Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

La photo de nature, selon les puristes, ne contient aucun élément forgé par l’homme. De leur point de vue, la nature devrait être représentée dans son état sauvage, pur et inviolé, sans aucun signe de l’intervention humaine. C’est-à-dire sans clôtures, sans muret de pierres, sans fils électriques, sans bâtiments, sans pont, comme si elle était intouchée.

C’est bien joli tout ça, mais ce n’est pas toujours évident, à moins d’être perdu dans le fin fond d’un bois, ou en cavale dans un parc national. Et encore !

Éviter les fils électriques et tous les détails que l’homme laisse sur son passage demande, par moment, un vrai tour de force. Ne trouvez-vous pas ?

Personnellement, j’aime photographier la nature « sauvage » dans la mesure du possible. Éviter les fils électriques – au risque de tomber dans le fossé parce que vous n’avez pas regardé où vous mettiez les pieds – je connais.

Si on ne peut pas les contourner aussi bien tirer profit de leur présence, non ? 😉

Je vous propose 10 conseils pour intégrer un élément (construit par l’homme) qui saura enjoliver vos photos de paysage. Promis, juré, craché !

1-Osez le look graphique

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

Vous levez les yeux et que voyez-vous ? Ces fichus fils électriques ! Grrr ! Le regard tournés vers le ciel, vous ragez quelques instants, exécutez trois à cinq pas de danse pour les éviter. Sans succès.

Mettez à profit leur disposition, servez-vous-en pour parfaire votre composition. Faites en sorte que les lignes forment un ensemble graphique et harmonieux. Déplacez-vous au besoin.

2-Jouez le mystère et laissez les éléments disparaitre dans la brume

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

J’étais en train de photographier cet arbre, lorsque la brume (assez dense au début) a commencé à se dissiper, divulguant une petite cabane. Joli élément à ajouter à ma composition ! J’ai fait en sorte de m’élever suffisamment pour que la clôture ne chevauche pas la silhouette de la bâtisse en arrière-plan.

3-Jumelez le moderne et l’ancien pour créer un contraste étonnant

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

Les vieilles granges sont mes sujets de prédilection, elles évoquent un temps révolu et des histoires à raconter. Elles sont souvent isolées, mais la proximité de constructions modernes n’est pas rare. Aussi, j’ai laissé volontairement la maison visible pour accentuer un effet d’opposition.

4-Attirez le regard avec des points de fuite

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

Les grands peintres utilisaient les points de fuite pour reproduire la perspective. Or, les éléments architecturaux ont des composantes qui se prêtent à merveille à cette approche. Servez-vous de la géométrie des éléments pour attirer le regard dans la scène ou, si vous êtes rebelle, pour l’éloigner, à vous de décider.

5-Donnez une impression d’immensité

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

La vue d’un champ ou d’une prairie manque parfois de profondeur. Nous n’avons pas d’avant-plan à inclure ou l’horizon est trop loin pour que l’on puisse en tirer une photo digne d’intérêt. Intégrer une grange, sans qu’elle soit prise en gros plan, ajoute une échelle de proportion à notre panorama.  Par ailleurs, notez comment la clôture dessine un point de fuite, dirigeant le regard vers le bâtiment.

6-Remplissez votre cadre

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

À l’inverse, votre sujet architectural est sans équivoque et mérite d’être cadré de très près. Lorsque l’architecture d’un endroit vous plait, n’hésitez pas à remplir le cadre et à centrer votre sujet. Veillez à ne pas inclure d’élément perturbateur sur les côtés de votre composition, comme de petites branches sortant de nulle part, et qui n’ajoutent rien à l’ensemble. 😉

7-Réduisez votre PdC au minimum pour rendre la photo plus intimiste

Duo élément architectural

Jouez avec votre profondeur de champ pour élaborer des images évocatrices, laissant l’arrière-plan partiellement flou. Ici, nous devinons qu’il s’agit d’une grange, mais le flou créé par le choix d’ouverture (f/2.8), dirige le regard sur les branches de sapin. Pour ma part, j’en ressens un sentiment de cocon et de douceur qui me plait.

Choisissez une grande ouverture (f/petit chiffre) ou servez-vous d’un téléobjectif (100mm et +) et faites votre mise au point le plus près possible de votre sujet (ainsi, vous réduirez votre PdC).

8-Misez sur la couleur pour égayer votre image

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

Le rouge est l’une des couleurs qui attirent le plus l’œil humain, donc si vous réussissez à l’incorporer à votre image vous obtiendrez un point d’ancrage fort intéressant. Vous l’avez sans doute remarqué, mais dans les publicités de plein air les gens portent toujours des vêtements colorés. Ils savent comment retenir l’attention du consommateur que nous sommes. ^^

Sur la photo, la fermette rouge ajoute une touche de vie sous ce ciel bleu, avec en avant-plan les quenouilles. Cet élément naturel combiné à la clôture complète bien la scène.

9-Intégrez un avant-plan pour équilibrer l’ensemble

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

Dans l’image ci-contre, la grange à elle seule méritait le détour, mais je souhaitais l’intégrer au décor et montrer la brume enveloppant les montages au loin. Le hic était au niveau des masses, elle laissait un grand vide sur le côté droit de la composition. En plaçant cet arbre dans cet espace, l’équilibre est rétabli.

Mais attention à ce que l’avant-plan ne devienne pas un intrus, n’hésitez pas à vous déplacer pour trouver le bon angle.

10-Laissez l’élément architectural s’harmoniser avec le décor

Photo paysage : 10 conseils pour intégrer un élément architectural

L’homme est passé maitre dans la destruction de la nature, toutefois, sa sensibilité lui fait construire des havres de paix. Des lieux où l’on aimerait vivre, pour savourer la nature sauvage. L’élément architectural de cette photo semble se fondre dans le décor. La beauté de la pierre se marie merveilleusement bien avec les immenses pins. Un sentiment de paix et d’équilibre se dégage de ce lieu.

Si certains lieux, construits par l’homme, vous interpellent de la sorte, laissez-vous séduire et sortez votre appareil photo pour croquer ces scènes magiques.

Voilà, j’espère que ces quelques idées pour vous inciteront à intégrer un élément architectural à votre composition. Bon weekend !

 

L’importance d’un bon repérage

L’importance d’un bon repérage

Le printemps est (enfin) à nos portes et bientôt nous pourrons photographier notre environnement sans nous geler le bout des doigts et des orteils. Quel plaisir ! C’est le moment idéal pour partir en repérage et allonger la liste de nos nouveaux sites à photographier.

Certains lieux m’attirent, tant pour leur beauté, leur énergie que par leur qualité photographique. Parfois, ces lieux me sautent aux yeux, ils sont à proximité d’un chemin, facilement repérables et je peux évaluer leur potentiel photographique.

D’autres fois, je ne soupçonne même pas leur existence. Éloignés du chemin, ils sont hors de portée de vue. Mais comme je suis une exploratrice dans l’âme, j’aime m’aventurer et faire des recherches un peu plus poussées. Je découvre souvent de belles surprises !

L’importance d’un bon repérage

Développer un système de vos « bonnes adresses »

Au fil des années, j’ai donc répertorié de bonnes « adresses ». Les endroits que je photographie sont archivés par date (2018-04-01) et par mot clé.  Lorsque je cherche quelque chose, c’est plus facile à retracer et à consulter. Par exemple, si je désire vérifier ce qui fleurit au mois de mai, je vais jeter un coup d’œil à mes anciens fichiers, classés à cette date.

Vous pourriez également rédiger un document sur lequel vous répertoriez vos locations, ou encore créer un tableau sur Pinterest, comme j’ai fait pour la Floride.

Savoir déceler le potentiel d’un lieu

L’importance d’un bon repérage

Cette image ↑ représente un endroit que j’avais repéré il y a quelques années. De la route, on apercevait au loin une rivière sillonner une vaste étendue de terre, bordée par des saules.

Pour monsieur et madame tout le monde, ce lieu était un peu inaccessible (car trop éloigné) et semblait sans grand intérêt. Mais pour madame-la-photographe-que-je-suis, j’y voyais un sujet captivant, même si cela signifiait marcher à travers la broussaille.

Succombant à la curiosité, je suis allée faire un tour côté « prairie sauvage ». C’est bien de se fier à son intuition… Ce lieu foisonnait d’éléments naturels : souches, arbres tordus et essences variées, rochers, galets, eau sinueuse, bernaches, etc.

Or, chaque printemps, je revisite ce lieu avant que les herbes hautes n’envahissent les champs et deviennent difficiles d’accès.

L’importance d’un bon repérage

5 idées pour améliorer votre repérage

  • Ralentissez, prenez le temps de regarder, si vous roulez à 90km à l’heure, vous avez peu de chance de cibler un lieu potentiel.
  • Ne sous-estimez pas un emplacement, si vous notez quelque chose d’intéressant, ne serait-ce qu’une clôture ou un garage abandonné, donnez-vous la peine d’explorer les lieux à fond. Vous serez étonné de vos recherches.
  • Prenez des notes, ou enregistrez l’emplacement avec une application pour téléphone mobile, tel qu’Ephemeris ou Google Maps, et établissez une liste d’endroits à visiter. Sinon, vous risquez d’oublier.
  • Conservez les photos des sites visités comme référence, même si elles ne sont pas réussies. (Pour ma part, j’ai tendance à supprimer toutes les mauvaises photos, mais j’ai pris la bonne habitude d’en conserver quelques-unes comme référence.) Ainsi, vous pourrez vérifier au fil des mois, des saisons, les occasions à venir.

Par exemple, j’ai observé (grâce à mes archives) que durant l’hiver, alors que le froid intense commence à geler les rivières, qu’il existe une courte période au mois de janvier durant lequel les cours d’eau ne sont pas entièrement gelés.

Note à moi-même : puisque je passe maintenant l’hiver en Floride, ce renseignement ne m’est pas tellement utile, mais il l’est peut-être pour vous. 😉

  • S’il s’agit d’un terrain privé, demandez la permission. Parfois, en demandant l’autorisation, une multitude d’opportunités s’ouvre à vous.

Dernièrement, j’ai obtenu l’autorisation de photographier une vieille grange. En discutant avec le propriétaire, j’ai découvert que son terrain accueillait des chevaux, qu’une rivière coule à proximité bordée de jolies fleurs sauvages (en juin) et que possiblement je pourrais avoir accès à un lac. Le paradis !

L’importance d’un bon repérage

J’espère que ces quelques suggestions vous aideront à repérer de nouveaux sites à photographier.

Si vous désirez obtenir d’autres conseils pour réaliser de belles photos près de votre domicile, je vous recommande la lecture de mon e-book « À deux pas de chez soi ». Je suis très fière de ce produit et je l’ai écrit en songeant à vous tous qui cherchez à immortaliser la beauté qui vous entoure, cliquez ici pour en savoir davantage…


 ebook_a deux pas de chez soi

Attendre le bon moment

Attendre le bon moment

Les matins où je pars tôt faire de la photo (quand je réussis à sortir du lit, hum, hum), je zieute le ciel avec l’espoir d’y voir une certaine quantité de nuages. Leur présence assure une aurore radieuse suivie d’un lever de soleil aux couleurs flamboyantes.

Mais avec l’expérience, je me suis rendu compte que ce n’est pas toujours le cas. J’ai vu des moments où l’horizon était dépourvu de nuages, laissant présager rien d’intéressant et, finalement, ce n’était pas du tout le cas.

Donc, ne jugez pas trop rapidement. Qu’il y ait des nuages ou pas, dirigez-vous à votre destination. Les phénomènes atmosphériques sont souvent imprévisibles.

Attendre le bon moment

Arriver tôt

Quand je réalise mes photos au petit matin, je m’organise pour arriver 30 minutes à l’avance. Je choisis mon emplacement, installe mon appareil sur trépied, mes filtres si nécessaires, mon câble de déclenchement, je désactive mon stabilisateur, fait quelques photos en vérifiant l’histogramme, puis j’attends…

L’intensité des couleurs survient environ 15 minutes avant le lever du soleil. Cet instant magique est très bref. Il faut faire vite. Dans l’incertitude de votre exposition, faites diverses photos en variant votre exposition. L’important est de ne pas surexposer vos hautes lumières, ni de trop sous-exposer la scène, sinon le grain risque d’apparaitre lors du post traitement.

Je fais souvent 3 photos en sous-exposant et surexposant (-1, 0, +1), parfois davantage.

Attendre le bon moment

Réajuster son exposition

Au fur et à mesure que le soleil approche de l’horizon (là, la tension monte), je réajuste mon exposition, tout en vérifiant l’histogramme (pour m’assurer que je n’ai pas moffé mes photos). Un filtre inversé est d’un grand secours, car il aide à atténuer l’intensité du soleil sur l’horizon.

Lorsque l’astre fait son apparition (youpi!), je réalise une série d’images, en m’assurant que mon ouverture est fermée à f/16 afin d’obtenir de beaux rayons. Mais ce n’est pas une garantie, parfois un amas de nuages vaporeux neutralise le résultat, et procure un autre effet, tout aussi intéressant.

Une fois que le soleil a entamé son ascension dans le ciel, il est difficile de capturer toute la valeur dynamique de la scène. Le contraste est trop élevé. Habituellement, je quitte les lieux, et ma séance photo se termine.

Mais pas à la plage !

attendre le bon moment

S’attarder

C’est un lieu riche en possibilités photographiques. Les oiseaux, les coquillages, les reflets, les pêcheurs, les gens qui nourrissent les oiseaux et les promeneurs. D’ailleurs, il n’est pas rare d’arriver de bon matin et de voir des visiteurs déjà prêts à admirer le lever de soleil.

Je me déleste de mon trépied, pour avoir les mains libres, et je me promène, à l’affut.

Quand j’ai aperçu l’homme nourrir les oiseaux, je me suis empressée de hausser mes ISO (500) afin d’obtenir une bonne vitesse (1/125) pour figer les oiseaux en vol. Et j’ai photographié en rafale en espérant obtenir une photo de sa main dans les airs.

Hourra, je l’ai eu !

J’espère que cet article vous a plu et vous inspirera à sortir tôt le matin pour capturer la splendeur de la nature.

Bon week-end à tous !

Filtres photo : à quoi servent-ils ?

Filtres photo : à quoi servent-ils ?

Il existe plusieurs types de filtres photo selon le résultat désiré. Aujourd’hui, je vous parlerai du filtre polarisant ainsi que du filtre à densité neutre dégradés (ND pour Neutral Density) et du filtre inversé. En photographie de paysage, ils sont indispensables.

Le traitement numérique vous permet de reproduire bien des effets, mais rien comparé à ce que vous pouvez obtenir directement à la prise de vue. Vous économiserez un temps énorme en postproduction.

Et si, de surcroit, vous ne faites aucun traitement d’image, alors là, vous avez intérêt à vous les procurer !

Or, le filtre polarisant enrichira vos couleurs, alors que le filtre neutre dégradé atténuera un ciel trop lumineux par rapport au sol, produisant un paysage plus harmonieux, visuellement. Le filtre renversé, quant à lui, sera judicieusement utilisé pour réduire l’intense lumière du soleil sur l’horizon lors d’un coucher ou d’un lever de soleil.

Le filtre polarisant

Filtres photo : à quoi servent-ils ? - filtre polarisant

En photographie, c’est un incontournable. Si vous ne détenez aucun filtre, celui-ci est à adopter.

Le polarisant enrichira vos couleurs et éliminera l’éblouissement, ou reflet, causé par la lumière vive du soleil. À peine perceptible à l’œil nu, ces reflets se dissimulent sur les feuilles lisses, les roches polies, la surface de l’eau,  ou les gouttes de pluie. Aussi, il saturera le bleu du ciel et fera ressortir le détail des nuages.

Il se visse sur le devant de votre objectif et vous tournez la bague circulaire pour voir apparaitre la transformation.

Note : Pour que l’effet soit visible, vous devez être situé à 90° par rapport au soleil. Petit détail à prendre en considération, son verre teinté réduit la luminosité, vous perdrez ainsi 2 crans (par exemple, une vitesse de 1/125 sec. passera à 1/30 sec.). Donc, l’usage d’un trépied peut s’avérer utile.

Mise en garde

Filtres photo : à quoi servent-ils ?

  • 1) Sur un objectif ultragrand-angle et grand-angle (surtout sur un boitier plein format), l’apparition du filtre sera visible sur les bords de l’image.
  • Procurez-vous un filtre slim (mince) conçu à cet effet.

 

∼ ∼ ∼

Filtres photo : à quoi servent-ils ?

  • Sur un objectif grand-angle, l’effet du polarisant, s’il est trop accentué, causera un effet de vignette plus foncé au centre. Donc, allons-y mollo !

Avantages

  1. Accentuer le bleu du ciel et faire ressortir les nuages.
  2. Souligner les couleurs d’un arc-en-ciel.
  3. Lors de journée nuageuse, il éliminera le blanc du ciel qui se reflète imperceptiblement sur les composantes d’un paysage.
  4. Permets de voir les détails au fond de l’eau (comme sur la photo ↑), que ce soit une souche ou un lit de galets.
  5. Les journées de « smog », il atténuera son effet et fera ressortir davantage les détails.
  6. Lorsque le soleil est bas sur l’horizon, le polarisant est fort utile pour rehausser le ciel et enrichir les couleurs.
  7. Servez-vous-en pour créer un effet de filet soyeux sur les chutes et les cascades.

Le filtre à densité neutre dégradé

Filtres photo : à quoi servent-ils ?

On le dit neutre, car sa teinte n’alterne en rien les couleurs, et dégradé parce qu’une partie du filtre est plus foncé alors que le reste est transparent, la gradation variant d’un filtre à l’autre.

Ils sont disponibles en diverses gradations, dites « dur » ou « soft » selon les besoins photographiques, et à intensité variée (-3 crans étant un bon choix).

Avantages

Le filtre s’installe devant l’objectif, le dégradé sera positionné sur la partie de l’image souhaitée et équilibrera une scène à haut contraste. Par exemple, un paysage dont la luminosité du ciel est beaucoup plus claire par rapport à un sol sombre.

Vous obtiendrez ainsi une scène dont la valeur dynamique sera uniformément exposée.

Pour bien comprendre son utilité, sachez que l’appareil photo ne réussit pas à enregistrer toute la valeur dynamique que l’œil humain perçoit.

Et c’est là que les filtres dégradés viennent à notre rescousse. Yééé !

↓ ↓ Vidéo expliquant l’utilisation de filtre neutre gradué, d’Objectif Photographe ↓ ↓

Le filtre neutre inversé

Filtres photo : à quoi servent-ils ? - filtre inversé

 

Voici un autre filtre photo souvent méconnu. Le terme inversé signifie que la partie la plus sombre du filtre est au centre, permettant ainsi de capter un coucher ou lever de soleil et réduire la lumière intense de l’astre solaire qui se situe sur l’horizon.

 

 

Mais attention, parfois il assombrit trop le ciel.

Il faut toujours s’assurer d’obtenir un ciel légèrement plus lumineux que le sol, et non pas plus foncé, sinon, ça ne fait pas naturel.

Voili ! Voilà ! J’espère que ce tutoriel vous aidera à y voir plus clair !

error: Ce contenu est protégé.