Alors que j’entame l’année 2014 avec le mot d’ordre, MANIFESTATION, transformant mes intentions en action, un événement imprévisible survient. Je dois freiner mes projets, modifier mes plans et donner priorité à ce qui est important : m’occuper de ma mère.

Ce billet sortira un peu du contexte photographique habituel, mais je ne pouvais tenir ce blog sous silence. Et faire comme si de rien n’était. Non. La vie n’est pas toujours cousue de fil blanc. Il y a des hauts et des bas. Les « bas » n’ont rien de séduisant, toutefois, ces passages nous donnent l’occasion de grandir, d’évoluer, et de pleurer… en silence.

Lors d’une séance photo au mois d’octobre dernier, j’ai l’occasion de photographier ma mère. J’expérimente un nouveau genre, le portrait. Je ne sais pas si cela me plaira, la seule façon de le savoir c’est de l’essayer. Maman se prête au jeu et nous passons un agréable moment ensemble. Tout paraît normal, et pourtant…

portrait, session portrait, photographe brom

À 74 ans, maman est entièrement autonome, elle se concocte de bons repas, sort tous les jours, conduit sa voiture, rencontre ses amies régulièrement, rédige des prévisions de numérologie (parfois de plus de 30 pages), fière et coquette, elle se maquille tous les jours. Et, sans crier gare, tout bascule…

Sa santé se met à défaillir, les symptômes, qui se manifestent assez rapidement, n’augurent rien de bon. Confusion, perte de mémoire, désorientation laissent présager la maladie d’Alzheimer. C’est épouvantable de voir ainsi sa mère perdre ses repères et son autonomie. On se sent impuissant. Elle-même n’arrive pas à comprendre l’ampleur des événements. Malgré l’adversité, une force tranquille veille sur moi et m’insuffle la courage de la supporter.

Au fil des jours, un doute me tenaille, et si elle avait une maladie incurable? J’aimerais capturer ces moments fugaces. Pour ne pas oublier ces instants fragiles passés en sa compagnie. Je ne suis pas très à l’aise à l’idée de sortir ma grosse caméra. Elle est intimidante. Encombrante. Je me rappelle avoir vu un livre d’un homme qui a photographié sa mère atteinte d’Alzheimer. Les images déferlent dans ma tête. Oserais-je? Discrète, je me contente de mon téléphone portable.

Je préfère rester présente, de corps et d’esprit.

Après quelques tests, le verdict tombe comme une pierre : tumeur au cerveau, non opérable. On ignore encore s’il y a possibilité de traitement, mais maman refuse de les entreprendre, désirant ainsi conserver le plus longtemps possible sa qualité de vie. Je respecte son choix. Les prochains mois ne seront pas faciles.

Allons-y une journée à la fois.

↔ ♥ ♥ ♥ ↔

Tout ce chambardement m’amène à regarder ma vie. Qu’est-ce que je souhaite réaliser pour les 25 prochaines années? Quelle direction prendre? Une chose est certaine, je ne resterais pas gérante le restant de mes jours. Et je ne deviendrai pas portraitiste. J’ai tenté l’expérience, pas douze fois — comme me l’a gentiment suggéré mon chéri —, mais suffisamment de fois pour me convaincre que ce n’est pas ma spécialité. Je suis une fille des grands espaces, la nature m’appelle. Ce sera donc les paysages qui seront au cœur de mes projets futurs, comme le démontre les photos suivantes :

Restons en contact!

J'aide les gens à retrouver leur souffle créateur.

Abonnez-vous à ma Lettre d'Amitié et découvrez des pistes pour progresser.

De plus, recevez GRATUITEMENT Les 10 Secrets d'une Composition Réussie!

Bienvenue dans mon univers! Vous êtes officiellement inscrit! :)

%d blogueurs aiment cette page :