8 Questions ESSENTIELLES à vous Poser Avant de Déclencher

Vous arrive-t-il d’être devant une scène à photographier et ne pas savoir par où commencer?

Ai-je vraiment (mais vraiment besoin) de sortir le trépied? Dois-je utiliser le polarisant… ou pas? Devrais-je compenser mon exposition? Bref, vous aimeriez que je sois là pour vous donner les réponses. Pas de souci, je suis là! 😀

Voici 8 questions à vous poser avant de déclencher -> accompagnées de réponses claires (faites comme si j’étais réellement à côté de vous). Je les ai sélectionnées, car je me fais cette réflexion avant d’entreprendre ma séance photo.

C’est un processus qui peut sembler fastidieux, mais il n’en est rien, soyez rassuré.

Une fois cette routine établie, vous pouvez allégrement passer en mode créativité. Yababadou!

Question no 1 : où placer l’horizon?

8 Questions à vous Poser Avant de Déclencher |Où placer l'horizon

Analysez la scène et décidez si l’intérêt de votre composition se situe dans le ciel ou au niveau du sol. Déplacez-vous au besoin. Si vous êtes incertain, faites plusieurs clichés en variant votre perspective et décidez par la suite. Parfois le ciel mérite d’envahir le cadre, d’autre fois, les éléments au sol sont beaucoup plus intéressants.

Question no 2 : ai-je besoin d’un trépied?

8 Questions à vous Poser Avant de Déclencher |Ai-je besoin d'un trépied

Lorsque vous partez de bon matin, ou tard en fin de journée, la luminosité est moins intense et, forcément, la vitesse d’obturation sera lente. L’utilisation d’un trépied est donc indispensable pour obtenir des images nettes. Durand le jour, lorsque la lumière est suffisante, l’utilisation d’un trépied est moins importante.

En macrophotographie, toutefois, je prends rarement le trépied. J’aime la liberté de mouvement. Un vrai délice! Par contre, je garde toujours un œil sur la vitesse, si je constate qu’elle est trop basse, je hausse les ISO pour compenser.

Note : si l’idée de devoir trimballer (ou manipuler) un trépied vous rebute, imaginez votre déception à la vue de photos floues.

Pas agréable du tout! Prenez l’habitude de l’apporter. Pratiquez s’il le faut. Ne pas savoir comment se servir d’un trépied est très frustrant. Plus vous le manipulerez, plus vous deviendrez habile avec et plus il deviendra une extension de vous-même. 😉

Question no 3 : quel réglage ISO choisir?

8 Questions à vous Poser Avant de Déclencher Quel réglage ISO choisir

Essayez de conserver les ISO le plus bas possible (100 – 200) afin d’éviter le bruit généré dans les ombres, surtout lors de prise de vue incorrectement exposée.

En photographie de paysage, il m’arrive de hausser les ISO à 250 afin de figer des éléments de la scène, des fleurs agitées par le vent, par exemple. Par ailleurs, je pourrais compenser mon exposition en ouvrant davantage le diaphragme, mais ce faisant, je réduirais la profondeur de champ.

En macrophotographie, c’est un peu différent, je préfère travailler à main levée. Je modifie les ISO pour obtenir la vitesse désirée.

Question no 4 : quelle balance des blancs?

comprendre la balance des blancs

Si c’est une journée ensoleillée, choisissez « Lumière du jour », si le temps est nuageux optez pour « Ombre ». Évitez le mode « Automatique ». Personnellement, je trouve qu’il ajoute une teinte de bleu aux images, refroidissant l’atmosphère, ce qui est moins souhaitable en photographie de paysage. À moins que ce ne soit votre intention. 😉 Le mode Kelvin vous permet d’ajuster plus finement votre balance des blancs.

Astuce 1 : Servez-vous du LiveView (visé à l’écran) ou faites des tests photo pour déterminer le bon choix.

Si vous photographiez en RAW, vous avez plus de latitude, vous pourrez apporter des ajustements lors du post-traitement.

Par contre, si vous êtes en JPEG, soyez vigilant et portez attention à la lumière environnante. Un fichier Jpeg dont la balance des blancs est incorrecte est difficile à corriger.

Astuce 2 : pour les couchers ou levers de soleil choisissez votre balance des blancs sur « Ombre », vous obtiendrez des couleurs plus chaudes.

Question no 5 : quelle ouverture choisir?

quelle ouverture choisir?

En photographie de paysage, pour obtenir une image nette du début à la fin d’une composition, une petite ouverture est recommandée (f/11 à f/22). Si vous utilisez un grand-angle (14 à 24 mm pour FF / 10 à 20 mm pour APS-C) vous aurez amplement de profondeur de champ.

Pour vérifier si tous les éléments sont au foyer, prenez une photo et agrandissez là à l’endos de votre boîtier. Ou encore, si votre appareil dispose du mode LiveView (visé à l’écran), servez-vous-en pour agrandir l’image et vérifiez la netteté de la scène. Faites des ajustements au besoin.

Si votre vision photographique est de reproduire un joli bokeh, alors misez sur une grande ouverture (f/1.8 à f/5.6) et soyez créatif!

Question no 6 : où faire la mise au point?

où faire la mise au point?

Voilà une question qui m’est souvent posée. J’ai une solution simple à vous proposer. Regardez votre scène, avez-vous une vue d’ensemble? Désirez-vous avoir TOUS les éléments (avant-plan, milieu et arrière-plan) au foyer? Dans l’affirmative, faites votre mise au point au 1/3 de l’image et, en la combinant à une petite ouverture (f/11-16), vous obtiendrez une bonne profondeur de champ.

Parfois, lorsque mon avant-plan est situé à proximité de mon appareil (photo de droite), j’effectue la mise au point un peu plus près et opte pour une ouverture de f/22.

Question no 7 : dois-je utiliser un polarisant?

Dois-je utiliser un polarisant?

Sachez qu’un filtre polarisant rehaussera les couleurs, accentuera le bleu du ciel et, fait intéressant, réduira légèrement la plage dynamique d’une scène en diminuant le contraste dans les hautes lumières. Donc à préconiser les journées de ciel bleu où flotte une colonie de nuages floconneux, les journées de pluie (pour éliminer les reflets), ou tout simplement pour enrichir la saturation des couleurs.

Question no 8 : histogramme | dois-je compenser mon exposition?

Gardez un œil sur votre histogramme afin de déceler si vous perdez de précieuses informations dans les hautes lumières. Un histogramme collé sur droite (voir shéma) indique que les parties les plus claires de l’image sont surexposées. Résultat : vous perdez les informations contenues dans ces zones.

Truc : activez l’affichage des hautes lumières dans le menu de votre boîtier. En mode visualisation, les zones surexposées clignotent, vous indiquant que vous devez apporter des correctifs. Sous-exposez de 0,3 – 0,7 ou 1 EV (Exposure Value)/IL (Indice de Lumination) et vérifiez à nouveau.

Au besoin, utilisez un filtre neutre dégradé de 2 à 3 stops afin d’équilibrer la luminosité du ciel avec celle du sol.

Question no 9 : Et vous?

Cher(e) lecteur(trice), quelle question vous turlupine le plus? N’hésitez pas à partager!

 

Restons en contact!

J'aide les gens à retrouver leur souffle créateur.

Abonnez-vous à ma Lettre d'Amitié et découvrez des pistes pour progresser.

De plus, recevez GRATUITEMENT Les 10 Secrets d'une Composition Réussie!

Bienvenue dans mon univers! Vous êtes officiellement inscrit! :)

%d blogueurs aiment cette page :