage ou à la maison, consultez un site internet comme Ephemeris ou PhotoPills pour vous aider à déterminer l’heure à laquelle le soleil se couche et se lève. Vous pourrez ainsi préparer vos sorties photo en conséquence. Les saisons auront également une incidence sur la période de l’heure dorée.

6 conseils pour photographier l’heure dorée, par Anne Jutras

Note : L’hiver (surtout dans les régions au Nord), vous aurez l’impression de bénéficier d’une lumière plus douce toute la journée car le soleil est plus bas sur l’horizon. Néanmoins, l’heure dorée a un cachet particulier que vous ne retrouvez pas au milieu de l’après-midi.

2- Garder un œil sur la météo

6 conseils pour photographier l’heure dorée, par Anne Jutras

Les conditions météorologiques auront une incidence directe sur l’heure dorée. Une journée grise vous privera de cette heure magique. À l’inverse, un ciel libre de tout nuage diffusera une belle lumière sur le paysage, mais les couleurs du coucher seront anémiques. L’heure dorée ne sera pas aussi spectaculaire et les effets escomptés seront plutôt mitigés.

Toutefois, ne vous fiez pas aux apparences. J’ai vu de ces matins où le ciel était couvert d’une masse nuageuse, ne laissant rien présager de bon. Et soudain, alors que je croyais le spectacle terminé, le firmament s’est embrasé sous mes yeux ébahis !

Note : Si vous considérez photographier le coucher ou le lever du soleil, sachez que la présence de nuages est préférable, afin de recueillir la teinte vermillon qui se reflète sur leur substance gazeuse.

6 conseils pour photographier l’heure dorée, par Anne Jutras

Voici un site internet à consulter pour connaître les conditions météorologiques, Intellicast : si le ciel est couvert à 50%, vous avez de bonnes chances d’obtenir des couleurs intéressantes. Ce site toutefois est à titre indicatif, si les prévisions indiquent un ciel couvert à 90%, vous pouvez sans doute remettre à plus tard votre sortie photo. Ceci vous permet d’estimer à l’avance ce qui se produira, par contre, ce n’est pas une science exacte. On ne sait jamais ce que mère Nature nous réserve. Une petite éclaircie sur l’horizon, et hop, vous obtiendrez une photo mémorable. Il ne suffit que de quelques minutes…

3- L’importance du repérage

6 conseils pour photographier l’heure dorée, par Anne Jutras

Arriver sur un site inconnu et espérer faire des clichés inoubliables repose passablement sur le hasard. Il est préférable de vous rendre sur place quelques heures avant l’heure dorée, voire la journée précédente, afin de vous familiariser avec ce nouvel environnement.

Vous pourrez ainsi repérer les bons spots, localiser les éléments à intégrer en avant-plan et « voir » où se couche ou se lève le soleil. De plus, si vous devez vous rendre à pied à votre emplacement, vous pourrez calculer le temps que cela vous prend pour atteindre votre destination.

4- Arriver tôt !

6 conseils pour photographier l’heure dorée, par Anne Jutras

Même si, en théorie, l’heure dorée s’écoule pendant une heure, parfois moins, rien ne vous empêche de prolonger cette période, et de profiter de la lumière unique qu’elle prodigue. Si vous désirez exploiter ce moment particulier, ajoutez une heure supplémentaire à votre sortie photo.

Le soleil, plus bas sur l’horizon, projette une lumière rasante et inonde le paysage d’une atmosphère feutrée. Les éléments enveloppés d’un liseré doré offrent une occasion originale pour la création de photos artistiques. Si le cœur vous en dit, vous pourriez jouer avec les rayons du soleil et laissez les flares enjoliver vos images.

Note : À cette heure, l’astre descend vite, et si vous êtes à proximité d’une forêt (ou d’une montagne), vous perdrez cette précieuse lumière. D’où l’importance d’un bon repérage. Songez à partir plus tôt pour profiter au maximum de l’heure dorée.

5- Choisir la bonne balance des blancs (BDB)

6 conseils pour photographier l’heure dorée, par Anne Jutras

Pour conserver les tons chauds reliés à ce moment de la journée, il est impératif de choisir la bonne balance des blancs. Le mode automatique de votre appareil rendra les couleurs froides, tirant vers le bleu, alors que l’on souhaite préserver les teintes chaudes. Réglez votre BDB sur « lumière du jour », ou encore sur « ombre » pour obtenir des scènes plus fidèles à la réalité.

Astuce : Si votre image comporte des zones à l’ombre et un ciel ensoleillé, et que vous photographiez en RAW, il est parfois astucieux de traiter votre image en deux étapes : une première fois avec la balance des blancs correspondant aux parties à l’ombre (pour maintenir les tons chauds) et la seconde fois pour calibrer le ciel exposé à la lumière du jour (conservant ainsi les tons de bleu). Ensuite, vous fusionnez les deux images à l’aide de masque dans Photoshop.

6- Bien équilibrer l’exposition entre le ciel et le sol

 6 conseils pour photographier l’heure dorée, par Anne Jutras

Même si la lumière est exceptionnelle durant l’heure dorée, il reste que l’écart entre les hautes lumières et les ombres est parfois considérable. Si vous photographiez en RAW, vous serez en mesure d’apporter les modifications nécessaires en post-traitement, soit déboucher les ombres ou diminuer l’intensité des hautes lumières. Mission pratiquement impossible avec un fichier JPEG.

Vérifiez votre histogramme et faites du bracketing afin de capturer les informations sans brûler les hautes lumières.

Note : Si votre ciel est beaucoup trop lumineux (voire surexposé) par rapport au sol, songez à utiliser un filtre neutre dégradé, la partie plus foncée du haut viendra se superposer au ciel et équilibrera la luminosité générale de votre composition.

Une autre alternative, est de réaliser deux expositions, une pour le ciel et l’autre pour le sol, traiter les images séparément et les combiner dans un logiciel comme Photoshop.

Conclusion

L’heure dorée offre de belles opportunités, il suffit d’arriver à temps. Le matin, vous devez vous lever tôt, surtout l’été, mais vous serez récompensé par ses brumes matinales et sa quiétude. Si, par contre, vous n’êtes pas un lève-tôt, pas de souci, les couleurs du soir ne vous décevront pas.

Ajoutez l’heure dorée à votre agenda. 😉

 

 

8 concepts photo pour exploiter l’automne

8 concepts photo pour exploiter l’automne

L’automne tire à sa fin, l’air se rafraichit de plus en plus et les arbres sont presque dénudés, coiffant le paysage d’un gris monotone. Signes caractéristiques du mois de novembre. Pour plusieurs photographes de nature, c’est un entre-deux. Une période transitoire pendant laquelle nous attendons (ou pas), la première neige.

Le sol est recouvert de feuilles multicolores. Et puisqu’elles n’ont pas entièrement perdu leurs couleurs, pourquoi ne pas mettre à profit votre créativité ?  Si si ! Histoire de mettre de la couleur dans vos sorties photo.

Vous pensiez que l’automne était terminé ? Détrompez-vous !

Dans cet article, je vous propose 8 concepts photo pour exploiter l’automne en utilisant les feuilles tombées au sol. Habillez-vous chaudement et apportez votre appareil, c’est parti !

⇒  Voici un tableau Pinterest pour vous inspirer ⇐

Concept photo no 1 : Profitez des journées de pluie

Je ne sais pas par chez vous, mais au Québec, il pleut pratiquement T.O.U.S les jours. Zut de zut ! C’est facile de pester contre le mauvais temps. Heureusement, il y a toujours une accalmie (il ne pleut pas 365 jours par année, quand même). Quoi que…

Donc, quand la pluie cesse, on saute sur l’occasion (ou dans les flaques d’eau), hop ! on photographie les feuilles recouvertes de gouttelettes d’eau.

Astuce : amateur de photo de près, songez à apporter votre objectif macro. C’est un must !

Concept photo no 2 : Devenez metteur en scène !

Choisissez une belle feuille, non endommagée, et servez-vous-en comme sujet principal. Elle sera la vedette du show. Ensuite, déterminez le ou les endroits où vous pourriez la déposer et créer votre propre mise en scène. Improvisez !

Astuce : selon le rendu désiré, optez pour une grande profondeur de champ ou l’inverse, flouter l’ensemble. Soyez inventif !

Concept photo no 3 : Changez votre perspective

 

Utilisez la même feuille, mais cette fois-ci, levez le nez au ciel, en prenant une prise vue en contre-plongée (du bas vers le haut). Choisissez l’arrière-plan soigneusement, vous pourriez arrêter votre choix sur un arbre aux branches majestueuses, ou tordues. Portez une attention particulière à ces dernières et aux lignes directrices qu’elles forment entre elles.

Astuce : pour réduire la PDC (comme sur la photo), optez pour une grande ouverture (f/petit chiffre).

Concept photo no 4 : Essayez la méthode Brenizer

La méthode Brenizer consiste à photographier grand ouvert (f/petit chiffre) et à réaliser plusieurs images d’une scène que l’on fusionne par la suite dans Photoshop ou Lightroom, à l’instar des photos panoramas. Le résultat donne une image dotée d’un flouté exceptionnel et d’une profondeur de champ presque inexistante. Dans la photo présentée ici, 8 photos ont été prises.

Astuce : MOP et exposition manuelle afin de conserver l’uniformité de vos prises de vue + chevaucher les prises de vue 30% entre elles, afin de permettre au logiciel de fusionner correctement l’ensemble de vos photos.

Tutoriel expliquant la méthode Brenizser

Concept photo no 5 : Servez-vous de votre téléphone intelligent

Voici un projet super le fun à réaliser ! Au départ, mon intention était de reproduire un style d’image vue sur Pinterest. J’ai donc récolté de grandes feuilles que j’ai fait sécher autour d’un rouleau de carton, enveloppé de papier journal, afin qu’elles adoptent une forme ronde, comme sur cette photo.

Mais les photos avec mon APN étaient loin de ressembler à l’image présentée sur Pinterest. Peut-être n’avais-je pas le bon objectif ? Je ne sais pas, quoi qu’il en soit, l’idée m’est venue d’utiliser mon téléphone mobile. Eurêka!

Astuce : en renversant l’appareil (pour placer l’objectif tout près de la feuille), vous réussirez à obtenir des prises de vue vraiment cools, comme si vous étiez à hauteur de souris, hihi !

Concept photo no 6 : Regardez à vos pieds !

autoportrait, Anne Jutras, artiste photographe, advanced selfie

Maintenant, tournez votre regard vers le bas. Inclure vos pieds ou pas dans la composition, c’est une décision qui vous revient. Pour ma part, je trouvais que cela ajoutait un point d’ancrage intéressant. Tout est une question de gout, n’est-ce pas ? Pour réaliser le projet, prenez un groupe de feuilles ou une branche dotée de feuilles distinctives.

Astuce : pour flouter l’arrière-plan le plus possible, sélectionnez une grande ouverture (f/petit chiffre).

Concept photo no 7 : Et si on tournait le kodak vers soi ? What ?

De quessé ? Ne soyez pas moumoune ! Certes, ça demande on peut d’organisation, de coordination et de dextérité (comme peser sur le piton alors que vous êtes seul… ouin), mais une fois établie, le plaisir prendra la relève et vous fera oublier votre aversion pour ce style.

Astuce : j’ai fait la MOP sur un balai maintenu en équilibre dans un récipient.

Concept photo no 8 : Advanced selfie à la Sorelle Amore

Connaissez-vous Sorelle Amore, the advenced selfie queen ? Elle a une chaine YouTube où elle partage des conseils avisés sur l’autoportrait. En suivant ses conseils, j’explore de nouvelles avenues…

Si le temps est exécrable (tout est possible, hein), planifiez une séance photo à l’intérieur. Avant votre séance, glanez une série de feuilles colorées. De retour à la maison, installez votre appareil sur trépied, l’angle de prise de vue vers le bas. Utilisez un 35/50 mm pour de meilleurs résultats. Côté vêtement, choisissez une texture qui contrastera joliment avec le sol.

Astuce : pour disposer les feuilles sur mes cheveux et voir le résultat, je me suis servie de mon téléphone mobile. Au préalable, j’ai installé un câble de déclenchement sur mon boitier, ceci me permettait de prendre une photo sans devoir me lever à chaque fois.

Voilà, j’espère que ces idées vous donnerons des pistes à explorer. Il y a une infinie variété d’images à réaliser, il suffit de passer à l’action. 😉

Bon weekend, et n’hésitez pas à partager avec vos ami(e)s. 

 

error: Ce contenu est protégé.