5 Idées de Mouvement Intentionnel pour Créer des Images Artistiques

Mouvement Intentionnel

Cette semaine sur mon blog, je vous invite à être rebelle. Totalement !

Oublions la netteté et les images à la profondeur de champ spectaculaire. Nous allons plonger dans un univers onirique en accentuant le flou de bougé (oui, oui, vous avez bien lu). Et ainsi créer des images vaporeuses aux accents artistiques. Nous parlerons du ICM (Intentional Camera Mouvement), ce qui signifie : Mouvement Intentionnel de la Caméra.

C’est une technique amusante et facile à réaliser. Elle produit des résultats sympathiques  avec l’avantage de ne demander ni matériel de pointe, ni lumière extraordinaire.

Le mois de novembre se prête à merveille à ce style d’image. Les journées sont plus courtes, moins lumineuses, moins inspirantes – côté photo paysage. Alors, pourquoi ne pas explorer un nouveau genre photo ? Vous sentez-vous l’âme aventurière ?

Allez, venez, sortons des sentiers battus, et zigzaguons ensemble.

Mise en garde : ce type d’image requiert une vigilance particulière, vous devez faire attention à transmettre un flou vraiment intentionnel, et non pas donner l’impression que c’est une erreur de la part du photographe. De multiples essais sont nécessaires pour réussir LA bonne photo. Donc, n’hésitez pas à prendre plusieurs clichés.

Vidéo [en anglais] Learning to create motion blurs

[Denise Ippolito &  Arthur Morris ]

Pour en savoir plus sur cette technique => Michael Orton ICM

Avant de commencer

Pour insuffler à vos photos cette délicieuse sensation de mouvement artistique, l’astuce est de choisir une vitesse lente (entre 1/8 sec à plusieurs secondes). Les journées nuageuses offrent une faible luminosité qui s’avère idéale pour ce type d’image.

Baissez vos ISO le plus possible afin de réduire la vitesse au minimum et, à défaut d’une vitesse lente, l’ajout d’un filtre polarisant ou gris neutre se montrera utile pour diminuer la luminosité.

5 idées de mouvement intentionnel pour créer des images artistiques

1-Mouvement « je tremblote »

Cette technique consiste à bouger votre boitier durant le temps de pose afin d’obtenir un effet abstrait. L’idée est de provoquer de petits mouvements saccadés de gauche à droite, comme si vous grelotiez.

Truc : Faites divers tests, j’ai constaté qu’une vitesse entre 1 seconde et 1/8 sec me permet de créer des images à saveur plus abstraite.

2-Mouvement « filé »

Plus connue sous le nom de panning, cette technique vise à photographier un sujet en mouvement. Choisissez le mode priorité vitesse (Tv pour Canon, S pour Nikon), et sélectionnez une vitesse relativement lente (1/30 – 1/60) selon le déplacement du sujet.

La profondeur de champ n’a pas d’importance puisqu’il sera flouté. Ajustez vos ISO au besoin.

Truc : l’astuce est de suivre le sujet en mouvement et de déclencher en même temps.

Photographiez en rafale pour assurer votre réussite.

3-Mouvement « zooming »

Mouvement intentionnel - Explozoom, zooming

Cette technique ajoute un effet explosif à vos images. Utilisez un zoom et, lors de la prise de vue, effectuez un changement de focal. Partez du plus grand au plus petit (200 mm à 70 mm, par exemple). Pour avoir suffisamment le temps de compléter le mouvement, assurez-vous d’avoir une vitesse très lente (1/5 sec à 2 secondes). Expérimentez.

Truc : Soyez à l’affut de contraste notable, pâle versus foncé, ou de couleurs intéressantes. L’utilisation d’un trépied peut s’avérer utile.

4-Mouvement « je tourne en rond »

Très jolie comme rendement, cette technique trace des ronds dans votre image. La procédure consiste à maintenir l’appareil photo et, lors de la prise de vue, à dessiner des ronds. Encore une fois, une longue exposition permettra d’obtenir des effets plus marquants.

5-Mouvement « en ligne droite »

Pour cette technique, choisissez un boisé clairsemé où l’on distingue bien les troncs d’arbres. Il suffit de vous placer devant votre sujet et, dans un mouvement de haut vers le bas, vous déclenchez. Évitez les pans de ciel filtrant entre les arbres, ils occasionnent des zones surexposées qui distraient le regard. Vous obtiendrez des effets divers selon l’essence des arbres.

Truc : vous pouvez utiliser un trépied pour cette prise de vue, en effectuant les ajustements pour qu’il puisse bouger uniquement de haut en bas.

Vous pouvez provoquer un mouvement en diagonale et créer des lignes qui évoquent vraiment des coups de pinceau. 🙂 ↓↓↓

Comme vous pouvez le constater, ces techniques sont relativement simples, encore faut-il réussir à capter LA bonne image. La clé du succès est d’essayer encore et encore… sans vous étourdir. Hihi !

Comment réussir un joli bokeh

Comment réussir un joli bokeh

Puisque novembre est plus ou moins inspirant, pourquoi ne pas apprendre une nouvelle technique. Que diriez-vous d’ajouter romantisme et féerie à vos photos ? Intéressé ? Si on parlait bokeh ?

Le bokeh (prononcer boké) est un effet que j’adore. Sans ménagement. Ce terme vient du japonais qui signifie « flou ». Sa caractéristique procure à l’image un arrière-plan flou qui met en valeur le sujet principal. Son effet est particulièrement plaisant.

Sa qualité artiste charme notamment les photographes de portrait, mais vous pouvez en abuser comme bon vous semble. En macrophotographie, l’effet procure aux images une touche de magie (sans ajout de poudre de perlimpinpin). 😉

Voici trois types de bokeh :

  • L’arrière-plan est totalement flou, doux et sans distinction de formes précises, ni de rondelles de lumière. Le sujet principal se détache de l’arrière-plan (flouté à souhait) et ne nuit pas à la lecture de l’image.

Comment réussir un joli bokeh

  • L’arrière-plan est flouté, mais il y a suffisamment de profondeur de champ pour qu’on puisse distinguer les éléments.

Comment réussir un joli bokeh

  • L’arrière-plan est constellé de rondelles de lumière créées par les lamelles composant le diaphragme de l’objectif. Plus l’ouverture sera grande (f/petit chiffre), plus la forme des rondelles sera arrondie.

Comment réussir un joli bokeh

Astuces pour réaliser un joli bokeh

Ce n’est pas sorcier, vous allez voir, en quelques clics vous serez en mesure de reproduire la même magie que moi.

Choisissez le bon objectif

N’importe quel objectif peut faire l’affaire, mais les objectifs fixes avec de grandes ouvertures (f/1.8 – 2.8) offrent une plus belle qualité de bokeh. Notez que les objectifs macros, avec la possibilité de photographier de très près, peuvent produire de superbes bokeh. Les téléobjectifs sont également intéressants.

Sélectionnez la bonne ouverture => la plus grande possible

Optez pour la plus grande ouverture de votre objectif. Si l’ouverture maximale est de f/3.5 (ou 5.6), choisissez cette ouverture. Si votre objectif s’ouvre davantage (f/1.8 ou 2.8) , c’est encore mieux, l’effet sera plus doux.

Rapprochez-vous de votre sujet

Plus vous serez près de votre sujet, plus la profondeur de champ sera réduite et plus l’arrière-plan sera flou. Vous obtiendrez ainsi un joli bokeh.

Éloignez l’arrière-plan de votre sujet

Faites en sorte que l’arrière-plan soit éloigné de notre sujet. Pas toujours évident, je sais, parfois le fond ne peut pas se déplacer comme on veut. Mais avec de petits pas de danse à gauche, à droite, en haut, en bas, on peut changer notre perspective et faire de petit miracle. Gardez tout de même un œil sur le fond, au cas où…

Favorisez la bonne lumière

Une douce lumière se filtrant à travers le feuillage d’un arbre ou tout autre élément se transformera en rondelles de lumière dans votre photo.

Intégrez des gouttes de pluie ou la rosée du matin

Élément par excellence pour créer de jolie bokeh ! Vous possédez un objectif macro, et il y a de la rosée sur votre parterre ?

Qu’attendez-vous, il est temps d’aller vous amusez !

Bonne semaine tout le monde ! 🙂

 

 

Combiner la photographie à la méditation pour en retirer les bienfaits

combiner la méditation à la photographie

Avez-vous déjà songé à combiner la photographie à la méditation ? Bizarre comme suggestion, n’est-ce pas ? Comment deux disciplines, complètement à l’opposé, la première prônant un esprit méthodique et l’autre la pleine conscience peuvent, lorsque fusionné ensemble, engendrer une activité riche en expérience.

Vous sourcillez ? Laissez-moi vous expliquer.

La photographie de par son processus créatif, nous pousse à nous ancrer dans le moment présent. Toujours. Nous pouvons anticiper, attendre, observer, mais à l’instant même où nous pesons sur le déclencheur, c’est le présent qui domine. Parfois, au 1/8000 de seconde !

Ainsi, quand on s’autorise à ralentir, à prendre le temps d’observer, de contempler, de connecter avec notre sujet, la photographie devient une forme de méditation. Les soucis que nous avions hier et ceux (non manifestés) de demain s’évanouissent. Ça, c’est le top !

Vous me voyez venir, n’est-ce pas ?

Les tendances actuelles parlent beaucoup des bienfaits de la méditation. Peut-être l’avez-vous déjà expérimenté, sans grand succès. Vider son esprit, quand le p’tit hamster roule à 100 km à l’heure, c’est une tâche laborieuse. J’en sais quelque chose.

Y’a toujours une pensée (ô combien utile 😛 ) qui s’infiltre sournoisement. Grrr !

Or, la pratique de la méditation accueille le calme, et celle de la photographie procure de la joie. On est d’accord ? Et si l’on jumelait les deux disciplines pour obtenir un heureux cocktail vitaminé.

Aparté

À noter que si vous avez le moral à plat, pour diverses raisons, votre couple s’écroule, un proche mène son dernier combat, vous avez perdu votre emploi… anéantissant ainsi toute source de motivation (et que la photographie devient le moindre de vos soucis), cette technique vous aidera à retrouver un sens à votre vie intérieure.

Accordez-vous du temps, juste pour vous, pour retrouver la joie. Pour ressentir ce délicieux bienêtre. Ne serait que 15 minutes.

Méthode simple pour combiner la photographie à la méditation :

combiner la méditation à la photographie

1-Choisissez un endroit où vous serez confortable

Tout d’abord, établissez un endroit où vous vous sentirez à l’aise. Un lieu où vous n’aurez pas à vous soucier du regard des autres, et où vous pourrez vous abandonner librement.

Si vous êtes confortable dans les rues de la ville, choisissez cette destination. Si toutefois, un parc ou le jardin arrière de votre demeure est davantage votre tasse de thé, allez-y.

L’important est que vous puissiez vous y recueillir.

2-Équipement : l’utilisation d’un objectif macro (si possible)

Au fil de mes expériences, j’ai constaté que l’utilisation d’un objectif macro facilite la connexion avec le sujet à photographier. Le fait d’explorer l’infiniment petit stimule notre regard et nous aide à garder le focus.

Plongées au cœur des lignes abstraites, nous en oublions le contexte général de la scène, et nous pouvons créer plus facilement.

À défaut de cet équipement macro, dotez-vous d’un autre objectif, celui de votre choix, mais rapprochez-vous le plus près possible du sujet.

Sachez que des bonnettes d’approches vous permettront de gagner quelques centimètres.

combiner la méditation à la photographie

3-Tapis de sol pour être confortable

Comme il est possible que vous restiez longtemps immobile, il est judicieux de protéger vos genoux (ou son postérieur) à l’aide d’un tapis de sol. 😉

4-Prenez votre temps

C’est la clé, il n’y a rien qui presse. Vous pouvez passer 20 minutes sur le même sujet, si vous en avez envie. Déplacez-vous au besoin, un peu à gauche, à droite, prenez le temps de vraiment re-gar-der. C’est ce qui vous permettra d’atteindre cet état méditatif.

Et, par la même occasion, de mieux voir. Cool, non ?

5-Regardez à travers l’objectif sans détacher votre regard du viseur

Conservez le contact visuel en maintenant votre regard contre le viseur. Les bords du cadre feront office d’œillère, vous évitant ainsi toute distraction inutile.

De plus, le changement d’un micro mouvement sera plus facile à percevoir sur la scène à photographier, si vous ne la quittez pas des yeux.

combiner la méditation à la photographie

6-Ouvrez le diaphragme au maximum (f/petit chiffre)

De cette façon, vous serez assuré que ce que vous voyez dans le viseur, ou sur l’écran LCD, est exactement ce que vous allez photographier sur le capteur. De plus, la faible profondeur de champ généré (combiné à une prise de vue le plus près possible du sujet) procurera une image remplie de douceur.

7-Ne cherchez pas la perfection

Voici l’ultime conseil. Ne cherchez pas à créer une image extraordinaire. Le but ici est de connecter avec le sujet, de plonger dans un processus délicieux et libérateur.

Je vous souhaite un bon moment zen ! 😉

10 idées lumineuses pour de belles photos d’automne

10 idées lumineuses pour de belles photos d’automne

L’automne arrive à grands pas ! Quoiqu’ici, en Estrie (au Québec) c’est un peu au ralenti, à cause des nuits chaudes que nous avons eues pendant les trois dernières semaines. Mais on ne s’en plaindra pas. Ça nous laisse le temps de nous préparer (mentalement) aux températures plus fraîches (lire froide) et aux journées qui raccourcissent. Eh oui, l’été est officiellement terminé ! *soupir*

Le Québec est l’endroit rêvé pour admirer les paysages d’automne. Sachez que l’évolution flamboyante des couleurs varie selon les essences d’arbres et les régions, plus vous irez au Nord, plus le changement se fera tôt en saison.

⇒ Carte illustrant l’évolution des couleurs

10 idées lumineuses pour de belles photos d’automne

Or, les arbres commencent à se parer de couleurs automnales, du rouge par ci, du jaune par là. C’est joli comme tout ! Bientôt, le panorama s’enveloppera de teintes flamboyantes, chatouillant notre âme de randonneur… ou de photographe. La pulsion de croquer de splendides photos d’automne s’empare de nous.

J’ai des envies d’évasion, tout à coup ! Qui m’accompagne ?

Voici 10 idées pour de belles photos d’automne pleines de magie !

1- Pensez panorama

panorama - belles photos d'automne

Prenez le large et partez à la conquête des panoramas à couper le souffle.

-⇒ Endroits fantastiques pour admirer les paysages d’automnes

Profitez de la lumière matinale ou de fin de journée, évitez la lumière du midi où les contrastes sont trop élevés. Les journées nuageuses offrent également de belles occasions photographiques, ne les négligez pas. Si le temps est couvert, vous pourrez bénéficier d’une douce lumière TOUTE la journée.

Astuce compo : évitez d’inclure un pan de ciel blanc, il aurait pour effet d’attirer le regard, à moins qu’il ne soit chargé de nuages dramatiques.

Dans votre sac photo, apportez un grand-angle et choisissez une petite ouverture (f/11-16-22) afin de photographier avec netteté tous les éléments de votre composition.

2 – Privilégiez le matin

Privilégié le matin - belles photos d'automne

Les matinées dégagent une atmosphère particulière, la brume nimbe le paysage d’un voile de mystère et le givre ajoute une délicate dentelle à vos photos macro. Servez-vous d’un polarisant pour éliminer le moiré du feuillage et faire ainsi ressortir les couleurs. De plus, il intensifiera le bleu du ciel.

3- Accordez de l’importance aux détails

Détails - Belles photos d'automne

Servez-vous d’un objectif macro ou d’un téléobjectif (200mm +) pour isoler les détails. Soyez attentif aux gouttes de pluie, à la forme des feuilles, aux branches, aux champignons, aux contrastes de couleur, aux motifs répétitifs.

Immobilisez-vous par moment, prenez le temps de regarder, d’observer, afin de voir ces menus détails qui échappent à votre regard. 😉

4- Jeu de reflet

Reflet - Belles photos d'automne

Les lacs, les étangs et les mares offrent un miroir sans pareil pour les coloris d’automne. Vous pouvez isoler un sujet qui s’y reflète, ou décider d’inclure une partie du paysage. Vous avez l’embarras du choix !

5 – Bokeh

Bokeh - Belles photos d'automne

Ce terme désigne le flou artistique d’un arrière-plan sur lequel se détache clairement un sujet. Il est réalisé par le choix d’une grande ouverture  (f/petit chiffre) produisant une faible profondeur de champ.

Pour optimiser vos bokeh, approchez-vous de votre sujet, optez pour une grande ouverture et d’une longue focale.

Si des éléments lumineux apparaissent en arrière-plan, vous obtiendrez en bonus de jolies rondelles de lumière. Yéééé !

6 – Ajoutez un effet étoilé à vos photos d’automne

Effet étoilé - Belles photos d'automne

On me demande souvent : comment réaliser l’effet étoilé ? C’est très simple, vous allez voir. Il s’agit de choisir une petite ouverture (f/11-16 – 22) et de positionner le soleil derrière l’arête d’un objet, notamment une feuille. Remarquez que l’effet sera plus prononcé avec un grand-angle.

Devant la scène à photographier, déplacez-vous (en plissant les yeux légèrement) jusqu’à ce que le soleil (caché derrière un feuillage, par exemple) se transforme en petite étoile et déclenchez.

Vos photos d’automne auront un clin d’œil scintillant !

7 – Lumière en contre-jour

Lumière contrejour - Belles photos d'automne

Si le soleil est de la partie (et c’est ce que l’on souhaite, n’est-ce pas ?), songez à prendre quelques photos à contre-jour. La lumière fera ressortir la transparence du feuillage richement coloré. De plus, les troncs d’arbre et les branches tortueuses deviendront des silhouettes chinoises.

Vos photos d’automne auront un petit air asiatique. ^^

Astuce techno : pensez à compenser votre exposition de -1 stop, ou à utiliser la mesure spot, pour ne pas surexposer votre photo.

8 – Changez votre point de vue

Changez votre point de vue - Belles photos d'automne

Variez votre perspective, ne vous contentez pas de la photo à la hauteur des yeux. C’est monotone.  Bougez, à gauche, à droite, au ras du sol, regardez en haut, en bas, explorez votre environnement sur toutes ses coutures.

Couchez-vous par terre, s’il le faut ! 😉

9 – Peindre à la Monet

Peindre à la Monet - Belles photos d'automne

Ne vous privez pas de sortie les journées de grand vent, tirez profit de la situation en choisissez une longue exposition (1 sec et plus). Et créez ainsi des effets de flou de bougés fort intéressant.

Ou encore, lors du déclenchement, bougez volontairement votre appareil. En tournant, en zigzaguant, en zoomant, en tremblotant, toutes les méthodes sont bonnes. Soyez créatif. Ceci vous fera des photos d’automne vraiment originales.

Astuce techno : Diminuez les ISO au minimum, optez pour une petite ouverture (f/22) et, le cas échéant, ajoutez un filtre polarisant ou un filtre neutre pour réduire la luminosité.

10 – Improvisez votre propre mise en scène

Improvisez - Belles photos d'automne

Lors de votre balade, cueillez une jolie feuille rouge et ajoutez là à votre composition. Vous pouvez la déposer sur des fougères, sur un sentier, un banc, un objet à votre choix.

Bref, là où vous voulez, c’est vous le maître !

Je vous souhaite de superbes photos d’automne.

Pssst! La semaine prochaine, je vous expliquerai comment fusionner deux images ensemble. 😉

 

 

 

error: Ce contenu est protégé.