Macrophotographie, Proxy, Plan rapproché : Quelle est la différence?

macrophotographie, proxy

La macrophotographie nous ouvre une multitude de possibilités. Presque imperceptible à l’œil nu. Dit de cette façon, ça peut paraitre paradoxal. Nous ne sommes quand même pas aveugles à ce point. Évidemment, non. Sauf que la macrophotographie, c’est l’art de photographier l’infiniment petit qui échappe à notre vision normale.

Dans cette discipline photographique, on retrouve également la photo proxy, diminutif de photo à proximité (ou photo de près). On parlera alors de plan rapproché, ou de gros plan.

Mais comment se retrouver dans tout ce jargon technique?

Quelle est la différence entre photo macro et photo proxy? C’est que nous allons voir ensemble.

Qu’est-ce que la macrophotographie) ?

macrophotographie, proxy

Grâce à un équipement spécialisé – objectif macro, bonnettes d’approche, soufflet ou ajout de tubes allonges – cette technique permet de photographier des sujets de petite taille avec un rapport de grandissement de 1:1 (taille réelle) jusqu’à 10:1 (dix fois plus gros que la taille réelle).

Vous seriez en mesure de photographier le cœur d’une fleur et capter la complexité de ses pistils. Par ailleurs, vous pourriez saisir une abeille en train de butiner et discerner le poil qui recouvre son thorax, ou encore, voir la texture étonnante des ailes d’un papillon.

Qu’est-ce que la photo proxy?

macrophotographie, proxy

Similaire à la photo macro, la photo proxy (photo de près) constitue une technique qui permet de capter de petits détails, sans toutefois obtenir des plans aussi près qu’en macrophotographie. Le facteur de grandissement (voir note plus bas) sera davantage de l’ordre 2:1, voire 3:1.

L’ensemble de la composition comporterait un cadrage plus large qu’en macrophotographie. Le sujet présenté apparaitrait dans son environnement naturel. Le détail étonnant des ailes du papillon vous échapperait, mais seriez en mesure de nous montrer le spécimen perché sur la tige d’une fleur.

Une note sur le grandissement

Le grandissement est le degré de grossissement qu’un objectif est en mesure d’effectuer. Le grossissement est déterminé par la longueur focale jumelée par la distance de mise au point minimale de l’objectif. Ainsi, plus vous pouvez vous rapprocher de votre sujet, plus le grossissement est important.

Par ailleurs, la distance de mise au point minimale est plus importante que la longueur focale pour déterminer le grandissement. Par exemple, si vous avez deux objectifs, un de 24 mm et un autre de 50 mm, et que la distance de mise au point la plus proche est de 50 cm pour les deux, l’objectif de 50 mm aura le plus grand rapport de grandissement.

Par contre, si l’objectif de 24 mm a une distance de mise au point de 15 cm, l’objectif de 24 mm a le plus grand rapport de grandissement, car vous pourriez vous rapprocher beaucoup plus près de votre sujet.

Plein cadre (FF) versus capteur crop (APS-C)

L’avantage de faire de la photo macro avec un boitier crop (APS-C), c’est que la valeur de grandissement apparent sera plus grande que sur un boitier plein cadre (FF). Le sujet paraitra plus gros parce que l’image enregistrée remplit davantage le capteur. Notez que le grossissement de l’objectif n’a pas changé, mais le grossissement semble être plus important en raison du crop factor.

Par conséquent, si vous désirez être très près d’un sujet, vous pouvez  utiliser judicieusement cet effet de grossissement avec un boitier crop, au lieu d’un boitier plein cadre.

Le matériel

Pour ma part, je possède un objectif Nikkor 60 mm macro f/2.8 (pour mon boitier crop) et un Sigma 105 mm macro f/2.8 (pour le boitier FF). J’aime le piqué des deux, mais je préfère la légèreté du 60mm. Par contre, la focale 105mm me permet de flouter davantage les arrière-plans, ce qui est fort avantageux pour mettre en valeur le sujet.

Si vous désirez en savoir plus sur le matériel :

⇒ Voici un article intéressant chez Nikon Passion ⇐

⇒ Macrophotographie accessoires pour débutant ⇐

macrophotographie, proxy

J’espère que cet article vous aidera à mieux comprendre les subtilités du monde de la macrophotographie.

Post-traitement : traiter ou pas vos photos?

Déplacez la ligne du milieu pour visionner le avant/après

 

À l’époque de l’argentique, la question du post-traitement ne se posait même pas. Nous avions un négatif, il fallait donc passer par une chambre noire pour obtenir nos images. À l’aire du numérique, on est devenu frileux à l’idée de traiter une image, comme si c’était un sacrilège. Comme si la compression des informations, contenu dans le boitier, était suffisante et ne demandait aucune autre intervention de notre part, laissant notre vision se terminer au moment du déclenchement. Je prends ma photo et boom, c’est terminé!

Ceci occasionne des hauts et des bas : parfois, les photos captées sont à la hauteur de nos attentes, d’autres fois, elles sont totalement décevantes…

Mon opinion personnelle sur le traitement photo

Pour ma part, j’aime avoir le contrôle jusqu’à la toute fin. C’est-à-dire à partir de la prise de vue jusqu’au développement de l’image dans un logiciel de traitement d’image. Il faut dire que je photographie en RAW (un fichier vierge qui nécessite un traitement), donc je n’ai pas le choix. Oh, je pourrais prendre mes photos en format JPEG et me simplifier la vie (car, oui, traiter des photos c’est complexe), mais je préfère de loin m’amuser et finaliser moi-même mes images.

En somme, j’aime pouvoir transposer ce que je ressens dans une photo, et amener l’œuvre dans une direction qui reflète ma vision artistique.

Post-traitement : doit-on traiter ou pas vos photos?

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. Le choix vous revient. Si vous m’aviez formulé cette question il y a quelques années, je vous aurais répondu que le post-traitement est un must. Et j’aurais été catégorique. Mais après 4 années d’animation de la randonnée photo auprès de plusieurs photographes amateurs, mon opinion a changé.

Elle s’est transformée pour s’adapter à votre réalité.

La plupart d’entre vous n’avez pas de logiciel de traitement d’image, et vous vous débrouillez avec les moyens du bord. Certaines personnes sont amplement satisfaites des résultats, d’autres manifestent leur curiosité pour le post-traitement, mais ignore quel logiciel utiliser.

 

Déplacez la ligne du milieu pour visionner le avant/après

Pourquoi faire du post-traitement?

Quel est l’intérêt de faire du post-traitement, me direz-vous? Il existe diverses raisons, ce n’est pas nécessaire d’être hyper compliqué, souvent un petit ajustement suffit à rehausser l’apparence générale d’une image.

Voici quelques exemples :

  • Une partie de votre image est sous-exposée et vous aimeriez faire ressortir davantage les détails.
  • Vous avez pris des photos à l’intérieur et les photos ont une affreuse dominante orange. Une balance des blancs rétablirait les tons.
  • Votre ciel, couvert de nuages cotonneux, manque de texture.
  • Le centre d’une jolie fleur est sous-exposé, un léger post-traitement illuminerait les pistils et les mettrait en valeur.
  • Le contraste général de l’image est fade, un petit coup de fouet lui ferait du bien.
  • Les couleurs ne sont pas aussi éclatantes que celles perçues lors de la prise de vue.

Déplacez la ligne du milieu pour visionner le avant/après

Est-ce compliqué faire du post-traitement?

Oui et non. Évidemment, comme toute nouvelle technologie, il faut apprendre à la connaitre, une étape à la fois. Il est sage de s’initier à un logiciel simple pour débuter. Si vous êtes novice en la matière, n’entreprenez pas de traitement d’image avec Photoshop, vous allez vous arracher les cheveux. L’interface est assez complexe et demande une bonne dose de pratique pour s’y retrouver. Mais demeure l’un des logiciels les plus complets pour le traitement et la retouche d’image.

Commencez plus petit, un pas à la fois. Lightroom est une alternative intéressante, mais un peu complexe. Vous avez la possibilité d’en faire l’essai gratuitement pendant 15 jours, et voir si vraiment vous voulez investir dans ce logiciel.

Note : Vous devez avoir la version récente de Windows, sinon il ne sera pas compatible.

Essayez Lightroom

Sur le web, retrouverez une foule de tutoriels avec Julianne Kost, artiste digital.

Tutos Lightroom avec Julianne Kost

Autre possibilité, il y a également Gimp que vous pouvez installer sur votre ordinateur et il est GRATUIT. 😀 Notez qu’il est également complexe, toutefois  avec de la patience et la pratique vous allez le maitriser.

Essayez Gimp.com

Tuto sur l’installation et l’utilisation de Gimp

traitement photo, post-traitement

5 Logiciels de traitement d’image en ligne sans téléchargement

Vous n’avez aucun logiciel de retouche? Mais vous aimeriez expérimenter le traitement d’image sans dépenser une fortune, ou acheter l’abonnement d’un an (pour la licence Photoshop). Que faire?

J’ai quelques alternatives à vous suggérer.

Voici 5 sites de retouches photo en ligne gratuits : certaines applications sont payantes, à ce moment-là vous avez une petite icône qui apparait. Le mieux est d’expérimenter, de jouer avec les curseurs pour voir les résultats et, ainsi, vous familiariser avec les différentes possibilités.

Sites pour redimensionner vos images :

Voilà, j’espère que ce survol sur le développement d’image vous donnera un guide, vous incitera à explorer une avenue peut-être encore inconnue. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises méthodes, il n’y a que votre vision qui compte. Expérimentez, amusez-vous et voyez les résultats se déployer devant vous.

Et vous, chers lecteurs(trices), est-ce que vous traiter vos photos, ou pas?  Quel logiciel utilisez-vous?

 

 

6 Points Essentiels à Connaitre pour Maitriser votre Appareil Photo

6 points essentiels à connaitre pour maitriser votre appareil photo

Pour réussir des images qui vous tiennent à cœur et qui reflètent votre personnalité, il est essentiel de connaitre votre appareil photo. Que vous ayez fait l’acquisition d’un nouveau réflex ou que vous possédiez le vôtre depuis quelque temps, vous trouverez dans cet article 6 points essentiels à connaitre pour maitriser votre appareil photo numérique.

Au début, on peut se sentir perdu par toutes les possibilités qu’offrent les APN. Pas étonnant, le menu n’en finit plus de défiler et les options sont illimitées, c’est la beauté (ou l’enfer) du numérique. Par où commencer?

Simplifions et revenons à la base, comme à l’époque de l’argentique où les appareils, par leur simplicité déroutante, nous amenaient à l’essentiel.

6 points essentiels à connaitre pour maitriser votre appareil photo

6 points essentiels pour maitriser votre appareil photo

1.La sensibilité ISO

Les ISO sont une unité de mesure de la sensibilité de votre capteur à la lumière. Or, dans votre boitier vous avez la possibilité de régler ce paramètre. Il s’adapte aux différentes conditions de lumière. Vous pouvez sélectionner le mode automatique ou, pour plus de contrôle, décider vous-même de la valeur de la sensibilité ISO.

La sensibilité se mesure sur une échelle allant de 50 à 3200, et même davantage.

  • Plus le chiffre est petit, plus le capteur sera insensible à la lumière. Concrètement, il faudra beaucoup de lumière à votre capteur pour produire une photo.
  • À l’inverse, plus le chiffre est grand, plus le capteur sera sensible à la lumière, moins il aura besoin de lumière pour compléter le processus.

Avantage : situation en lumière faible, vous pouvez hausser les ISO pour augmenter votre vitesse.

Aide mémoire : Un ISO de hautes sensibilités (800 et plus) est dit rapide, alors qu’un ISO de basses sensibilités (50) est dit lent.

  • 100 ISO : sensibilité à utiliser en plein jour, au soleil
  • 250 ISO : sensibilité à utiliser sous un ciel couvert, nuageux
  • 400 ISO : sensibilité à utiliser en intérieur ou dans une forêt sombre
  • 800 ISO : sensibilité à utiliser pour les spectacles
  • 1600 ISO : sensibilité à utiliser la nuit

    2. Les ouvertures de mon objectif

L’ouverture est simplement la taille du diamètre du diaphragme qui s’ouvre pour laisser circuler la lumière au travers de l’objectif.

Mais l’ouverture du diaphragme a aussi une forte incidence sur un autre paramètre important : la profondeur de champ. Il s’agit de la zone de netteté de l’image qui se trouve devant et derrière le sujet. Au-delà de cette zone, l’image devient plus ou moins floue.

À retenir : notez que plus l’ouverture est grande, plus la valeur du « f/ » est petite, plus la lumière qui voyage à travers le diaphragme est importante, et plus la profondeur de champ (point suivant) est réduite, la zone de netteté sera moins importante.

Et, à l’inverse, plus la valeur du « f/ »  est grand, moins la lumière circule à travers l’ouverture de l’objectif. C’est une petite mécanique à intégrer, mais qui s’acquière très rapidement.

Ouverture, diaphragme de l'objectif

Astuces

Petit chiffre (f/2) = PDC réduite, il y a 2 éléments nets dans l’image.
Moyen chiffre (f/8) = PDC modérée, il y 8 éléments nets.
Grand chiffre (f/16) = PDC amplifiée, il y a 16 éléments nets.

 

Comprendre son appareil photo, profondeur de champ

3. Comprendre la profondeur de champ (PDC)

La profondeur de champ est un terme photographique qui désigne la zone de netteté acceptable en avant et en arrière de l’endroit où la mise au point est effectuée.

En d’autres mots, quand on fait la mise au point sur un point particulière, une partie de l’espace située devant et derrière ce point, selon l’ouverture choisie, sera nette. La partie nette se nomme « profondeur de champ ».

La maitrise de la profondeur de champ est essentielle en photographie créative. En utilisant une profondeur de champ très courte, on isolera le sujet par rapport à l’arrière-plan flou et estompé.

En ayant recours à une ouverture très petite, comme ƒ/16, on obtiendra le premier plan et l’arrière-plan nets, ce qui permettra par exemple de mettre en valeur une relation entre les sujets.

À retenir : L’objectif utilisé a également une incidence sur la profondeur de champ. Un téléobjectif a une PDC plus faible qu’un objectif standard 50 mm, tandis qu’un objectif grand-angle possède une PDC plus grande qu’un objectif standard 50 mm avec le même réglage d’ouverture.

Profondeur de champ, 6 points essentiels à connaître pour maitriser votre appareil photo

Astuces

f/4 – f/5,6 : sera choisi pour le portrait afin d’isoler le sujet.

f/8 : à utiliser lorsque la PDC n’a pas d’importance.

f/11 – f/16 : utile pour les photos de paysage pour une bonne PDC.

4. La vitesse d’obturation

La vitesse d’obturation détermine la durée d’exposition du capteur. Elle s’exprime en fractions de seconde. Outre le fait de jouer sur la quantité de lumière imprégnant le capteur, obtenant une photo plus ou moins claire / sombre, la vitesse permet de contrôler le rendu du mouvement des sujets (le figer ou non).

Vitesse de l'obturateur

Aide mémoire : La vitesse d’obturation, c’est le temps pendant lequel l’obturateur s’ouvre au déclenchement. Si vous préférez la métaphore de la fenêtre : le temps pendant lequel vous ouvrez la fenêtre.

Cette vitesse s’exprime en secondes, et plus communément en fractions de sec. C’est le temps pendant lequel l’obturateur s’ouvre au déclenchement et s’expose à la lumière. En secondes : 1/125s, 1/3200s, etc.

Plus la vitesse est élevée, moins le temps pendant lequel vous ouvrez la fenêtre est long, moins vous laissez rentrer de lumière. Ainsi, vous laisserez rentrer plus de lumière à 1/125ème de seconde qu’à 1/3200ème de seconde, par exemple.

5. Mode de prise de vue (A-Av ou S-Tv)

Reste encore à savoir quels réglages sont nécessaires en fonction de la scène à photographier. La cellule (ou posemètre) de votre appareil est là pour vous guider.

Si vous choisissez le mode A – Av (Aperture – priorité à l’ouverture) l’appareil se chargera de coupler la bonne vitesse.

Si vous aimez mieux la vitesse, choisissez le mode S – Tv (Speed – priorité à la vitesse), l’appareil choisira l’ouverture appropriée.

 

maitriser son appareil photo, 6 points essentiels à connaitre

6. La balance des blancs (WB-white balance)

Voici un paramètre souvent négligé (ou méconnu), mais relativement facile à comprendre. Ce qu’il faut savoir c’est que chaque type de lumière a une dominante de couleur différente; celle du jour est blanche, alors qu’à l’ombre vous aurez une dominante bleutée, les ampoules électriques émettent une lueur orangée. Ce détail nous échappe, car le cerveau s’adapte et corrige l’information.

Or, une fois ce paramètre ajusté, vous êtes assuré que les zones blanches de votre image soient vraiment… blanches. Et non pas teintées de rouge, de vert ou de bleu.

Le mode automatique donne généralement de bons résultats.

balance des blancs

Aide mémoire

  • ISO: entre 50 et 3200 (et plus), sensibilité de votre capteur.
  • Ouverture: entre f/1.8 et f/32, détermine la profondeur de champ et l’apport de lumière.
  • Profondeur de champ: zone de netteté située devant et derrière le sujet.
  • Vitesse d’obturation : détermine la durée d’exposition du capteur.
  • Mode de prise de vue: mode A-Av, priorité ouverture ou S-Tv, priorité vitesse.
  • WB (balance des blancs): choisissez le mode auto ou selon la lumière disponible.

Voilà! J’espère que ce petit tuto vous aidera à mieux comprendre votre appareil photo et à oser sortir du mode automatique. 😉 Qu’en pensez-vous?

 

 

21 Incroyables Bienfaits que Procure la Photographie dans votre Vie!

21 Bienfaits que Procure la Photographie

« La photographie change le regard que nous portons sur le monde et nous force à regarder la beauté qui existe déjà autour de nous et que ne nous voyons plus. » ~ Marie-Charlotte du blog D’ici & D’ailleurs

Quels sont les bienfaits que procure la photographie? Ils sont multiples. De prime abord, quand on pense à la photographie, on songe immédiatement à l’aspect technique. Apprendre à connaitre son boitier, à s’adapter au numérique, à maitriser les logiciels de traitement d’image et touuuute la complexité que génère ce type de médium. Ouf!

Outre le fait d’être technique — et complexe par moment (je vous l’accorde) —, vous pouvez bénéficier de plusieurs bienfaits qui apporteront une sérénité dans votre quotidien, et vous permettront de développer des qualités et des habiletés que vous n’auriez peut-être pas soupçonnées.

21 Bienfaits que Procure la Photographie

1. Insuffle un sentiment de plaisir

Le plaisir est l’un des premiers bienfaits que procure la photographie. Tout le processus relié à l’activité, la prise de vue, le contact avec notre environnement, la relation que nous établissons avec notre sujet, le visionnement des images et le partage contribuent à hausser notre sentiment de bonheur.

⇒ Pourquoi prendre des photos rend heureux ⇐

2. Permet de focaliser sur le moment présent

La photographie de par son processus d’analyse et de contact visuel avec le sujet, nous amène à être présent dans l’ici et maintenant. Toutes nos pensées sont focalisées sur ce qui se passe à l’instant précis, attentif à ce qui nous entoure, pour ne rien manquer. 😉

3. Favorise la pleine conscience

Dans un monde sans cesse à la course, la photographie nous invite à ralentir et à ressentir ce qui se passe non seulement à l’extérieur, mais aussi en nous. Et à vivre pleinement le moment qui nous est accordé.

4. Ouvre les yeux sur le quotidien

Votre environnement vous parait banal? Adonnez-vous à la photographie pendant quelques jours et vous constaterez le bienfait qu’il vous apportera. Vous porterez davantage attention aux menus détails, votre regard s’épanouira et votre perception se modifiera. Ne soyez pas surpris si l’ordinaire devient tout à coup… extraordinaire.

5. Favorise la découverte de son environnement

Regarder à travers un objectif incite à voir le monde d’un autre œil, à l’affut de lieux ou de gens à photographier. Par ailleurs, les objets oubliés, parce que vous ne les considérez plus, auront un attrait renouvelé et deviendront des sujets de prédilection pour votre passetemps.

21 Bienfaits que Procure la Photographie

6. Éveille l’attention et accroît la concentration

Novice ou avancé, votre attention est toujours sollicitée. Que vous soyez à l’affut de forme ou de ligne, d’une lumière à capturer, ou d’un sujet à mettre en valeur, vous déployez une concentration soutenue, stimulant ainsi votre niveau de perception visuel.

7. Chasse les soucis quotidiens

Les bienfaits de la photographie peuvent atténuer nos préoccupations. Les problèmes quotidiens, sans qu’ils soient monstrueux, bousillent parfois le moral. Une façon simple et efficace de réduire ce stress est d’effectuer une sortie photo d’une quinzaine de minutes. Votre attention sera dirigée ailleurs, et très vite vous oublierez vos préoccupations. Vous serez le premier à vouloir prolonger votre activité. 😉

8. Procure une grande détente

Un autre bienfait que procure la photographie est la détente. Après avoir fait une série d’images, pour le plaisir (et non pour réussir la photo trophée du jour), votre niveau de stress diminue et peu à peu un bienêtre s’installe. Les tensions sont relâchées, et votre corps ressentira une détente salutaire.

9. Cultive votre sens de la beauté

Au fil de vos sorties photo, vous observez votre environnement d’un autre œil, votre regard s’aiguise. Vous portez attention et apprenez à mieux voir, à apprécier aussi. Or, ce qui au premier abord vous apparaissait intéressant devient tout à coup digne d’intérêt.

10. Éveille la curiosité

Vous aurez envie d’explorer des lieux ou des sujets moins connus. Votre soif d’apprendre vous poussera à parcourir différentes avenues, à visiter des régions encore inconnues, afin d’élargir votre expérience.

21 Bienfaits que procure la photographie

11. Améliore la mémoire

Avouons-le, la photographie nous incite à apprendre de nouvelles techniques et connaitre les paramètres disponibles sur nos appareils. Ce faisant, elle fait travailler nos méninges et stimule notre masse cérébrale. Un bienfait inestimable!

⇒ Comme le démontre une étude publiée dans la revue Psychological Science ⇐

12. Votre sens de l’anticipation s’affine

Si vous faites de la photo d’action, vous avez intérêt à prévoir le coup. Tout peut arriver au moment où l’on s’en attend le moins. On garde l’œil ouvert, paré à toute éventualité. Toutefois, il n’y a pas que la photo d’action qui se prête à cette consigne. Se tenir prêt à déclencher peut, parfois, faire toute la différence du monde.

13. Exerce votre patience et votre persévérance

La photographie ne s’apprend pas du jour au lendemain, je ne vous dévoile rien. La patience et la persévérance deviendront des bienfaits et des qualités hautement recherchées. Avec la pratique, beauuuucoup de pratique, vous obtiendrez les résultats escomptés. 😉

14. Sollicite la créativité

La photographie permet d’éveiller notre muse, de nous mettre au diapason de la créativité. On peut imaginer des mises en scène loufoque ou tout simplement explorer l’infiniment petit avec le nouvel objectif macro que l’on vient de se procurer. Peu importe le sujet, nous serons transportés dans le processus de la création.

15. Dépasser nos peurs

Lorsque nous sortons de votre zone de confort, en expérimentant une approche photographique nouvelle, comme prendre des inconnus en portrait par exemple, nous apprenons à dépasser nos peurs et à nous faire confiance.

21 Bienfaits que procure la photographie

16. Fais grandir la confiance en soi

Vous revenez à la maison avec des photos qui vous plaisent. Vous êtes, par moment, agréablement surpris des résultats, ce constat vous procure satisfaction et un sentiment d’accomplissement. Que vous soyez étonné ou enchanté, vous allez vouloir récidiver l’expérience, ainsi vous bâtirez une confiance en votre pouvoir créateur. Un bienfait qui nourrit l’artiste en soi.

17. Facilite l’interaction avec le monde extérieur

Peu importe votre domaine de prédilection, que ce soit le portrait, la photo de rue, ou de nature, le contact que vous entretenez avec votre sujet contribue à faciliter la communication. Une connexion s’établit, silencieuse, au niveau du cœur. Vous vous sentez « branchez », vous entrez alors en contact avec le sujet, favorisant l’échange avec le monde extérieur.

18. Invite à s’exprimer

L’un des bienfaits de la photographie est de pouvoir exprimer en images ce que l’on ressent intérieurement. Elle permet d’entrer en contact avec nos richesses intérieures,  et de faire émerger notre essence créatrice. C’est quasiment de l’art thérapie!

19. Développe la sensibilité et l’émerveillement

Nos sens s’aiguisent, nous réagissons à notre environnement, nous sommes plus sensibles aux beautés qui nous entourent; les fleurs, le voisinage, la lumière du soir, un rayon de soleil. Tout devient prétexte à l’exploration visuelle, et du coup, notre sensibilité se développe et notre regard s’émerveille.

20. Aiguise notre sens de l’observation

Permet d’être à l’affut de détails qui autrement nous échapperaient. Nous devenons plus attentifs, nous analysons, scrutons, repérons et interprétons notre environnement afin de créer des images uniques.

21 Bienfaits que procure la photographie

21. La photographie s’adapte à votre personnalité

Si vous êtes de caractère introverti, vous opterez sans doute pour des éléments calmes et paisibles, comme la nature. À l’inverse, une personne extravertie choisira des sujets qui fournissent une interaction plus importante, comme le portrait. Si vous vivez des épreuves, ou traversez des moments difficiles, la photographie deviendra un exutoire, et vous pourrez vous évader dans une activité rassurante et réconfortante.

Et vous, cher lecteur-trice, quel bienfait la photographie vous procure-t-il?

Écrivez-le dans les commentaires, et prolongez la discussion. 🙂

N’hésitez pas à partager, si vous aimez.

 

Êtes-vous bloqué? Comment retrouver votre élan et devenir créatif à nouveau

retrouver votre élan

Avez-vous perdu votre élan créatif? Hésitez-vous à déclencher lorsque vient le moment de prendre une photo? Incertain, si la composition est adéquate ou pas? Avez-vous l’impression que vos photos ne sont jamais bonnes, vous incitant à réduire votre activité? Si oui, l’article d’aujourd’hui vous donnera des pistes pour retrouver votre élan et avoir confiance en vous.

Avouons-le, la perfection n’existe pas. Par ailleurs, créer des images imparfaites bonifiera votre expérience. Oui, oui! Plus vous pratiquerez, plus vous bâtirez votre confiance, votre maitrise de la technique s’améliorera (forcément) et peu à peu votre galerie d’images reflètera un style bien à vous. Un déclic à la fois.

Osez prendre des photos imparfaites

retrouver votre élan

La meilleure manière de sortir de l’inertie paralysante de l’inaction est d’agir. Osez faire des photos même si le résultat ne semble pas parfait. Déclenchez, même si le sujet principal n’est pas tout à fait au bon endroit (selon vous). Votre spontanéité se développera, votre confiance aussi et votre œil se peaufinera au fil de vos sorties photo.

La fois suivante ce sera plus facile, vous pourrez vous référer à votre expérience précédente pour aller plus loin dans votre expérimentation.

Identifiez les blocages

Une astuce simple pour sortir d’un blocage est de le regarder en face. Prenez quelque instant, et prêtez attention à ce qui vous bloque.

  • Est-ce le manque de connaissance de votre appareil photo?
  • Vous ne saisissez pas la différence entre une petite ouverture (f/16) et une grande ouverture (f/2)?
  • Vous ignorez comment agencer harmonieusement les éléments d’une scène?
  • Vous vous comparez aux autres?
  • Avez-vous peur de commettre une erreur et de rater votre photo?
  • Le temps vous manque cruellement?

Ciblez l’obstacle majeur qui nuit à votre créativité et posez un geste concret pour y remédier. Un pas à la fois.

retrouver votre élan

Voici quelques suggestions pour vous aider à passer à l’action :

  • Dédier 15 minutes par jour pour apprendre à connaitre votre appareil photo. Jouez avec, sans prendre réellement de photo, familiarisez-vous avec tous les boutons.
  • Faites une série d’images d’un même sujet et variez les ouvertures, afin de comprendre l’incidence de la profondeur de champ, ainsi que l’effet produit sur l’ensemble de la scène.
  • Si la composition vous pose problème, fiez-vous à votre intuition. Prenez connaissance de la règle des tiers, pour vous donner une base, mais de temps à autre permettez-vous de petites digressions. Histoire de libérer votre créativité!
  • Cessez de vous comparer! Faites un sevrage de l’internet pendant quelque temps. Oubliez Facebook et Cie pour une semaine (vous gagnerez du temps). Soyez égoïste, prenez des photos uniquement pour vous. Et réprimer l’envie de regarder ailleurs.
  • Pratiquez votre spontanéité. Accordez-vous 15 minutes, et durant ce délai photographiez 1 photo à la minute. Allez-y sans trop réfléchir.
  • Si à l’inverse, vous êtes un boulimique de la prise de vue, diminuez vos quantités. Ne photographiez qu’une seule photo aux 5 minutes. Ceci vous permettra de vous déposer et de mieux voir.
  • Si le temps est une denrée rare, priorisez les projets qui vous tiennent à cœur, comme faire de la photographie. Levez-vous un peu plus tôt ou troquez 15 minutes de réseaux sociaux contre du temps libre.

retrouver votre élan

Au final, l’action que vous poserez vous procurera un sentiment de satisfaction et de réussite. Dépasser ses peurs et se faire confiance, malgré les craintes et les incertitudes, développera en vous des qualités insoupçonnées.

N’hésitez pas à partager vos suggestions dans les commentaires, j’aimerais bien vous lire!

Voyage dans le Bas-Saint-Laurent

Voyage dans le Bas-Saint-Laurent

Bonjour les ami(e)s! Il y a une éternité que je n’ai pas laissé ma trace sur ce blog, certains d’entre vous vont penser que je suis morte (pas d’inquiétude, je suis bel et bien vivante!), et les autres se sont aperçus de rien (fiou!). Alors, remédions à la situation!

Les billets proposés habituellement sont plutôt axés sur l’aspect technique, mais avec l’été qui s’est bien installé, je me suis dit qu’un billet relatant mon dernier voyage dans le Bas-Saint-Laurent, au Québec, ferait très bien l’affaire. Qu’en dites-vous?

J’ignore si vous êtes comme moi, mais j’ai l’habitude de faire de la photo seule. Comme je suis une introvertie, je préfère rester dans ma bulle pour ne pas être distraite. Mais depuis quelque temps, cette habitude a commencé à « évoluer ». Je me rends compte que la compagnie des autres est fort agréable, et ne vient en aucun cas brimer ma « bulle de concentration ».

Voyage Bas-Saint-Laurent

Or, en juin dernier, mon amie Dominique m’invite à l’accompagner dans le Bas-Saint-Laurent. Une escapade de quelques jours. Je ne peux refuser pareille offre! La destination? Le parc national du Bic afin de photographier le coucher de soleil que l’on dit fabuleux.  Mais on fera plein d’arrêts en cours de route, me précise-t-elle, histoire de bien savourer le panorama. Je trépigne d’impatience!

Le jour J arrive et nous voilà partis. Nous longeons le fleuve Saint-Laurent, effectuons des escales ici et là, et prévoyons nous loger aux petits bonheurs la chance. Comme nous sommes une semaine avant la fin de l’année scolaire, les vacances n’étant pas officiellement commencées, la voie et les auberges sont parfaitement libres. Heureusement pour nous!

voyage Bas-Saint-Laurent

Nous poussons notre route jusqu’à Sainte-Luce où nous sommes accueillis par des aubergistes forts sympathiques au Gite La Maréchan. En soirée, le coucher de soleil sur le fleuve fait honneur à nos âmes de photographe.

auberge Gite La Maréchante

voyage bas-saint-laurent

voyage bas-saint-laurent

Le lendemain, avant notre départ, Dominique a l’opportunité de photographier  un phoque se prélassant sur un rocher (elle en rêvait), occasion unique qui met un sourire radieux sur le visage de mon amie.

Crédit photo : Dominique Pepin

Crédit photo : Dominique Pepin

Ensuite, nous décidons de visiter les jardins de Métis. Notre regard (et nos papilles gustatives) se délecte de toutes ces beautés florales. Miam!

jardins de Métis

jardins de Métis

Pour la dernière nuit de notre escapade, le hasard nous guide vers la coquette auberge du Mange Grenouille. Endroit que ne nous connaissions pas, mais dont le décor nous séduit dès que nous franchissons le pas de la porte. Un décor riche et envoutant qui nous projette à une époque révolue. Un incontournable de la région.

auberge du Mange Grenouille

Le soir venu, nous partons à la chasse au coucher de soleil au parc du Bic. Le hic, c’est que la carte, que l’on s’est procurée pour mieux se diriger, ne correspond pas aux panneaux indicateurs des lieux. Pfff! On se fit donc à notre sixième sens et débusque un site pas si mal pour capter les dernières lueurs du jour.

voyage bas-saint-laurent

voyage bas-saint-laurent

voyage parc du Bic

Mission accomplie! 🙂

Et vous, quels sont vos projets de voyage? J’aimerais bien connaître vos destinations.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Restons en contact!

J'aide les gens à retrouver leur souffle créateur.

Abonnez-vous à ma Lettre d'Amitié et découvrez des pistes pour progresser.

De plus, recevez GRATUITEMENT Les 10 Secrets d'une Composition Réussie!

Bienvenue dans mon univers! Vous êtes officiellement inscrit! :)